Sélectionner une page

BENTLEY
BENTAYGA W12

L’essai Sport-Auto.ch du 18 avril 2018

Rédaction : Laurent Missbauer
Photographies : Laurent Missbauer

Après la Maserati Levante S de 430ch et la Range Rover Sport SVR de 550ch, Sport-Auto.ch vous propose aujourd’hui l’essai d’une autre représentante de la catégorie en plein essor que sont les SUV. Mais pas n’importe laquelle puisqu’il s’agit de la Bentley Bentayga W12 de 608ch que la firme anglaise qualifie de «SUV le plus rapide du monde» !

Précisons d’emblée que si nous n’avons pas pu vérifier la vitesse de pointe de 301km/h annoncée par le constructeur (notre modèle d’essai était équipé de pneus d’hiver limités à 260km/h), nous pouvons néanmoins vous garantir que les accélérations de la Bentley Bentayga sont tout simplement prodigieuses. Elle n’a en effet besoin que de quatre secondes pour passer de 0 à 100km/h, ce qui est plus rapide qu’une Porsche Boxster 718 S qui réalise le même exercice en 4,2 secondes tout en pesant plus d’une tonne de moins !

Du coup, l’essai de la Bentley Bentayga W12 a parfaitement sa place sur notre site, d’autant plus qu’il a coïncidé avec l’annonce de la participation du constructeur britannique à la célèbre course de côte de Pikes Peak qui aura lieu le 24 juin prochain au Colorado. Bentley y engagera une Bentayga très proche de la série pour le Néo-Zélandais Rhys Millen qui compte plusieurs victoires de classe dans cette grande classique américaine et qui n’est autre que le fils de Rod Millen. Ce dernier s’est imposé à cinq reprises au classement général de la course de côte et fait partie, avec Michèle Mouton, Walter Röhrl, Ari Vatanen et Sébastien Loeb, de quelques-unes des légendes du rallye à avoir triomphé à Pikes Peak.

Cette participation à la course de côte la plus célèbre du monde renforcera l’image sportive de la Bentayga et, par conséquent, également celle de Bentley. Une image qui fait partie de l’ADN de la firme au B ailé comme en témoignent ses cinq succès aux 24 Heures du Mans et ses différentes victoires obtenues en grand tourisme avec la Continental GT3. Les acquis sportifs de la marque se retrouvent tout naturellement dans la Bentayga de notre essai. On pense avant tout au « Bentley Dynamic Ride », un système électronique de contrôle actif du roulis. Celui-ci, sitôt le mode « Sport » sélectionné, minimise le roulis dans les virages. Il nous a permis de franchir les cols du Pillon et des Mosses avec une efficacité qui n’avait rien à envier à celle de voitures cataloguées plus sportives telles que les Porsche Panamera Turbo et Panamera Turbo S E-Hybrid ou encore la Bentley Flying Spur W12 S.

0-100km/h (s)

Vmax (km/h)

rapp. poids/puiss. (kg/ch)

4x4
12 cyl. 6.0L bi-turbo
608ch / 990Nm
2’440kg

La comparaison avec la dernière nommée, la Flying Spur W12 S, n’est pas anodine. Aux dires d’un responsable de Bentley Genève, les ventes de la Bentayga W12 « ont quelque peu cannibalisé » celles des berlines Mulsanne et Flying Spur. Cela en raison de la plus grande polyvalence du SUV autoproclamé « le véhicule tout-terrain fait à la main le plus luxueux du monde ». La Bentayga a en effet non seulement un intérieur typiquement Bentley et personnalisable à l’infini, mais également un hayon très pratique pour y glisser ses skis, ses sacs de golf, ses accessoires de pêche ou encore son panier de pique-nique Bentley proposé en option avec des coupes de cristal.

