WRC – Le malheur d’Elfyn Evans fait le bonheur de Thierry Neuville

Après un rallye parfaitement géré par Elfyn Evans, le pilote Gallois abordé la Powerstage avec une petite avance sur Thierry Neuville, suffisante pour l’emporter sans fait de course. Malheureusement pour le pilote Ford, une crevaison dans le dernier chrono du rallye allait ruiner ses chances de victoire et le faire rétrograder au troisième rang. Deuxième du rallye avant l’ultime spéciale, Thierry Neuville recueillait ainsi les lauriers de la victoire, au terme d’un sans-faute du pilote Hyundai, et s’empare ainsi du commandement du championnat.

Dès la première spéciale du vendredi matin, et alors que Elfyn Evans réalisait le meilleur temps, plusieurs prétendant partait à la faute. Et, si Sébastien Ogier ne perdait qu’une dizaine de seconde dans un tête-à-queue, il en était tout autre pour Sébastien Loeb et Kris Meeke qui, partant à la faute, perdait près d’une minute pour le pilote Toyota et deux minutes pour Sébastien Loeb.

Reparti après sa faute, Kris Meeke réalise le meilleur temps dans le deuxième chrono du jour devant Ott Tänak, ce dernier prenant le leadership et augmentant son avance sur Elfyn Evant dans la dernière spéciale de la matinée. Mais, l’après-midi, le pilote Ford était irrésistible et reprenait la tête après le cinquième chrono avant de perdre du temps dans la dernière spéciale du jour, Kris Meeke, roulant au ralenti après une touchette, n’ayant pas vu la Ford dans ses rétroviseurs et bloquait le pilote Ford avant de le laisser passer après s’être rendu compte de sa présence. Heureusement pour Elfyn Evans, la direction de course lui attribuait un temps forfaitaire et il concluait la première journée en tête de l’épreuve, devant Ott Tänak, Thierry Neuville, Dani Sordo et Teemu Suninen. Sixième et septième, les deux pilotes Citroën, Sébastien Ogier et Esapekka Lappi, n’était pas en mesure de rivaliser en raison de mauvais réglages de leur Citroën C3 WRC. Suivaient Sébastien Loeb, Jari-Matti Latvala, retardé par une crevaison, et Kris Meeke, mais tous déjà loin.

Le lendemain matin, c’est un Ott Tänak à l’attaque qui prenait le commandement de l’épreuve durant la matinée, mais perdait toute chance de victoire dans la boucle de l’après-midi après avoir été contraint de changer une roue suite à une crevaison et perdait ainsi toute chance de victoire ou podium. Elfyn Evans retrouvait la tête de l’épreuve mais dans la longue spéciale qui clôturait la journée, Thierry Neuville reléguait le pilote Gallois à plus d’une quinzaine de seconde, et passait en tête devant le pilote Ford. Après avoir connu des problèmes de réglages, Sébastien Ogier était parti pour réaliser son premier temps scratch du rallye dans la dernière spéciale du jour, mais un petit problème moteur lui faisait perdre plusieurs secondes au profit du pilote Hyundai, mais les deux hommes s’avéraient au-dessus du lot dans ce dernier chrono, et le pilote Citroën remontait ainsi à la troisième place au général.

Avec deux spéciales au programme du dimanche, la lutte pour la victoire allait se jouer avec une cinquantaine de kilomètre à effectuer et seulement 4 secondes d’écart entre Thierry Neuville et Elfyn Evans au départ de la dernière boucle. Mais, dès la première spéciale, Elfyn Evans remettait les pendules à l’heure en signant le meilleur temps, mais surtout en rejetant à plus de 15 secondes et possédait ainsi plus d’une dizaine de seconde d’avance sur le pilote Belge avant la dernière spéciale. Malheureusement, la roue avant droite de la Ford allait en décider autrement dans la Powerstage et le pilote Ford perdait plus d’une minute dans la dernière spéciale et chutait à la troisième place du classement. Auteur d’un rallye sans-faute, et constamment aux avant-postes, Thierry Neuville récupérait presque inespéré avant la Powerstage et remportait sa première victoire de la saison, non sans avoir une petite pensée pour le malchanceux du jour :

