Six questions au Genevois Edoardo Mortara sur le Hungaroring: «J’adore les AMG compactes»

01-Edoardo Mortara sur le circuit de l'Hungaroring@Photo MercedesLa vie d’un pilote professionnel comprend également différentes opérations promotionnelles. Le pilote genevois Edoardo Mortara, au bénéfice aussi bien d’un passeport suisse que d’une licence suisse, avait ainsi répondu présent au début du mois d’avril lors de la présentation à la presse des Mercedes AMG compactes  sur le circuit de F1 du Hungaroring. Interview.

Sport-Auto.ch: Edoardo, après six saisons passées chez Audi en DTM, ponctuées en 2016 par cinq victoires et le titre de vice-champion, vous défendez depuis le début de cette année les couleurs de Mercedes. La conquête du titre fait-elle partie de vos objectifs cette saison?

 Mercedes-AMG Motorsport DTM, Tests, Vallelunga, Edoardo Mortara;

Edoardo Mortara: « Il est clair que, après avoir terminé sur la deuxième marche du podium, on aspire à faire encore mieux. Je vais donc tout mettre en œuvre pour me battre pour le titre. Je n’ignore cependant pas que la saison est très longue. D’ailleurs, mon programme avec Mercedes ne comprend pas seulement toutes les courses du DTM, mais également la participation en GT3 aux 24 Heures du Nürburgring et aux Blancpain GT Series. »

Sport-Auto.ch: Vous avez remporté l’an passé une de vos cinq victoires en DTM sur le Hungaroring. Comment s’est passé votre retour sur ce circuit avec une Classe A 45 lors de la présentation à la presse des Mercedes AMG de la gamme compacte?

DTM Nürburgring 2016Edoardo Mortara: « Cela s’est très bien passé. L’AMG A 45 est vraiment une voiture qui procure beaucoup de plaisir avec ses 381 chevaux. En tout, j’ai effectué une vingtaine de tours du Hungaroring lors de ces journées de presse du mois d’avril. J’adore les AMG compactes. D’ailleurs, l’une des deux voitures que Mercedes me met à disposition pour mon usage personnel est justement un AMG GLA 45. Il s’agit d’un mini-SUV qui se parque facilement. Il est très agréable à conduire, même en ville, et sa position de conduite est un peu plus élevée que dans les AMG de la Classe A. Disposant lui aussi de 381 chevaux comme la A 45, le GLA 45 est à la fois puissant et confortable. »

PTD_Mercedes_Benz_Compact_Cars_Hungary_2017, Mercedes-AMG GLA45 4MATICSport-Auto.ch: Et quelle est votre deuxième voiture de fonction ?

Edoardo Mortara: « Il s’agit d’une Mercedes AMG C63 S dont le moteur développe 510 ch. »

Sport-Auto.ch: Le Hungaroring est parfois critiqué pour son côté sinueux. Quel est votre avis à ce sujet?

PTD_Mercedes_Benz_Compact_Cars_Hungary_2017, Mercedes-AMG A45 4MATICEdoardo Mortara: « Il s’agit d’un circuit sur lequel on peut avoir beaucoup de plaisir lorsqu’on y roule individuellement comme cela a été le cas pour les journalistes lors de ces essais réservés à la presse. Son tracé est alors vraiment très sympa. En course, il peut en revanche s’avérer assez ennuyeux. Les possibilités de dépasser y sont rares et il arrive parfois que certaines courses ressemblent à une procession relativement monotone. »

Sport-Auto.ch: En 2008, vous avez été sacré vice-champion des Euroseries de F3 entre Nico Hülkenberg et Jules Bianchi lesquels ont été promus tous les deux en F1 les saisons suivantes. En 2010, vous remportez à votre tour le titre européen en F3 devant Marco Wittmann et Valtteri Bottas lequel est aujourd’hui le coéquipier de Lewis Hamilton chez Mercedes en F1. Que vous a-t-il manqué pour accéder à votre tour en F1?

