Champ. Suisse Rallye Junior : Lisiane Zbinden, le virus du rallye ancré en elle !

Discrète, expérimentée, performante, Lisiane Zbinden compose avec Sacha Althaus l’un des équipages en lice pour le titre en Championnat Suisse Rallye Junior. Le duo occupe actuellement le second rang. Rencontre avec la navigatrice de Moutier avant les deux derniers rendez-vous du calendrier 2019.

 

Lisiane Zbinden quand avez-vous débuté en tant que copilote en rallye ?

J’ai commencé le rallye en 2014 comme copilote au côté de Michel Schnegg.

 

Vous avez « appris le métier » aux côtés de votre père en faisant ouvreur à de nombreuses reprises. Racontez-nous ?

Oui, j’ai pu ouvrir une ou deux fois avec mon papa Jean-Pierre Zbinden avant de commencer les rallyes et j’ai eu la chance de pouvoir ouvrir le Monte Carlo avec lui deux fois. C’est lui qui m’a appris le rôle de copilote et qui m’a aidé dans mes débuts. Encore maintenant il me soutient beaucoup. Le rallye a toujours fait partie de ma vie grâce à lui qui a été pilote, copilote et ouvreur. J’ai toujours eu envie de participer à mon tour à des courses mais je me voyais plutôt au volant. Finalement en découvrant le rôle de copilote j’ai trouvé une place qui me convient bien.

 

Qui avez-vous navigué depuis vos débuts et combien de rallye avez-vous à votre actif ?

J’ai actuellement 30 départs en tant que copilote à mon actif et trois en tant que pilote. J’en ai fait treize avec Michel Schnegg et dix-sept avec Sacha Althaus.

 

Vous partagez l’habitacle avec Sacha Althaus depuis combien de saison ?

Je partage l’habitacle avec Sacha depuis 2017. C’est donc notre troisième saison ensemble dans la voiture.

 

Comment jugez-vous le parcours de Sacha Althaus depuis que vous roulez ensemble, quelles sont les points sur lesquels il peut encore progresser ?

Sacha a un très bon coup de volant et dès nos premiers essais ensemble le courant est directement passé, j’ai eu entièrement confiance en son pilotage. Il a beaucoup progressé depuis ses débuts en rallyes. Il a vécu de grosses déceptions la première année avec pas mal de sorties de routes qui l’ont marqué et fait douter. Il a su reprendre confiance gentiment sans forcer et depuis il ne fait qu’augmenter le rythme. Je pense qu’il peut encore progresser car il est capable d’aller bien plus vite mais il manque de confiance en lui et ça le pénalise. Lorsqu’il est à l’aise et en confiance, il a une pointe de vitesse indéniable. L’expérience et les kilomètres l’ont aidé à prendre confiance en son pilotage et en la voiture, ça se voit dans les résultats. Le travail va finir par payer.

 

Est-ce que vous pensez que c’est un atout ou un handicap pour un jeune pilote de porter un nom tel qu’Althaus, Burri, Girolamo par exemple ?

Je pense que le fait d’avoir un nom tel qu’Althaus, Burri ou Girolamo est tout d’abord un atout car ce sont tous des passionnés qui ont transmis le virus à leurs enfants. Quand je vois ce que Nicolas peut amener à Sacha en course, je vois l’atout majeur d’avoir un papa qui a un nom dans ce sport. Il est de très bon conseil et le partage entre eux est très important. Après, il est vrai que la pression de porter un tel nom et l’attente qu’il y a autour n’est pas facile à gérer. Aux yeux des gens il y a une pression d’être le fils de et donc il faut performer mais il y a aussi l’envie de rendre fier le parent qu’ils admirent ou ont admiré pendant des années. Toutefois, je pense qu’il faut surtout voir le positif et cela reste à mes yeux un atout et non pas un handicap.

 

Vous aviez envie d’arrêter au terme de la saison 2018 et avez tenu bon le temps d’un rallye, celui du Gier cette année. Ensuite vous avez « replongé ». Est-ce que le virus est si profondément ancré en vous ? De quoi ne pouvez-vous vous passer en rallye ?

En effet, j’avais décidé de faire une pause « rallystique » cette année car j’ai enchainé les saisons sans compter ces dernières années et parfois il faut mettre des priorités ailleurs. Je dois avouer qu’il a été très compliqué pour moi de rester en dehors de l’auto lors du rallye du Pays de Gier. Oui le virus est très ancré chez moi et bien plus que je le pensais. Du coup, après discussion, il a fallu se rendre à l’évidence que je ne suis pas prête à mettre cette passion de côté pour l’instant. Le rallye est pour moi une bulle dans laquelle je me sens bien. L’adrénaline, la vitesse, l’esprit d’équipe et l’envie de progresser m’ont poussé à revenir si vite. En rallye, on crée une petite famille qui doit fonctionner à la perfection pendant la course. Chaque personne à son rôle et son importance et c’est ce qui fait la beauté de ce sport et qui le rend si complexe et intéressant.

 

Vous occupez la 2èmeplace du Championnat Suisse Rallye Junior 2019 avec 9 points de retard sur le duo Michellod – Fellay. Pouvez-vous encore remporter le titre ?

Nous sommes actuellement 2èmesau classement derrière Jonathan Michellod et Stéphan Fellay. Oui il y a surement encore une chance de finir devant mais il faut compter sur des abandons et j’avoue ne pas être très penchée sur ce genre de calculs. Il est vrai que nous espérions gagner le Critérium Jurassien ou le Chablais pour pouvoir prétendre au titre mais malheureusement cela ne s’est pas fait. Maintenant nous allons faire de notre mieux et nous verrons bien. Je pense que nous avons manqué de chance au Crité avec cette crevaison car sans elle nous étions devant. Le Chablais était serré mais il est vrai qu’il faut être à fond tout le temps pour espérer battre Jonathan. Nous allons continuer de travailler et essayer d’être plus constant pour pouvoir inquiéter nos concurrents. C’est super de pouvoir se battre et repousser les limites quand c’est serré comme cela l’a été sur la plupart des spéciales. Il faut tout donner et cela nous pousse à travailler plus et à nous dépasser.

 

Quel est votre programme de cette fin de saison 2019 ?

Concernant la fin de saison nous serons au départ du Valais et le reste est encore en réflexion pour l’instant.

 

Propos recueillis le 07.07.2019

Source : Championnat Suisse Rallye Junior / Crédit des photos : Championnat Suisse Rallye Junior et Sébastien Montagny

 

A propos de l'auteur

Articles en relations