DE LA ROUTE AU CIRCUIT AVEC
LES MERCEDES AMG COMPACTES

Le reportage Sport-Auto.ch du 17 avril 2017

Rédaction : Laurent Missbauer
Photographies : Laurent Missbauer, D.R. Mercedes

Le constructeur à l’étoile a le vent en poupe. Pour la sixième année consécutive, il a enregistré en 2016 un nouveau record de ventes en écoulant plus de 2 millions de voitures. Pour Dieter Zetsche, président du directoire de Daimler, ce nouveau record n’est pas étranger au succès rencontré depuis 2012 par la nouvelle gamme compacte de la marque qui comprend notamment la Classe A, la GLA, la CLA et la CLA Shooting Brake, synonymes d’«innovation et de plaisir de conduire». Et à propos de plaisir de conduire, Sport-Auto.ch a pu essayer ces quatre modèles dans leur version la plus sportive, celle estampillée AMG qui développe 381ch et qui dispose du moteur quatre cylindres le plus puissant du marché. Cet essai s’est déroulé en Hongrie, pays où sont assemblées aussi bien les CLA que les CLA Shooting Brake (variante break de la berline CLA). A peine arrivé à l’aéroport de Budapest, on m’a remis les clés d’une AMG CLA 45 4MATIC.

A noter que l’appellation 4MATIC désigne le système de traction intégrale développé par Mercedes qui équipe les modèles AMG de la gamme compacte mais également plusieurs dizaines de modèles Mercedes. Avec les 381ch revendiqués et l’avalanche de couple (475Nm), on va en avoir besoin ! Cette berline de taille moyenne aux lignes sculpturales est particulièrement séduisante avec sa couleur gris métallisé qui n’est pas sans rappeler celle des F1 avec lesquelles Mercedes a remporté les trois derniers championnats du monde avec Lewis Hamilton (2014 et 2015) et Nico Rosberg (2016). Ces deux pilotes se sont imposés en 2016 dans 19 des 21 courses de la saison et ont obtenu huit doublés, dont celui signé au Grand Prix de Hongrie qui avait permis à Hamilton de s’emparer pour la première fois de la saison du commandement du championnat du monde. Et c’est justement sur le circuit du Hungaroring que va se dérouler la suite de cet essai ! Dès mon arrivée, j’ai l’occasion d’échanger l’AMG CLA 45 pour une AMG Classe A 45 dans les paddocks. C’est parti pour quelques tours de piste !

C’est en effet uniquement sur circuit que l’on peut rouler à fond en toute légalité et vérifier ainsi pleinement les performances de très haut niveau qui font, depuis exactement 50 ans, la réputation des modèles AMG. En ce qui concerne l’AMG Classe A 45, sachez qu’elle accélère de 0 à 100km/h en seulement 4,2 secondes et qu’elle atteint 250km/h (limitée) en vitesse de pointe. Sur le Hungaroring, circuit très technique comportant de nombreux virages et une ligne droite de 800m, il ne m’a pas été possible de dépasser les 210km/h, mais cela a été largement suffisant pour goûter au «plaisir de conduire» évoqué par Dieter Zetsche au début de cet article.

«Ma» AMG Classe A 45 équipée du pack AMG Dynamic Plus s’est avérée particulièrement efficace en sortie de courbe grâce au différentiel autobloquant du pont avant. Les quatre roues motrices, dont la répartition du couple varie en fonction des conditions d’adhérence, assurent une motricité sans faille et pas seulement en sortie de virage ! Avec le mode de conduite «Race», la réponse du moteur turbo s’est avérée encore plus spontanée qu’en mode Sport+.