Edoardo Mortara: « C’est difficile à dire. Il y a beaucoup de candidats et très peu d’élus. Il faut être au bon moment à la bonne place. Mon but était cependant de gagner ma vie en tant que pilote professionnel pour un grand constructeur et il a été largement atteint. Après avoir couru pendant six ans avec Audi, je suis désormais chez Mercedes et vais continuer à me battre pour la victoire à chaque course. Beaucoup de pilotes de F1 ne peuvent pas en dire autant. Les chances de monter sur le podium sont en effet rares si vous ne faites pas partie d’une écurie de pointe en F1. »

Motor Racing - Formula One Young Drivers Test - Day Two - Abu Dhabi, UAESport-Auto.ch: Au terme de la saison 2012, vous avez néanmoins eu la satisfaction de participer à des essais officiels au volant de la Lotus-Renault de F1 utilisée juste avant par Kimi Raikkonen et Romain Grosjean. Quels souvenirs gardez-vous de cette expérience?

Edoardo Mortara: « C’était une expérience inoubliable même si cela remonte à plus de quatre ans. J’avais été convié à piloter la Lotus-Renault de F1 en compagnie de Nicolas Prost et j’en garde un très bon souvenir. Tout est très impressionnant. Notamment les freinages. »

Motor Racing - Formula One Young Drivers Test - Day Two - Abu Dhabi, UAEOn relèvera pour la petite histoire que Nicolas Prost, tout comme Edoardo Mortara, possède lui aussi la nationalité suisse. Tous deux courent cependant sous le drapeau d’un autre pays, la France pour Nicolas Prost et l’Italie pour Edoardo Mortara. Ce dernier est né à Genève et y a toujours habité. Il est même propriétaire d’un restaurant japonais, le Moshimoshi, à Carouge. Comme il possède également le passeport italien, Edoardo Mortara a commencé sa carrière sous les couleurs de l’Italie, le pays de son père. Cet aspect-là n’a pas manqué de séduire les responsables du DTM, toujours désireux d’internationaliser au maximum leur championnat. Il en avait été de même pour Bernie Ecclestone en F1 au sujet de la nationalité française du Genevois Romain Grosjean. Celui-ci, après avoir commencé à courir avec une licence suisse – son père, Me Christian Grosjean, a même été président de l’Automobile Club de Suisse pendant plusieurs années – a pris une licence française. Cela lui a permis d’arriver en F1 grâce aux efforts conjoints de Total et de Renault. Le passeport français de Romain Grosjean a par ailleurs permis à Bernie Ecclestone, alors grand patron de la F1, de négocier des droits de retransmission télévisée plus élevés en France. Ces droits auraient en effet été moins élevés s’il n’y avait pas eu de pilote français en F1.

GT racing various 2015Pour en revenir aux responsables du DTM, ceux-ci ont été d’autant plus ravis qu’Edoardo Mortara défende les couleurs italiennes qu’ils avaient déjà plusieurs pilotes suisses dans leur championnat. Tout d’abord Rahel Frey, pilote officielle chez Audi en 2011 et en 2012, puis Nico Müller, engagé lui aussi par Audi depuis 2014 et, à ce titre, coéquipier d’Edoardo Mortara pendant trois ans au sein du constructeurs aux quatre anneaux.

Motorsports / DTM 01HockenheimOn se souvient toutefois que d’autres binationaux, à l’image de Patrick Pilet, pilote officiel chez Porsche, ou de Simona de Silvestro, pilote de développement au sein de l’écurie Sauber de F1, arboraient sur leur combinaison de course deux drapeaux. Le français et le suisse pour Patrick Pilet et l’italien ainsi que le suisse pour Simona de Silvestro. Une telle possibilité serait-elle également envisageable pour Edoardo Mortara à l’avenir? Lorsque nous lui avons posé la question, le pilote genevois nous a laissé entendre que cela pouvait être tout à fait envisageable. Cela d’autant plus qu’il court également avec une licence suisse et que sa fille, une adorable petite Sofia née en 2016, possède elle aussi un passeport suisse!

PTD_Mercedes_Benz_Compact_Cars_Hungary_2017, Mercedes-AMG A45 4MATIC

Crédits des photos : Mercedes et Audi

A propos de l'auteur

Articles en relations