La météo joue de sales tours au Street-Art Racing à Zandvoort mais Pascal Bachmann conserve la tête du championnat

Les caprices du ciel ont bien compliqué la vie du Street-Art Racing à Zandvoort, théâtre du cinquième rendez-vous de la GT4 European Series. Les résultats ne reflètent pas les performances de l’équipe belge sur les bords de la Mer du Nord, mais l’expérience acquise sera utile dans le futur et la paire Seyler-Bachmann reste en tête du championnat dans la AM Cup.
 
Zandvoort à la mi-juillet, c’est une terre de vacances. Enfin, normalement… Car on était loin de l’image des plages de sable fin baignées de soleil ce week-end sur le littoral néerlandais. Une météo couleur chagrin et surtout très changeante qui a bien perturbé l’équipe Street-Art Racing lors de la cinquième et avant-dernière épreuve de la GT4 European Series.
 
« Gérer des conditions aussi changeantes est toujours très compliqué », explique Albert Bloem, le Team Principal de l’équipe belge. « Car il faut pouvoir anticiper et en même temps avoir un peu de réussite. Elle n’était pas vraiment de notre côté cette fois. Pour Jamie Vandenbalck et Julien Darras, une pénalité discutable nous coûte au moins un Top 10. Mais ça fait partie de la course et nous devons apprendre de cela pour continuer à progresser en tant qu’équipe. »
 
Une pénalité qui fait mal
 
Engagés en Silver Cup et visant les podiums au classement général sur l’Aston Martin Vantage GT4 #007, le Français Julien Darras et le Belge Jamie Vandenbalck sont passés par tous les sentiments ce week-end. « J’ai été fortement gêné dans mon tour de qualification et je me suis classé 12e», raconte Julien. « Dans la première course nous manquions un peu de rythme et une petite erreur nous a en outre relégués au 18rang seulement. Ce n’était pas notre jour ! »
 
Ayant parfaitement profité de la stratégie de l’équipe et d’un excellent tour lors de sa séance qualificative, Jamie s’offrait une magnifique 3place sur la grille de départ de la Course 2. « Je me sentais bien dans la voiture avec des réglages me convenant mieux », explique le Belge. « J’ai aussi pu profiter des conseils reçus par Aston Martin Racing dans le cadre de leur Driver Academy. Nous pouvions clairement ambitionner un bon résultat s’il n’y avait pas eu ce problème lors de notre arrêt au stand. »

Pénalisée pour un « Unsafe release » (soit un comportement jugé dangereux en quittant son emplacement après un arrêt au stand), l’équipe Street-Art Racing était assez mécontente de la décision. « Le point de départ, c’est l’équipe dans le stand voisin qui nous bloque de manière tout à fait antisportive pour eux-mêmes se laisser plus de place », précise Damien Hellebuyck, le Team Manager.« Comme nous ne pouvions pas effectuer notre arrêt selon la procédure voulue par le règlement, il y a eu de l’énervement et Julien est reparti en gênant un autre concurrent. D’où notre pénalité qui ne tient pas compte du tout des faits réels… »

Le Drive Through (passage par la voie des stands) qui s’en est suivi à fait plonger le duo Vandenbalck-Darras à la 14place finale (la 8en Silver Cup) alors qu’une arrivée aux portes du Top 5 était plus qu’envisageable.
 
Seyler-Bachmann restent leaders en AM Cup
 
Le week-end dans les dunes hollandaises ne fut pas de tout repos non plus pour le jeune Luxembourgeois Clément Seyler et le Suisse Pascal Bachmann, alignés sur l’Aston Martin Vantage #17. « La météo nous a vraiment beaucoup perturbé », affirme Pascal. « Il nous fallait sans cesse nous adapter pour trouver nos marques et les bons réglages. »
 
Lors de la première course, le duo prenait la 3place en AM Cup. Dimanche, ils étaient les victimes collatérales d’un accrochage au départ. « Je ne sais pas quel miracle, j’ai évité l’accident », poursuit le Suisse. « Par la suite, j’étais en lutte pour la 2place et j’étais convaincu que, avec Clément, nous pouvions gagner notre catégorie. Mais soudain, mon pneu arrière gauche a explosé, probablement à cause d’un débris laissé sur la piste après le carambolage du premier tour. J’ai dû faire tout le tour au ralenti et tous nos espoirs s’envolaient… »
 
Clément Seyler a pourtant confirmé ses progrès lors de la deuxième partie de la course et les points de la 4place en AM Cup sont très précieux. « Nous avions une avance de 35 longueurs et elle a été réduite à 19 unités », précise le jeune Luxembourgeois de 19 ans. « Je n’ai pas spécialement apprécié le circuit et la météo ne nous a pas aidés dans nos réglages, mais j’ai fini par trouver mes marques. J’ai encore beaucoup appris en analysant mes données et celles de mes équipiers et je vais continuer à travailler dur avant la finale du championnat sur le Nürburgring. »
 
C’est en effet sur le célèbre tracé dans l’Eifel, à quelques pas de la frontière belgo-allemande, que la GT4 European Series refermera le livre de sa saison 2019. Et le Street-Art Racing, Clément Seyler et Pascal Bachmann voudraient y écrire leur nom en lettres d’or dans le palmarès de la AM Cup. 

Communiqué Street-Art Racing ; photos : Photos : Daniel & Davy Delien/Pro-Photos-Sport

A propos de l'auteur

Articles en relations