FIA WEC – Buemi, victorieux à Spa, offre à Toyota le titre mondial

Associé à l’Espagnol Fernando Alonso et au Japonais Kazuki Nakajima, le pilote vaudois Sébastien Buemi (Toyota TS050 Hybrid) s’est imposé samedi aux 6 Heures de Spa. Il s’agit de sa quatrième victoire au cours de la Supersaison 2018-2019 du championnat du monde d’endurance (WEC). Grâce à ce nouveau succès, Toyota s’est assuré de la conquête du titre mondial chez les constructeurs alors qu’il reste encore une course au calendrier, à savoir les 24 Heures du Mans agendées dans un peu plus d’un mois (15-16 juin).

Les 6 Heures de Spa de cette année resteront dans les annales en raison de conditions météorologiques particulièrement changeantes. Si le départ a été donné sous un soleil radieux, le ciel s’est brusquement couvert cinq minutes plus tard déversant tout d’abord de la pluie, puis de la neige, ce qui a conduit la direction de course à neutraliser la course derrière la voiture de sécurité. Après un retour à des conditions un peu plus normales, entrecoupées cependant d’averses de pluie et même de grêle, ce qui a conduit à trois autres neutralisations derrière la voiture de sécurité, les chutes de neige refaisaient leur apparition en vue de l’arrivée, obligeant les organisateurs à interrompre l’épreuve après 5h45 de course.

L’épreuve a été remportée, on l’a déjà relevé en préambule, par Sébastien Buemi et ses coéquipiers Fernando Alonso et Kazuki Nakajima. Au volant de leur Toyota TS050 Hybrid numéro 8, ils se sont imposés avec un tour d’avance sur la Rebellion helvétique numéro 3 du trio Nathanaël Berthon-Thomas Laurent-Gustavo Menezes. Neel Jani-André Lotterer-Bruno Senna, sur la Rebellion numéro 1, ont terminé en 5e position, avec un retard de trois tours, après avoir connu différents ennuis (problèmes de radio, mauvaise stratégie avec les conditions climatiques changeantes et manque de pneumatiques adéquats). La deuxième Toyota, la numéro 7 de Pechito Lopez-Mike Conway-Kamui Kobayashi, qui s’était élancée depuis la pole position et qui a longtemps été pointée en tête de la course, a dû se contenter du 6e rang. Elle a dû en effet s’arrêter aux stands pendant quatre tours afin de réparer un problème de capteur sur le système hybride.

Grâce à leur victoire, Sébastien Buemi-Fernando Alonso-Kazuki Nakajima se sont rapprochés de la conquête du titre mondial des pilotes. Ils disposent en effet désormais d’une avance de 31 points sur leurs collègues de marque Pechito Lopez-Mike Conway-Kamui Kobayashi. L’attribution de la couronne se décidera en juin aux 24 Heures du Mans.

On relèvera encore que la Rebellion R13 numéro 3 de Nathanaël Berthon-Thomas Laurent-Gustavo Menezes a terminé 2e après une lutte particulièrement serrée avec la BR du SMP Racing. Celle-ci était confiée à Stoffel Vandoorne, ancien coéquipier de Fernando Alonso chez McLaren en F1 ces deux dernières années et nouveau venu en WEC. Il était associé à Spa à Mikhail Aleshin et à un autre ex-pilote de F1, en l’occurrence Vitaly Petrov. La BR n’a finalement concédé que six secondes à la Rebellion de tête sur la ligne d’arrivée.

Sébastien Buemi: « Cette victoire me réjouit, c’est certain, mais la course a été particulièrement incertaine et piégeuse. Je suis désolé des ennuis mécaniques avec lesquels mes coéquipiers de la Toyota numéro 7 ont dû composer car ils auraient mérité un meilleur résultat. Nous avons dû composer nous aussi avec un peu de malchance en début de course, notamment avec un problème de radio, mais c’est fantastique d’avoir assuré à Toyota la conquête mathématique du titre mondial des constructeurs une course avant le terme du championnat. Nous pouvons désormais nous rendre aux 24 Heures du Mans avec l’esprit un peu plus libre. Nous sommes bien placés pour remporter le titre mondial des pilotes mais rien n’est encore joué. »

Fernando Alonso: « Cette course de Spa a été très difficile. Nous avons dû composer avec des conditions météorologiques qui changeaient sans cesse et qui nous ont fait vivre un véritable carrousel d’émotions. Je suis bien entendu très heureux que Toyota se soit assuré du titre mondial chez les constructeurs et tiens à exprimer mes plus vifs remerciements à toute l’équipe. Nous sommes désormais très bien placés pour remporter également le titre mondial chez les pilotes et ce serait vraiment magnifique de terminer en beauté lors des 24 Heures du Mans. »

On rappellera que la grande classique mancelle constituera la dernière course de Fernando Alonso au sein de l’équipe Toyota. C’est en effet le Néo-Zélandais Brendon Hartley, actuellement sous contrat avec Porsche (photographié ici avec son épouse Sarah Wilson), qui lui succédera la saison prochaine.

A propos de Porsche, on relèvera que le constructeur de Stuttgart-Zuffenhausen s’est assuré lui aussi du titre mondial des constructeurs, dans la catégorie GT, à Spa. Sa voiture la plus rapide, la 911 RSR de Kevin Estre et de Michael Christensen, s’y est en effet classée au 3e rang, juste derrière une Aston Martin Vantage AMR (1re) et une Ferrari 488 GTE Evo (2e), et juste devant une BMW M8 GTE (4e) et une Ford GT (5e). La lutte entre ces cinq voitures d’usine a été de toute beauté. Elle a en effet été indécise jusqu’au bout.

Classement de la course

Les classements complets peuvent être consultés à partir de ce lien: http://fiawec.alkamelsystems.com/

Crédits des photos: FIA WEC, Laurent Missbauer, Porsche et Toyota

A propos de l'auteur

Articles en relations