Un 22ème Monte-Carlo pour Olivier Burri en 2020 !

Sa victoire récente sur les routes du dernier Rallye International du Valais encore présente dans tous les esprits, Olivier Burri annonce qu’il s’alignera pour la 22ème fois au départ du Rallye Monte-Carlo du 20 au 26 janvier 2020.

 

A 56 printemps, le pilote de Belprahon est plus sémillant que jamais et affiche de vraies ambitions, en se présentant au départ de la manche d’ouverture de la saison 2020 de WRC, au volant de sa VW Polo R5. Avec 18 arrivées pour 21 départs au Rallye Monte-Carlo, dont un 6ème rang au général comme meilleur classement, Olivier Burri pourra capitaliser sur une expérience hors du commun et précieuse. Toujours soucieux de préparer ses échéances dans les moindres détails, il prendra part au Rallye du Devoluy du 13 au 15 décembre prochain.

 

Mais qu’est-ce qui motive tant Olivier Burri pour prendre le départ de l’une des épreuves les plus exigeantes au monde, le Rallye Monte-Carlo ? 

 Olivier Burri : « La complexité de l’épreuve ! C’est quand même la course qui est la plus difficile d’approche. Ce qui m’attire c’est que tu te retrouves dans des situations incroyables. Par exemple, tu sais qu’il n’y a pas de bon choix de pneus au moment d’aborder une boucle de spéciales et tu le sais avant même de faire ton choix. Il faut donc être un peu stratège et analyser. Ensuite, tu te retrouves dans des situations incroyables : tu perds tout d’un coup une minute dans une spéciale à cause de ton choix de pneus que tu reprends dans la suivante. Il se passe toujours quelque chose au Monte-Carlo, il n’y a pas de répit. »

 

« L’ambiance particulière que l’on partage dans une communion avec un public de passionnés, car c’est en janvier, qu’il fait souvent très froid et que le public est quand même là avec cette envie de nous soutenir dans la complexité de l’épreuve y est également pour beaucoup. Quand tu passes sur des routiers, que tu es harassé, mais que tu vois que des gens ont dormi dans les voitures par moins quatre degrés et qu’ils sont là dans le froid à t’attendre, tu te dis que rien que pour eux il faut se donner à fond, sans rien lâcher, par respect. C’est unique ! » 

 

Olivier Burri, qu’est-ce que l’on ressent lorsque l’on passe le podium d’arrivée du Monte-Carlo à Monaco ?

« Tu te dis : j’ai accompli quelque chose de particulier, de beau. Tu ressens une émotion incroyablement profonde quand tu finis sur le port de Monaco, où beaucoup de choses t’ont fait et te font rêver. Le Monte-Carlo est usant et reprendre le départ de Monaco cette année est une grosse contrainte, mais ça fait partie du Monte-Carlo. Ce départ de Monaco te sort de ta zone de confort, tu dois puiser dans tes réserves et te surpasser, c’est le Monte-Carlo ! »

 

La VW Polo qu’étrennera Olivier Burri a roulé lors du dernier Rallye d’Allemagne.

Vous avez porté votre choix sur la VW Polo R5 qui est l’une des meilleures R5 du plateau. Selon vous, qu’est-ce qu’elle a de plus que les autres R5 sur le marché actuellement ?

« C’est aujourd’hui la meilleure voiture dans certaines conditions. Elle a le meilleur châssis, sous réserve que tu sois parvenu à le régler correctement, mais pas forcément le meilleur moteur même s’il est très performant. La différence se fait par le châssis et, pour le Monte-Carlo, c’est un atout indéniable. La voiture peut être très efficace sur ce terrain très particulier où la liaison au sol est fondamentale. »

 

Quel est votre objectif sur le Monte-Carlo 2020 ?

« Ça fait trois ans que je me fais voler mon titre amateur par des pilotes qui sont tout de même, ou ont été, des pros, je prends dans l’ordre des trois dernières années : Kopecki, Rovanpera et Sarrasin. J’aimerais qu’en 2020 les véritables amateurs soient enfin récompensés. Dans ce sens j’espère que l’ACM apporte un correctif dans l’attribution de la distinction attribuée au premier amateur, ce qui est mon objectif », conclut le pilote de Belprahon.

 

Toute l’actualité du Rallye Monte-Carlo est à consulter sur le site officiel de l’épreuve https://acm.mc/edition/rallye-monte-carlo-edition-2020/

 

Écrit conjointement par Sport-Auto.ch & swissrally.ch

Crédit photo ©Ludovic Carnal

A propos de l'auteur

Articles en relations