Le grand patron de Mercedes a par ailleurs qualifié les modèles AMG 45 d’«agiles et sûres sur route, ainsi que hautement dynamiques sur circuit et polyvalentes dans la conduite de tous les jours». Il s’agit là de qualificatifs qui ne sont guère usurpés. Les courbes des routes vallonnées qui permettent d’arriver au circuit du Hungaroring sont en effet négociées avec une telle agilité que l’on pourrait penser que la voiture est nettement plus légère que les 1’500kg annoncés par le constructeur. Quant à la sécurité, on relèvera que les freins n’ont montré aucun signe de faiblesse, même lorsqu’ils ont été soumis à rude épreuve sur circuit.

Le caractère dynamique et sportif de la Classe A se retrouve également dans l’habitacle. Pour s’adapter au mieux à la taille des personnes, les sièges sport sont équipés de série d’un réglage de la profondeur d’assise, ce qui a pour effet d’augmenter ou diminuer la dimension utile du dossier. La couronne du volant, revêtue de cuir perforé dans la zone d’appui, dispose de palettes permettant de passer manuellement les sept rapports de la boîte séquentielle à double embrayage.

Quant au moteur turbo, il répond aux moindres sollicitations sans aucun temps de réponse. Sur route, il se distingue par d’excellentes reprises et une sonorité extraordinaire. Le système d’échappement sport optionnel dispose en effet de série d’un volet d’échappement à pilotage automatisé. En fonction du style de conduite, le son est modulé entre discret et éclatant. Si vous souhaitez bénéficier d’une ambiance de course, sélectionnez le système d’échappement «AMG Performance» modifié. Sur la simple pression d’un bouton, vous bénéficiez d’un son similaire particulièrement rageur. A plusieurs reprises, j’ai eu l’impression de conduire non pas une voiture à quatre cylindres, mais bien à huit cylindres ! De toute évidence, les ingénieurs acousticiens ont accompli un excellent travail.

L’essai sur piste est terminé et c’est avec regret que j’ai échangé l’AMG Classe A 45 contre une AMG CLA 45 Shooting Brake pour me rendre du circuit jusqu’au centre de Budapest. Visuellement, il ne fait aucun doute que ce break revendique la même sportivité que la berline, avec une ligne de toit redescendant très tôt. Une belle réussite stylistique et probablement l’un des breaks les plus séduisants du marché ! Pour ce trajet, j’ai opté pour le mode de conduite «Confort» axé sur le confort et l’optimisation de la consommation. Il va de pair avec un moteur qui n’émet plus qu’une sonorité discrète et avec des changements de rapports qui s’effectuent tout en douceur. La fonction «roue libre» aide à économiser le carburant dès que le conducteur lève le pied de l’accélérateur dans une plage comprise entre 60 et 160km/h. Le programme «Confort» intègre également la fonction Stop/Start ECO qui coupe le moteur lors des arrêts.

Dieter Zetsche n’avait donc guère menti en soulignant «le caractère polyvalent» des AMG, capables d’être menées à la baguette sur circuit et dociles comme un agneau dans la circulation urbaine. Et cette polyvalence est peut-être encore plus marquée sur l’AMG GLA 45. Grâce à sa garde au sol plus élevée, ce «cross-over» est en effet également en mesure de s’aventurer hors des sentiers battus. J’ai d’ailleurs pu le vérifier en me faufilant dans les collines sablonneuses du circuit du Hungaroring, des collines qui, lors des courses, sont tout autant de tribunes naturelles pour les spectateurs. A vérifier lors du prochain Grand Prix de Hongrie, le 30 juillet, ou lors des deux manches du DTM agendées les 17 et 18 juin. Ces deux dernières courses verront notamment à l’œuvre le Genevois Edoardo Mortara qui, après avoir longtemps piloté pour Audi, a été transféré cette année chez Mercedes AMG. Il était d’ailleurs présent lui aussi lors de cette présentation des AMG de la classe compacte en Hongrie. Vous pouvez lire ici l’interview qu’Edoardo Mortara nous a accordé à cette occasion.

Remerciements

Merci à Mercedes-Benz pour l’invitation à l’essai de la gamme compacte AMG en Hongrie.