Thierry Neuville : « Quel rallye incroyable et quel résultat ! Je voudrais avoir une pensée pour Elfyn et Scott ; je suis vraiment déçu pour eux. Ce fut une très belle bataille et leur équipage était le plus rapide ce week-end. J’ai attaqué très fort durant la Powerstage et les points marqués ce week-end seront extrêmement importants pour le championnat. Cela témoigne du travail chez Hyundai Motorsport. Nous n’étions, peut-être pas, les plus rapides ce week-end, mais les performances furent en progression et cette victoire est parfaite, je les remercie de leurs efforts. Nous avons su faire al différence samedi après-midi pour nous remettre en lice et c’est ce qui a rendu ce résultat possible. Tout n’est jamais fini avant l’arrivée ! »

Après un rallye difficile, Sébastien Ogier a su remonter au classement et la crevaison de la Ford lui permet de terminer au deuxième rang final, presque inespéré au vu des performances de sa machine. Derrière Elfyn Evans, Dani Sordo prenait la quatrième place malgré des problèmes de freins en fin d’épreuve, devant Teemu Suninen qui assurait un solide résultat. Sixième, Ott Tänak prenait 4 points bonus dans la Powerstage remportée par son coéquipier Kris Meeke. Esapekka Lappi, Sébastien Loeb, Kris Meeke et Jari-Matti Latvala complétaient le top 10 de l’épreuve.

Tout comme en WRC, le WRC2 allait connaître de multiple rebondissement. Ainsi, les deux pilotes en WRC2 Pro, Källe Rovanperra et Łukasz Pieniążek partait tour à tour à la faute. Et, si le pilote Ford pouvait repartir, il en était pas de même pour la Skoda Fabia du jeune finlandais qui laisait ainsi les points dela victoire en WRC2 Pro au jeune Polonais. Si le début de l’épreuve allait être menée par les spécialistes de l’asphalte Eric Camilli (Polo R5) et Yoann Bonato (C3 R5) étaient contraint à l’abandon le deuxième jour sur un problème mécanique pour le pilote Citroën et un spectaculaire incendie pour la Polo. La dernière journée du rallye allait voir une lutte pour la victoire en WRC2 entre les skoda de Nikolay Gryazin et de Fabio Andolfi. Et, si le pilote Italien perdait la tête dans la pénultième spéciale, il reprenait son bien dans la Powerstage et remportait la catégorie pour moins de 4 secondes. Enfin, notons la victoire en Junior WRC de Julius Tannert au terme d’un beau duel avec Tom Kristensson, les deux hommes n ‘étant séparé que par 1,9 secondes au terme des 14 épreuves spéciales.

CLASSEMENT FINAL PROVISOIRE

  1. Neuville / Gilsoul (Hyundai i20 WRC) 3h22’59’’0
  2. Ogier / Ingrassia (Citroën C3 WRC) +40’’3
  3. Evans / Martin (Ford Fiesta WRC) +1’06’’6
  4. Sordo / Del Barrio (Hyundai i20 WRC) +1’18’’4
  5. Suninen / Salminen (Ford Fiesta WRC) +1’24’’6
  6. Tänak / Järveoja (Toyota Yaris WRC) +1’40’’0
  7. Lappi / Ferm (Citroën C3 WRC) +2’09’’1
  8. Loeb / Elena (Hyundai i20 WRC) +3’39’’2
  9. Meeke / Marshall (Toyota Yaris WRC) +5’06’’3
  10. Latvala / Anttila (Toyota Yaris WRC) +6’44’’6

POWERSTAGE

  1. Meeke / Marshall (Toyota Yaris WRC)
  2. Tänak / Järveoja (Toyota Yaris WRC)
  3. Suninen / Salminen (Ford Fiesta WRC)
  4. Neuville / Gilsoul (Hyundai i20 WRC)
  5. Ogier / Ingrassia (Citroën C3 WRC)

CHAMPIONNAT DU MONDE PILOTES

  1. Thierry Neuville – 82 points
  2. Sébastien Ogier – 80 points
  3. Ott Tänak – 77 points
  4. Elfyn Evans – 43 points
  5. Kris Meeke – 42 points
  6. Esapekka Lappi – 26 points
  7. Sébastien Loeb – 22 points
  8. Dani Sordo – 16 points
  9. Jari-Matti Latvala – 15 points
  10. Teemu Suninen – 14 points

CHAMPIONNAT DU MONDE CONSTRUCTEURS

  1. Hyundai WRT – 114 points
  2. Citroën Total WRT – 102 points
  3. Toyota Gazoo Racing – 98 points
  4. M-Sport Ford WRT – 70 points

Credit photo : Hyundai Motorsport, Citroën Racing, Ford M-Sport, Toyota Gazoo Racing, Skoda Motorsport ; citation Hyundai Motorsport

A propos de l'auteur

Articles en relations