Michelin Le Mans Cup – Le Castellet : une première manche 2019 à rebondissements

Michael Benham et Duncan Tappy ont fêté la première victoire de Lanan Racing en Michelin Le Mans Cup depuis la course Road to Le Mans l’an dernier. L’écurie britannique s’est élancée depuis la troisième place sur la grille et après deux heures de courses, des interventions de la voiture de sécurité, des neutralisations Full Course Yellow et quelques pénalités pour ses adversaires, Tappy franchit la ligne d’arrivée et empoche les 25 points de la victoire.

Les champions GT3 2018 Sergio Pianezzola et Giacomo Piccini ont remarquablement défendu leur titre en remportant une victoire de haute lutte au Castellet, malgré une pénalité stop-and-go (arrêt au stand) en course. Les deux Italiens devancent le reste du plateau GT3, après que la Ferrari n°71 de Luzich Racing, avec laquelle ils se battaient pour la victoire, ait écopé d’un stop-and-go de deux minutes, tout comme onze autres concurrents, pour non respect du feu rouge à la sortie de la voie des stands pendant une neutralisation sous voiture de sécurité.

Deux heures de bagarres incessantes

La course s’élance sous la conduite de la Norma n°3 de François Kirmann (DKR Engineering), qui aborde en tête le premier virage. La Ligier n°43 de Michael Markussen (Keo Racing) part au large dans le deuxième virage après un contact avec une autre voiture. Le Danois part à nouveau en tête-à-queue avant d’être pénalisé d’un drive-through (passage obligatoire à vitesse réduite dans la voie des stands) pour départ anticipé.

Kirmann est en tête devant la Norma n°39 d’Adrien Chila (Graff), lui-même précédant la Norma n°25 de Michael Benham et l’autre Norma d’Eric Trouillet (Graff, n°9). Ce dernier maintient la pression sur Benham. Il trouve l’ouverture lorsque le Britannique sort large dans le dernier virage, et prend la troisième place.

La Ferrari n°71 de Fabien Lavergne (Luzich Racing) effectue un superbe départ en tête du peloton GT3 et est remonté jusqu’à la sixième position du général à la fin du premier tour. Lui aussi bien parti sur la Ferrari n°88 de Kessel Racing, Sergio Pianezzola se lance à la poursuite du pilote français, en bagarre avec les prototypes LMP3. Au dixième tour, l’écart diminuant de quelques dixièmes à chaque passage n’est plus que de sept secondes.

En tête de la course, Wayne Boyd et sa Ligier n°24 (United Autosports) gagnent du terrain, passant rapidement Benham et Trouillet. Puis il rattrape et double Adrien Chila pour la deuxième place, et se retrouve alors à sept secondes de Kirmann.

Le 18e tour marque la première des deux neutralisations sous voiture de sécurité, lorsque la Ligier n°4 de John Schauerman passe sur les vibreurs à la sortie du dernier virage part en tête-à-queue et heurte les barrières intérieures de sécurité. Le pilote américain est indemne, mais la voiture doit être évacuée d’une position dangereuse, à 15 minutes de la première fenêtre de ravitaillements.

Eric Trouillet rentre au stand pour un ravitaillement et un changement de pneus mais prend la décision inspirée de rester au volant. Une fois cet arrêt effectué, il ne lui reste plus qu’à stopper de nouveau à la fin de la première heure pour un changement de pilote.

La voiture de sécurité se retire après 10 minutes et Wayne Boyd est à la lutte avec Kirmann pour la tête de la course, mais le Français garde la tête froide. A la relance, Pianezzola est lui aussi à l’attaque sur Lavergne pour le commandement de la catégorie GT3. Mais la Ligier n°12 de Littman (Eurointernational) est endommagée après un contact avec la Norma n°5 de Marcello Marateotto (DKR Engineering) et la voiture de sécurité reprend la piste trois minutes après l’avoir quittée.

Cette neutralisation permet à la majorité des concurrents de passer par la voie des stands pour leur arrêt obligatoire. La Norma n°11 de Charlie Martin (Racing Experience) est désormais leader.

