SEAT
IBIZA CUPRA

L’essai Sport-Auto.ch du 8 février 2017

Rédaction : Bob de Graffenried
Photographies : Bob de Graffenried

Depuis le rachat de Seat par le groupe VW en 1986, on a souvent tendance à assimiler ces dernières comme des Volkswagen au rabais de par leurs tarifs plus accessibles. En effet, la Seat Ibiza Cupra voit son tarif démarrer à CHF 23’950.-, contre CHF 24’200.- pour la VW Polo GTI disposant de la même plate-forme et du même moteur mais avec un équipement de série moins généreux. Cette dernière propose en option une boîte DSG à 7 rapports ainsi qu’une déclinaison 5 portes, alors que la Seat n’est disponible qu’en 3 portes avec boîte manuelle à 6 rapports… Mais attention, malgré son prix inférieur, la Seat Ibiza Cupra cache d’autres tours dans son sac. C’est parti !

0-100km/h (s)

Vmax (km/h)

rapp. poids/puiss. (kg/ch)

traction
4 cyl. 1.8L turbo
192ch / 320Nm
1’260kg

L’extérieur est réussi, profitant des lignes de base de la Seat Ibiza déjà sportives avec ses arrêtes acérées. Grâce au pack aérodynamique (CHF 1’690.-), elle reçoit ici un spoiler de toit et des bas de caisse spécifiques. Selon moi, elle demeure malgré tout un peu haute pour aspirer à une réelle sportivité, un choix probablement délibéré dans le but préserver un certain confort.

L’habitacle est simple mais bien pensé, les commandes tombant naturellement sous la main. On perçoit rapidement la filiation avec le groupe VW puisque de nombreux boutons sont identiques tous comme les menus de l’ordinateur de bord. On a donc droit à la fois à des assemblages de qualité et à une ergonomie logique. Les bouches d’aérations sont originales avec leurs grilles en nid d’abeille incérées en profondeur. Globalement, rien de très excitant au regard hormis le petit volant à méplat dont la jante épaisse en cuir offre une excellente prise en main.

De série, la Seat Ibiza Cupra reçoit entre autres des phares bi-xénon, la climatisation automatique, le régulateur de vitesse, la radio DAB et le Bluetooth via un écran couleur tactile de 5 pouces. Sans oublier les suspensions adaptatives DCC, qui sont en option sur sa cousine VW Polo GTI ! Le tout pour seulement CHF 23’950.-, il n’y a donc rien à redire… L’habitacle de notre exemplaire d’essai est pourvu en plus des sièges en alcantara (CHF 550.-) chauffants (CHF 390.-) ainsi que du système de navigation couplé au système Media Plus dont l’écran est de 6.5 pouces (CHF 890.-).

Aussitôt parti, la première chose qui surprend est le moteur, à la fois souple et tonique. Pour seulement 192ch, le 4 cyl. 1.8L turbo pousse très fort dès 1’500trs/min. Revers de la médaille, la poussée est trop linéaire et semble s’essouffler à hauts régimes, pressentiment confirmé après avoir consulté la fiche technique indiquant un couple maximum disponible seulement jusqu’à 4’200trs/min. Mais l’étagement de la boîte étant long (le rupteur à 7’000trs/min est atteint à 115km/h sur le 2ème rapport) cela ne péjore pas l’allonge moteur et permet des montées en régimes plaisantes jusqu’aux alentours de 5’500trs/min.

Au niveau commande de boîte et embrayage, on a là à faire à un ensemble conventionnel, doux mais précis. On est loin de la fermeté des commandes des Peugeot 208 GTi ou Ford Fiesta ST par exemple. Constat identique pour les suspensions qui sont plutôt typées confort, en mode normal du moins. De toutes évidences, la Seat Ibiza ne s’adresse pas aux mêmes acheteurs que les deux concurrentes précités. Ses fans à elle, ce sont ceux qui recherchent une petite voiture qui en a sous le capot tout en gardant un confort d’usage proche des déclinaisons de base.

Une pression sur le bouton Sport et la donne change : le châssis se fait sensiblement plus dur, tout comme la direction. Dans ce mode, le comportement routier est excellent et la motricité, assurée par un différentiel à glissement limité électronique (XDS), est bien gérée. Le système Soundaktor qui amplifie le son du moteur via un haut-parleur dans l’habitacle, envoie alors du lourd et donne agréablement le change ! Je regrette toujours qu’il ne soit pas possible de régler soi-même le volume de ce son. A ma connaissance seule Renault propose ce réglage fin pour le son reproduit dans l’habitacle.

Bien équilibrée, la Seat Ibiza Cupra passe fort en courbes, mais les sensations ressenties ne sont pas au niveau des vitesses atteintes. L’ESP interviendra rapidement à la limite, heureusement il est possible de le rendre plus discret pas l’intermédiaire d’un réglage séparé de celui-ci, sans toutefois pouvoir le déconnecter entièrement. Très efficace et légèrement sous-vireuse, elle ne gratifie que peu son pilote avec une direction timide en retour d’information et un train arrière scotché au bitume en toutes circonstances. Son caractère reste donc un peu trop placide…  Elle s’avère en revanche être une très bonne compagne au quotidien, sûre, à l’aise partout et confortable, mais avec ce petit plus de dynamisme quand on le souhaite grâce au mode Sport et aux suspensions adaptatives. Pour la consommation, comptez entre 8 et 8.5/100km sur un parcours mixte et un peu plus de 6l/100km sur autoroute.

L’avis de Sport-Auto.ch

La Seat ibiza Cupra n’est pas la plus sportive des compactes du genre, mais elle s’avère être un compromis efficace, polyvalent et sans défaut rédhibitoire. La souplesse et les reprises surprenantes de ses 192ch, tout comme son ergonomie sans faille, convainquent également. Le tout à un tarif raisonnable puisque pour moins de CHF 29’000.- options comprises, il est possible d’avoir une compacte sportive très bien équipée ! Que demander de plus ? Un soupçon supplémentaire de caractère peut-être !

bob[@]sport-auto.ch

Pour...
  • Suspensations adaptatives DCC
  • Prix attractif
  • Polyvalence
  • Souplesse/tonicité moteur
Contre...
  • Pas de version 5 portes
  • ESP pas totalement déconnectable
  • Manque de caractère
Technique / Tarifs
Si le document ne s’affiche pas correctement, cliquez ici.
Remerciements
Merci à Seat Suisse pour le prêt de cette Seat Ibiza Cupra.

Print Friendly, PDF & Email