WRC- Rallye de France – J1 : Les équipages suisses en galère

6T1G9252Le coup d’envoi du Rallye de France, 11ème manche du Championnat du Monde 2014, a été donné vendredi matin du côté de Strasbourg. Les 3 équipages suisses au départ ont connu des misères lors de cette première journée de course. En effet, aucun helvète ne parviendra à rester en course jusqu’à la Super-Spéciale, disputée de nuit, dans les rues de Strasbourg. Heureusement, tout le monde devrait pouvoir repartir en Rallye 2 pour la deuxième journée.

#76 Jonathan Hirschi / Vincent Landais – Peugeot 208 T16

Le Rallye de France marque les grands débuts en compétition du HRT Rally Team, le nouveau team de Jonathan Hirschi. Pour l’ex-pilote d’endurance, la mise en condition n’a pas été longue, puisque dès la première spéciale de 11 kilomètres, il a été dans le rythme en signant une 30e chrono à seulement 37 secondes du meilleur temps de Latvala. Des performances qu’il améliorera régulièrement jusqu’à l’ES 5, où il est victime d’une sortie de route sans gravité.

Jonathan Hirschi : «Lors du 2e passage dans cette spéciale du Pays d’Ormont, les spectateurs avaient retiré les plots empêchant de prendre la corde, si bien que la route n’avait plus rien d’asphalte. J’ai été surpris dans un droite, et une fois à la corde, j’ai été éjecté à l’extérieur. Les jantes gauches ont parfaitement joués leur rôle de fusibles, mais n’ayant qu’une seule roue de secours, ma journée s’est terminée là… La voiture n’est pas très endommagée et nous repartirons demain en Super Rallye afin de continuer notre apprentissage de la voiture.

6T1G9240#110 Stéphane Gobalet / Romain Lambiel – Ford Fiesta R2

Pour Stéphane Gobalet, qui n’avait plus roulé depuis 3 ans, la journée s’est résumée à 3 spéciales. L’ES1 pour reprendre ses marques, l’ES2 pour la super performance (6e des R2) et l’ES3 pour l’abandon sur problème de démarrage.

 Stéphane Gobalet : « Nous avons fait venir la pièce défectueuse de Suisse, et nous repartirons demain… »

#112 Denis Baillif / Frédéric Baillif – Peugeot 208 VTI  

Après une première spéciale disputée sans radio, c’est une petite sortie de route apparemment sans gravité qui a stoppé l’élan de la Peugeot 208 de la famille Baillif, cela dès la deuxième spéciale. Si la voiture n’a presque pas de mal, Frédéric, le copilote, souffre de douleurs à la nuque. Après un examen médical effectué à l’hôpital, il a reçu l’autorisation de reprendre la course, mais c’est son état demain matin qui prévaudra.

Au programme de la journée de samedi, 7 épreuves spéciales totalisant 125, 5 kilomètres chronométrés.

Crédit des photos @Massimo Prati

A propos de l'auteur

Articles en relations