La voiture de sécurité se retire une nouvelle fois, alors qu’il reste 52 minutes de course. Mais douze voitures, dont la Ferrari n°71, sont sous enquête de la Direction de Course pour ne pas s’être arrêtées à la sortie des stands alors que le feu était rouge.

Giacomo Piccini et la Ferrari n°8 de Kessel Racing devancent la n°71 de Mikkel Mac de moins d’une seconde, mais Piccini se voit débarrassé de cette pression lorsque Mac doit observer un stop-and-go de deux minutes, tout comme les onze autres voitures concernées par le non-respect du feu rouge.

Grâce à sa stratégie audacieuse du début de course, la Norma n°9 est maintenant leader de la course. Adrien Trouillet précède la Norma n°39 de Nicolas Schatz de moins d’une seconde. Duncan Tappy est troisième devant la Norma n°3 de Laurents Hörr (DKR Engineering).

Hörr passe Tappy pour le gain de la troisième position mais dépasse les limites de la piste lors de son dépassement, ce qui vaut un drive-through au pilote allemand. Hörr avait pris le meilleur sur les deux Norma de Graff pour la tête de course, mais sa pénalité le fait chuter à la cinquième place.

Duncan Tappy double à son tour les deux prototypes de Graff pour prendre la deuxième position, mais lorsque la voiture de DKR Engineering purge sa pénalité à 22 minutes du drapeau à damier, la Norma de Lanan Racing prend la tête, que Tappy conserve jusqu’à l’arrivée.

Un Full Course Yellow est instauré au 50e tour, lorsque la Ligier n°14 de Tom Olsen (RLR MSport) tape le mur à l’intérieur de la courbe de Signe. Alors que les voitures sont au ralenti, la Mercedes AMG GT3 n°7 de Roberto Pampanini (SVC) perd une roue arrière dans le virage 11. Le prototype et la GT sont évacués en sécurité et la course reprend, à moins de huit minutes de son terme.

Mais cette première manche Michelin Le Mans Cup 2019 réserve encore quelques surprises. La Ferrari n°8 doit observer un stop-and-go pour non respect de la durée minimale d’arrêt au stand. Mais Giacomo Piccini compte plus d’un tour d’avance sur son poursuivant immédiat, Yannick Mettler et sa Mercedes n°5 (SPS Automotive Performance). L’Italien compte encore une belle avance lorsqu’il reprend la piste après sa pénalité.

En tête de la course, Tappy file vers la victoire mais la bataille pour les deux autres marches du podium est loin d’être terminée. Laurents Hörr double Colin Noble pour le gain de la quatrième place, puis Nicolas Schatz. Mais l’Allemand, qui a doublé très large, rend la position, ne souhaitant pas provoquer une nouvelle réaction des commissaires à son encontre.

Dans le dernier tour, Hörr plonge à l’intérieur sur Schatz au virage 5 et les deux voitures se touchent. La Norma n°3 prend la troisième place à six secondes de la Norma victorieuse de Lanan Racing et six dixièmes de la Norma n°9 de Trouilet.

Cependant, après la course, les Norma n°9 et 39 de Graff ont écopé d’une pénalité Drive Throught, convertie en 35 secondes additionnelles, les deux voitures n’ayant pas respecté la vitesse limite de 80km/h assez rapidement sous procédure « Full Course Yellow ». Cela promeut ainsi la Norma n°3 de DKR Engineering en 2e position et la Norma n°2 de Nielsen Racing (Tony Wells/ Colin Noble) en 3e. La n°9 de Graff est 5e et la n°39 6e derrière la Norma n°11 de Racing Experience pilotée par Charlie Marti et Gary Hauser.

La victoire GT3 revient à Giacomo Piccini, qui termine dixième du général avec 1 minute 22 d’avance sur la Mercedes de Mettler. Mikkel Mac est troisième, à 1 minute 40 du vainqueur.

Classement final
Championnats

Communiqué Michelin Le Mans Cup

A propos de l'auteur

Articles en relations