Styve Juif veut passer un cap

Avec 3 succès à son actif lors de la saison 2019, Styve Juif a prouvé tout son potentiel et son talent. Le Français a pu connaître davantage les tracés helvétiques tout en se battant pour le titre. La saison s’est malheureusement terminée pour le pilote français sur une contre-performance lors du Rallye International du Valais. Mais il est déjà prêt à rebondir et s’attaque déjà à la saison 2020.

Styve Juif s’est entretenu avec Sport-Auto.ch

Sport-Auto.ch : Comment s’est déroulée ta saison 2019 ?

Styve Juif – Cyliane Michel à l’assaut du Rallye du Chablais

Styve Juif : “La saison 2019 s’est globalement bien déroulée, avec trois victoires sur cinq manches. Elle s’est malheureusement mal finie avec une sortie de route lors du Rallye du Valais. Cette mésaventure a été une très grosse déception pour nous, car la victoire du Clio R3T ALPS Trophy nous tendait les bras. Nous pouvions nous contenter de réaliser des troisièmes temps par spéciale. Hélas, un blocage de roue sur un gros freinage qui était bien glissant nous a coûté le titre.

Dans tous les cas, cela a été une superbe saison. Durant les deux premières manches, nous avons fini à deux reprises premiers des deux roues motrices derrière la catégorie R5. Nous avons également été satisfaits de notre course au Mont-Blanc, car nous avons terminé à la première place des deux challenges R3T. Pour finir, lors du Rallye du Valais, nous avons été dans le coup et avons réussi à signer aussi des temps scratchs dans notre classe. Je retiens donc énormément de positif et c’était malgré tout, une belle saison. Nous avons pu constater que tout le travail effectué sur la voiture, pour la préparation du rallye, a payé.”

Qu’as-tu pensé de cette Renault Clio R3T ?

“La Clio R3T fait partie sans aucun doute des meilleures voitures dans la classe R3T et également dans la famille des deux roues motrices. Je trouve que cette voiture n’est pas facile à prendre en main puisqu’elle est très “aseptisée”. J’entends par là que nous avons très peu de sensations au volant, et que pourtant, ça défile. Il faut donc faire attention à ne pas vouloir en faire trop, et sortir de la route. Dans tous les cas, ces deux saisons m’ont permis de m’habituer à cette Clio et je prends réellement du plaisir au volant.”

Performances remarquées aussi lors du Rallye du Mont-Blanc

Qu’est-ce qui te pousse à vouloir rouler en Suisse ?

“C’est avant tout la proximité géographique de chaque rallye. Ensuite, la complexité des rallyes, il y a tellement de surfaces différentes. Nous pouvons avoir des montées, des descentes, des routes étroites, de la terre, il y a énormément de changements de revêtements. Ce championnat nous fait réellement progresser.”

Que penses-tu du niveau du championnat de Suisse ?

“Pour l’instant, j’ai eu la chance de me battre uniquement dans la catégorie des R3T. Pour ce qui est du trophée, j’estime qu’il y a un bon niveau, puisque Ismaël (Vuistiner, ndlr) et Florine (Kummer, ndlr) réalisent des chronos intéressants et réussissent à s’intercaler au milieu des R5. Lorsque nous avons roulé en France, nous nous sommes bien classés par rapport aux autres R3. Je pense que le niveau pourrait être encore plus élevé avec plus de concurrents.”

Tu as pu faire quelques tests avec la Skoda R5 du Team Balbosca, comment cela s’est-il déroulé ?

L’équipage français a pu tester l’une des possibilités qui s’offre à lui pour 2020

“Oui, nous avons pu essayer la Skoda Fabia R5 du team Balbosca. Cette expérience a été extraordinaire. J’ai eu beaucoup de plaisir à la tester et je n’ai qu’une envie, c’est d’y retourner. La base des essais représentait vraiment les conditions d’un rallye. Nous avons pu avoir cette opportunité par l’intermédiaire de Grégoire Hotz. Je ne regrette pas du tout, je ne pensais pas que je pouvais ressentir autant de plaisir au volant. C’est incroyable de se retrouver derrière le volant de ce bolide, car c’est une voiture avec laquelle nous pouvons réellement nous battre pour le championnat.”

Quels sont tes projets pour la saison 2020 ?

“Nos projets pour 2020 ne sont pas encore clairement définis. Le fait que nous devons remonter ou vendre notre Clio ne nous permet pas de prendre une décision à ce jour. Depuis deux années, nous roulons dans le Clio R3T Alps Trophy, donc la suite logique des choses serait de passer à la catégorie supérieure. Nous devons prendre en compte également que le budget d’une telle voiture est multiplié par trois par rapport au R3T. L’avenir nous le dira.”

A propos de l'auteur

Articles en relations