fbpx

F1 – Présentation des monoplaces 2019 : Voici la C38 made by Sauber Engineering

Après l’annonce surprise du changement de nom au profit d’Alfa Romeo Racing début février sonnant la fin de l’ère Sauber, la présentation de la nouvelle monoplace ce lundi 18 février a redonné un peu de sourire aux fans de sport automobile suisse.  Un invité d’honneur, le fondateur de l’écurie helvétique Peter Sauber était également présent. Découvrez la C38 d’Alfa Romeo Racing construite par Sauber Engineering et qui courra sous licence suisse.

Une grande et belle part de “made by Suisse” pour Alfa Romeo Racing
Dernière écurie à n’avoir pas encore présenté sa monoplace 2019, Alfa Romeo Racing a redonnée un peu de couleur suisse au paddock tout en ramenant la joie chez les fans et dans le camp suisse. Non, l’équipe Sauber F1 n’a pas totalement disparu de la Formule 1 et son nom n’est pas mort. Aux première loges de ce spectacle et de cette bonne nouvelle pour la Suisse, le fondateur de Sauber Motorsport Peter Sauber était l’invité d’honneur de Frédéric Vasseur le Team Principal d’Alfa Romeo Racing. Certes, la mention de Sauber n’est effectivement plus visible dans la dénomination de l’écurie, mais l’héritage et le drapeau suisse sont encore bien là avec notamment la mention Sauber Engineering sur le capot de la voiture. 

Schweiz – Suisse – Svizzera
De plus, outre l’héritage et l’âme de Sauber, le team qui restera basé à Hinwill courra bien encore sous pavillon suisse. Cela signifie par exemple qu’en cas de victoire de Kimi Räikkönen ou d’Antonio Giovinazzi, c’est l’hymne nationale suisse qui retentira sur le podium. Chose qui n’était pas le cas lors de l’unique victoire de Sauber en 2008 avec Robert Kubica puisque la BMW Sauber était inscrite sous licence allemande. Pour la saison 2019 au moins, l’équipe est enregistrée en tant que suisse auprès de la liste de participants officiels de la FIA. Et le groupe Sauber figure bien en tant que dépositaire avec le nom de Sauber Motorsport (regroupe les départements Engineering, Aerodynamique et Motorsport).

Enfin, n’oublions pas l’aileron arrière maintenu identique à l’an dernier avec la mention de promotion Schweiz – Suisse – Svizzera, une fierté helvétique qui ravira les téléspectateurs et Peter Sauber: “En tant que Suisses, nous pouvons êtres fiers de construire de telles voitures dans notre pays. C’est incroyable, après BMW, notre usine Sauber de Hinwill délivre maintenant les monoplaces F1 d’Alfa Romeo sous pavillon helvétique”.
L’homme de 75 ans, confirme par ailleurs que Frédéric Vasseur a tenu à garder la mention du C devant le numéro de la Sauber en hommage à Christiane Sauber, la femme de l’ancien propriétaire zurichois. 

Des sponsors fidèles et un design rafraîchissants

Côté sponsors, si les dernières années étaient plutôt compliquées, depuis l’arrivée d’Alfa Romeo en 2018 les partenaires semblent être plus fidèles et enclins à investir. Ainsi, le team a gardé Carrera, Richard Mille et Claro, tandis que Singha, Adler et Magneti Mareli sont venus étoffer le portefeuille des soutiens. Les couleurs rouge et blanche d’Alfa et la touche de bleu Sauber offrent une belle visibilité à la monoplace. Quant au design, les Zurichois semblent avoir choisi l’option d’un triple nez à la façon McLaren 2018. Nul doute que cette forme peu conventionelle fera beaucoup parler d’elle. En tous cas sur la piste Kimi Räikkönen n’était pas loin de respirer l’odeur des top teams au niveau du chronomètrage lors de la première journée d’essais en Espagne.

 

Le meilleur reste à venir dont un team junior
En espérant que ces belles paroles et gestes envers la Suisse et Peter Sauber ne restent pas vaines et uniquement pour 2019, l’équipe semble avoir atteint une réelle nouvelle dimension pour cette nouvelle saison et l’on se réjouit de la retrouver en piste lors des prochaines journées d’essais et lors du premier Grand-Prix de la saison. 
De plus, ce mardi 19 février, la société Sauber Motorsport AG devrait annoncer la création du team officiel junior Sauber en Formule 2 en partenariat avec l’ancienne écurie de Louis Delétraz, l’équipe Charouz. Et oui, il faut bien faire commencer les futurs Kimi Räikkönen dans une équipe si l’on veut les retrouver chez Sauber et Ferrari à l’âge mur.

 

Crédits photos : ©Alfa Romeo Racing F1 Team, ©Pirelli, ©Alfa Romeo Sauber F1, @FIA Official @Sport-auto.ch

A propos de l'auteur

Articles en relations