DTM – 4 questions à Nico Müller

Nico MüllerLe Bernois Nico Müller a pris part la semaine dernière à ses premiers essais officiels en DTM. Suite à ces deux journées sur l’Hungaroring, il a participé au jeu des 4 questions.

Pour vos débuts en DTM au sein de l’Audi Sport Team Rosberg, vous avez marqué les esprits : de tous les pilotes Audi, c’est vous qui avez accompli le plus de tours, vous avez réalisé le meilleur tour le mardi, et le deuxième tour le plus rapide de tous les essais. Quel bilan tirez-vous ?

Nico Müller : « Très positif. Dès les premiers tours de roue, je me suis senti très à l’aise dans l’Audi RS5 DTM. C’était important pour moi, car je suis confronté à beaucoup de nouvelles choses. En général, les tests se sont très bien passés pour Audi, et nous avons bien travaillé en fonction de notre programme. Nous devons maintenant tout mettre en œuvre ce que nous avons appris lors de la saison. »

Vous avez piloté sur deux jours consécutifs (mardi et mercredi) et avez accompli un total de 277 tours. Est-ce difficile ?

Nico Müller : « Le circuit de l’Hungaroring est très difficile physiquement, car vous allez d’un virage à l’autre sans avoir de pause avec une ligne droite. C’est aussi une piste exigeante mentalement, parce que votre concentration doit être au maximum sur l’ensemble du tour. C’était éprouvant, mais c’est bon. »

C’était votre premier test au sein de l’Audi Sport Team Rosberg et avec votre coéquipier, Jamie Green. Comment avez vous été accueilli par l’équipe et vos coéquipiers ?

Nico Müller : « Très bien. Je ne me suis pas seulement senti chez moi dans la voiture, mais aussi au sein du team. La collaboration avec l’ingénieur et l’équipe fut très bonne. Ils ont fait du très bon travail et nous n’avons pas connu un seul souci technique. C’est un bon début pour réussir la saison. »

Quelle fut votre plus grosse découverte en Hongrie ?

Nico Müller : « J’ai eu une énorme quantité d’informations à apprendre. Et j’ai eu besoin de deux journées pour tout assimiler, il y a tellement de nouvelles choses pour moi. Il n’est pas facile de citer un point spécifique, mais la plus grande découverte fut certainement le travail et le fonctionnement au sein de l’équipe. L’Audi Sport Team Rosberg est une équipe bien plus grande que celles pour lesquelles j’ai couru par le passé. Et cette découverte en direct était impressionnante. »

A propos de l'auteur

Articles en relations