Sélectionner une page

HONDA
MONTE EN GAMME AVEC
SON NOUVEAU CR-V

Le reportage Sport-Auto.ch du 14 août 2018

Rédaction : Laurent Missbauer
Photographies : D.R. Honda, Laurent Missbauer

Non, les nouveaux Honda CR-V ne sont pas le modèles les plus sportifs du constructeur japonais qui, en tant que motoriste, a été sacré six fois champion du monde de F1. Il n’en demeure pas moins que tous les nouveaux CR-V ont désormais un moteur turbo, le même que celui de la Honda Civic 1.5 VTEC Sport essayée l’année passée, et que leurs lignes sont beaucoup plus «dynamiques» que sur la génération précédente du CR-V.

S’il développe 182ch (242Nm) dans la Civic, le moteur 1.5 VTEC Turbo en déploie respectivement 193 (243Nm) et 173 (220Nm) dans le CR-V, les versions équipées de la boîte automatique CVT bénéficiant de 20ch de plus que les versions disposant d’une boîte manuelle. Il s’agit donc d’une bonne raison de s’intéresser à ces nouveaux CR-V qui se déclinent en quatre versions dénommées Comfort, Elegance, Lifestyle et Executive. Ces deux dernières visent clairement le segment premium, assurent les responsables de la marque, à commencer par Joachim Caffé (à g.) et Jean-Christophe Müller, respectivement responsable produit et président de Honda Suisse.

Les ambitions premium de ce véhicule, qui représente 24% des ventes de Honda en Europe avec un total 35’464 exemplaires commercialisés en 2017, se reflètent également dans la localité choisie pour le lancement international du nouveau CR-V. C’est en effet dans la très huppée station autrichienne de Kitzbühel, chère à l’ancien pilote Gerhard Berger, 3ème du championnat du monde de F1 en 1988 quand il était le coéquipier d’Ayrton Senna chez McLaren-Honda, que la cinquième génération du CR-V a été dévoilée à la presse. Et c’est également d’autres très beaux endroits, en l’occurrence dans dix clubs de golf répartis dans toute la Suisse, qu’aura lieu du 1er au 14 octobre le lancement helvétique du CR-V.

Commercialisé dans une fourchette de prix comprise entre CHF 37’000.- et CHF 55’000.-, le CR-V est en effet considérablement monté en gamme et s’attaque désormais non seulement au Ford Kuga et au Volkswagen Tiguan, mais également au BMW X1, au Mercedes GLC ainsi qu’à la DS7 Crossback et à l’Alfa Romeo Stelvio de 200ch, le petit frère du Stelvio de 280ch que nous avions essayé au mois d’avril. Face à ces concurrents, le CR-V dispose d’un certain nombre d’atouts, à commencer par son moteur essence VTEC Turbo.

Celui-ci, déjà vu dans la dernière Civic comme nous l’avons relevé plus haut, bénéficie d’un turbocompresseur conçu exclusivement pour le CR-V. «Cela lui permet de bénéficier d’une performance environnementale qui lui permet d’être classé dans les leaders de la catégorie», relève Lionel Zimmer, responsable de la communication de Honda Suisse. Les émissions officielles de CO2 sont en effet de 141g/km pour le modèle à deux roues motrices, qui peut uniquement recevoir la boîte manuelle à six vitesses, 149g/km pour le 4x4 avec la boîte manuelle à six vitesses et 158g/km pour le 4x4 avec la transmission CVT. Honda annonce une consommation moyenne comprise entre 6,3 et 7,4 litres aux 100km.

Nous avons eu l’occasion de conduire chacune des trois versions du nouveau CR-V dans les environs de Kitzbühel et avons été très agréablement surpris par la vivacité du modèle à deux roues motrices. Etant donné qu’il pèse une centaine de kg de moins, il est le plus rapide de tous avec, selon le constructeur, une vitesse de pointe de 211km/h et un 0 à 100km/h abattu en 9,2 secondes contre 208km/h et 9,3 secondes pour le 4x4 à boîte manuelle et 200km/h et 9,9 secondes pour le 4x4 CVT, ce dernier étant le moins sportif du lot. Les trois versions nous ont cependant agréablement surpris pour leur faible niveau sonore qui s’explique notamment par une plus importante épaisseur des vitres que sur les modèles précédents.

Une autre agréable surprise a été la boîte CVT. «Par rapport aux systèmes CVT traditionnels qui présentent souvent une sensation élastique lors des accélérations, la nouvelle unité CVT de Honda fournit une vitesse du moteur plus directe», nous a expliqué l’ingénieur Tetsuo Mikasa, en charge du développement du CR-V chez Honda. «La réponse et le retour du CVT ont été ciblés pour une expérience similaire à une transmission à double embrayage.»

Lors de dépassements effectués sur les routes de montagne précédant Zell am See, la boîte CVT n’offrait certes pas la même réactivité qu’une boîte à double embrayage, elle s’est néanmoins acquittée de sa tâche avec rapidité dans le bruit de «moulinage» caractéristique des transmissions à variation continue. Honda précise en outre que son CVT dispose désormais de deux programmes supplémentaires «qui offrent des améliorations de sécurité et de maniabilité spécifiques à la situation».

«C’est notamment le cas du programme Fast Off qui a fait l’objet de nombreux essais sur les routes à plusieurs voies et à grande vitesse en Europe», a précisé Tetsuo Mikasa. «Ce programme peut par exemple reconnaître une situation où le conducteur s’apprête à doubler un véhicule mais ne peut finalement pas effectuer le dépassement en raison de la présence d’une autre voiture sur la voie adjacente. Alors que le conducteur relâche rapidement la pédale de l’accélérateur afin de laisser passer le véhicule en approche, le programme Fast Off maintient le régime du moteur élevé pour une bonne reprise de la manœuvre.»

Les adeptes de conduite rapide apprécieront. Ils apprécieront également le nouveau châssis, qui est plus rigide que le précédent, et la nouvelle suspension spécialement adaptée à une conduite dynamique. Le CR-V a beau être haut sur pattes, on se rend immédiatement compte qu’il bénéficie des enseignements de la Civic VTEC Sport pour qu’il puisse tout de même être mené à un rythme soutenu. Il s’agit là d’un véritable progrès par rapport au CR-V de la génération précédente.

Le principal progrès réside toutefois dans l’habitacle. Il est plus vaste et peut même recevoir une troisième rangée de sièges dans la version à sept places. Mais, avant tout, il se veut plus premium avec un habillage qui reprend l’aspect du bois et un équipement très complet qui compense l’aspect un peu «cheap» de certains plastiques. Si la version «Executive», qui est la plus luxueuse, dispose de série d’un affichage tête haute et d’un toit ouvrant panoramique en verre, ses sièges en cuir sont également de série dans la version «Lifestyle».

Que demander de plus? Peut-être la sortie d’un CR-V équipé du moteur de 320ch de la Civic Type-R que nous avions qualifié de «véritable réussite» lors de notre essai publié ce printemps ! Renseignements pris auprès de Jean-Christophe Müller, le président de Honda Suisse, aucun CR-V Type-R ne figure à l’ordre du jour. Il en ira différemment pour la version hybride du CR-V qui fera son apparition dans le courant de l’année 2019.

Remerciements

Merci à Honda Suisse pour cette invitation à la présentation de presse des nouveaux CR-V VTEC Turbo.

Print Friendly, PDF & Email