ELMS – Dans la cour des grands

En constante progression depuis son entrée en ELMS en 2017, COOL Racing décroche une 7ème place très encourageante à l’issue des 4 Heures du Castellet. Au volant de leur nouvelle Oreca 07-Gibson, Alexandre Coigny, Antonin Borga et Nicolas Lapierre ont signé une copie sans faute face à des adversaires chevronnés.

Septième place à l’arrivée, sans casse et avec une belle régularité : l’aventure COOL Racing en endurance a repris son cours sur les chapeaux de roues au moment de retrouver l’European Le Mans Series au Castellet.

Après deux années en catégorie LMP3 dans le cadre de l’ELMS, l’écurie menée par Patrick Barbier affichait ses couleurs sur une nouvelle Oreca 07 LMP2, laquelle représente une étape supplémentaire vers une première participation aux 24 Heures du Mans en 2020. Après avoir été accompagné par le Tessinois Iradj Alexander, le duo genevois composé d’Antonin Borga et Alexandre Coigny accueillait Nicolas Lapierre, trois fois vainqueur du double tour d’horloge manceau en LMP2. Le Français établi près du Lac Léman n’a eu de cesse d’apporter son expérience lors des tests d’intersaison.

Week-end fourni

Au moment d’aborder la première course de l’année 2019, les fruits d’un tel travail ont immédiatement payé. « Nous sommes ici pour apprendre, et apprendre vite », a commenté Patrick Barbier. Accompagné par sa fille Herminie et Iradj Alexander dans le rôle de directeur sportif et pilote de réserve, le team manager de COOL Racing avait le sourire.

Qualifiée en quatrième position par Nicolas, la voiture a été confiée à Alexandre pour prendre le départ, une mission délicate menée tambour battant par le gentleman driver genevois. Auteur d’un premier stint de 35 minutes, le pilote Bronze remettait le volant à Antonin pour la même durée, après quoi les deux compères enchaînaient chacun avec un deuxième relais. Auteur d’une belle remontée, le deuxième nommé achevait son périple à la 8ème position au moment de confier le baquet à Nicolas.

Sprint de fin…

La mission du chevronné Français restait simple : boucler les deux derniers relais de fin de course en mode attaque maximale. Ressorti des stands 12ème, il grappillait les places sans coup férir jusqu’à la 7ème position, qu’il conservait jusqu’au drapeau à damiers.

Remportée par l’Oreca 07 #21 du team DragonSpeed avec le trio Henrik Hedman/Ben Hanley et James Allen, les 4 Heures du Castellet ont également vu s’imposer la Norma M30 #17 d’Ultimate en LMP3 (Jean-Baptiste Lahaye/Matthieu Lahaye/François Heriau), de même que la Ferrari F488 #51 du Luzich Racing (Alessandro Pier Guidi/Nicklas Nielsen/Fabien Lavergne). Prochain rendez-vous de l’ELMS le 12 mai à Monza.

Ils ont dit…

Alexandre Coigny : « Comme la plupart des pilotes Bronze qui réalisent leur première saison en LMP2, j’ai perdu du temps dans le trafic, mais je suis très satisfait. Nous récoltons le fruit de notre travail. C’est une année d’apprentissage et j’ai encore des progrès à faire, surtout face à des adversaires d’un tel calibre sur la piste. »

Antonin Borga : « Ce qui est génial, c’est que nous n’avons cessé d’améliorer le comportement de la voiture. Nous avons trouvé un bon setup et une bonne balance. Lors de mon premier stint, il manquait un peu de jus, mais pour le second run avant de passer la main à Nico, la voiture était parfaitement saine et régulière. Pour une première course, c’est magnifique. Les mécaniciens ont travaillé à merveille. »

Nicolas Lapierre : « L’évolution des performances tout au long de la semaine depuis le prologue a été très satisfaisante, au point que j’aurais aimé viser la première ligne en qualifications. Bien sûr, la saison ne fait que commencer, et nous ne devons pas sous-estimer la force de nos adversaires qui se sont avérés redoutables à tous les niveaux. »

Communiqué Cool Racing ; crédit photo : © Matthias Schütt/race-film.de

A propos de l'auteur

Articles en relations