La polyvalence de la Bentayga est également soulignée par une garde au sol qui est beaucoup plus élevée que celles de la Mulsanne et de la Flying Spur. Elle s’avère par conséquent idéale pour aller pêcher dans le lit même d’une rivière ou pour aller pique-niquer au sommet d’une dune des Emirats Arabes Unis, un marché très friand de Bentley Bentayga. Dans cette dernière perspective, le plus grand avantage de la Bentayga, par rapport aux deux berlines précitées, réside dans sa spécification tout-terrain, bénéficiant de quatre configurations en plus des quatre modes de conduite standards. Si la configuration Neige et Herbe améliore considérablement l’adhérence sur les surfaces à faible frottement, celle Terre et Gravier se traduit par une motricité optimale sur les graviers et gravillons. Quant au mode Boue et Piste, il permet de configurer les différents systèmes pour les terrains boueux et irréguliers. Enfin, avec la configuration Sable, vous pouvez vous engager dans les dunes avec plus d’assurance.

Etant donné que nous avons essayé la Bentley Bentayga W12 en période hivernale, nous avons pu apprécier ses capacités de franchissement, à proximité du sommet du col des Mosses, sur des chemins menant à des pistes de ski. Des chemins qui étaient davantage habitués à voir circuler des motoneiges qu’une Bentley ! L’examen a donc été on ne peut plus concluant. Même constat en ce qui concerne l’impression de sécurité qui se dégage en roulant sur des routes enneigées. L’adhérence de la Bentley n’a en effet jamais été prise en défaut durant notre essai.

Conscients qu’une Bentayga, à l’image de bien d’autres SUV, roulera davantage en ville, par exemple pour amener les enfants à l’école, que sur des chemins d’alpage, les concepteurs de Bentley proposent en option un pack « City Specification ». Celui-ci, facturé 4’335 euros (la marque britannique ne communique ses prix qu’en euros), comprend notamment une caméra « vue de dessus », différentes aides au stationnement, ainsi qu’un système de reconnaissance des panneaux de signalisation et de détection des piétons. Le pack « Touring Specification », (6195 euros), propose notamment un affichage tête haute, un régulateur de vitesse adaptatif et un assistant de maintien sur la voie. Vous trouverez les informations détaillées et le prix des différentes options qui équipaient notre voiture d’essai dans le présent PDF. A noter que le prix total des options s’élève à 75’110 euros, ce qui, ajouté au tarif de base de la Bentayga W12 (175’200 euros), se traduit par une facture finale de 250’310 euros, soit plus de CHF 280’000.-, si vous voulez acheter une Bentayga identique à celle de cet essai. Il est vrai que, quand on aime, on ne compte pas.

L’avis de Sport-Auto.ch

Avec sa Bentayga W12, Bentley propose non seulement un SUV capable d’accélérer de 0 à 100 km/h en 4,1 secondes et d’atteindre une vitesse de pointe de 301km/h, mais également un véhicule polyvalent, coupleux à souhait – il génère un couple « éléphantesque » de 990Nm dès les bas régimes – et très efficient. Ce dernier point s’explique par une excellente boîte automatique ZF à huit rapports et par un moteur essence W12 avec système de cylindrée variable qui nous a permis de ne consommer qu’une moyenne de 14,2 l/100 km durant notre essai. Celui-ci a certes compris plus de 400km d’autoroute où l’aiguille du compte-tours n’affichait que 1’500trs/minute à 120km/h, mais nous avons également effectué du tout-terrain sur des chemins enneigés et escaladé plusieurs cols à vive allure. Inutile de préciser que c’est dans ces cols que nous avons eu le plus de plaisir. Par moment, nous n’avions pas l’impression d’être à bord d’une Bentley mais bien d’une Porsche Cayenne Turbo S, la bande son en moins.

laurent[@]sport-auto.ch

Pour...
  • Silence de cathédrale
  • Accélérations prodigieuses
  • Polyvalence
  • Consommation
Contre...
  • Prix
  • Politique des options
  • Encombrement

Technique / Tarifs

Si le document ne s’affiche pas correctement, cliquez ici.

Remerciements

Merci à Bentley Motors pour le prêt de cette Bentley Bentayga W12, ainsi qu’à Bentley Genève – André Chevalley pour leur collaboration.

Print Friendly, PDF & Email