Neel Jani : «J’ai déjà piloté la Porsche Formule E sur le simulateur de Weissach»

Confortablement installé dans un luxueux fauteuil en cuir du Chalet RoyAlp Hôtel & Spa, un établissement cinq étoiles membre des Leading Hotels of the World à Villars (VD), Neel Jani a passé en revue pour Sport-Auto.ch son début d’année 2019. Un début d’année particulièrement riche en moments uniques, à commencer par la découverte de la future monoplace Porsche de Formule E sur le simulateur de Weissach, la conduite sur glace d’une Porsche 550 Spyder d’une valeur de 3,5 millions d’euros avec son propriétaire Wolfgang Porsche à ses côtés et la participation à la traditionnelle Charity Race de Kitzbühel, une course de ski de bienfaisance que Bernie Ecclestone ne raterait sous aucun prétexte!

Pilote d’usine Porsche depuis le 1er juillet 2013, Neel Jani était présent à Villars, dans les Alpes vaudoises, les 28, 29 et 30 janvier derniers afin d’assister à la présentation à la presse des nouvelles Porsche Macan et Macan S, ainsi que de la nouvelle Porsche Panamera GTS (lire notre reportage). Il venait de rentrer d’une semaine complète passée en Autriche après avoir pris les commandes de la future monoplace de Formule E sur le simulateur du centre de développement de Porsche à Weissach.

«Dans le courant du mois de janvier, j’ai en effet déjà eu plusieurs fois l’occasion de piloter la Porsche de Formule E sur le simulateur de Weissach», nous raconte Neel Jani qui est le premier des deux pilotes que Porsche a officialisé pour la saison 6 du championnat FIA de Formule E laquelle débutera en fin d’année. Son officialisation a été communiquée le 14 décembre et le propulseur électrique, développé par Porsche, tourne déjà au banc. Les premiers tours sur roue de la Porsche de Formule E devraient avoir lieu au mois de mars.

En attendant, les dirigeants du constructeur de Stuttgart-Zuffenhausen se réjouissent de pouvoir compter sur l’expérience de Neel Jani qui a commencé sa carrière en monoplace et qui a gravi tous les échelons de cette catégorie jusqu’à devenir pilote d’essai en Formule 1. S’il n’a pas réussi à percer dans la catégorie reine, le fait d’avoir été recruté par Porsche afin de développer à partir de 2013 la nouvelle 919 Hybrid suffit largement à son bonheur: «Il n’y a que deux marques que tout pilote rêve de piloter un jour: Ferrari et Porsche. Et c’est depuis 2013 que j’ai le privilège d’être un pilote d’usine Porsche», confie-t-il. Mais Neel Jani n’est pas qu’un simple pilote d’usine, il a également activement contribué à ce qu’une nouvelle page du constructeur allemand en compétition soit couronnée de succès.

C’est en effet Neel Jani qui a été le premier à franchir victorieusement la ligne d’arrivée au volant de la Porsche 919 Hybrid. C’était en 2014, aux 6 Heures de Sao Paulo en 2014. Et c’était déjà Neel Jani qui avait signé la première pole position de la Porsche 919 Hybrid aux 6 Heures de Spa en 2014. La consécration est venue deux ans plus tard avec la victoire aux 24 Heures du Mans et le titre de champion du monde des pilotes en compagnie de ses coéquipiers Romain Dumas et Marc Lieb.

Depuis 2014, la réputation de Neel Jani en tant que pilote extrêmement rapide a été confirmée non seulement par ses neuf pole-positions et ses quatre meilleurs tours en course, mais également par un fabuleux record du tour, signé le 9 avril 2018, sur le circuit de Spa. Au volant d’une Porsche 919 Hybrid Evo, il a pulvérisé en 1’41.80 la pole-position signée en 1’42.55 par la Mercedes de Formule 1 de Lewis Hamilton au Grand Prix de Belgique de 2017. Au cours de son record du tour, bouclé à une vitesse moyenne de 245 km/h, Neel Jani s’est même permis le luxe d’atteindre une vitesse de pointe de 359 km/h!

«Ce record du tour à Spa restera incontestablement un excellent souvenir», sourit Neel Jani en regardant à travers les vitres de l’hôtel Royalp les sapins couverts de neige. «Je n’avais jamais piloté une voiture offrant un tel niveau d’adhérence. C’était tout simplement phénoménal. Je n’y avais pas seulement battu la pole-position de Lewis Hamilton mais j’avais également tourné 12 secondes plus vite que lors de notre pole-position avec la Porsche 919 Hybrid, une année auparavant, lors des qualifications des 6 Heures de Spa. Les pneus que Michelin avaient mis à notre disposition à cette occasion étaient sensationnels.»

«Le record tour réalisé par Neel a été absolument fantastique. Il a fait preuve d’une adresse exceptionnelle», avait déclaré à l’époque Fritz Enzinger, le directeur de la compétition chez Porsche qui a notamment été le navigateur de Neel Jani à deux reprises, lors des deux éditions du rallye historique Ennstal Classic en 2016 et en 2017. Les deux hommes y avaient partagé l’habitacle de la 550 Spyder du Musée Porsche ainsi que celui d’une 356 Speedster provenant elle aussi du Musée Porsche.

Aujourd’hui, ce même Fritz Enzinger est à la tête de l’équipe qui développe la future monoplace Porsche de Formule E et ne tarit pas d’éloges sur le pilote résidant à Port, près de Bienne: «Neel est sans aucun doute le pilote idéal pour notre nouveau programme en Formule E qui fait appel à une technologie résolument tournée vers l’avenir. Neel ne nous apporte pas seulement une pointe de vitesse indiscutable mais également son expérience de la monoplace. Il a en outre déjà couru en Formule E et ses qualités de pilote de développement ne sont plus à démontrer à Weissach.»

«Je suis vraiment très heureux de participer, pour la deuxième fois, au développement d’un tout nouveau projet pour Porsche. Il s’agit d’une très belle marque de confiance», se réjouit Neel Jani. «Le défi s’avère cependant particulièrement ardu. Nous étions certes déjà partis d’une feuille blanche pour la 919 Hybrid mais, avec la Formule E, nous affrontons des concurrents qui sont très aguerris et, qui plus est, sont au bénéfice de l’expérience accumulée lors des cinq premières saisons de Formule E.»

Parmi ces concurrents se trouve notamment Audi qui est le tenant du titre et qui, tout comme Porsche, fait partie du groupe Volkswagen. Une monoplace électrique de l’écurie Audi Sport Abt a d’ailleurs été l’une des nombreuses attractions en Autriche, les 19 et 20 janvier dernier, lors de la GP Ice Race de Zell am See, une course sur glace organisée par Vinzenz Greger et Ferdinand Porsche Junior, un des fils de Wolfgang Porsche, le président du conseil de surveillance de Porsche. «C’est Ferdinand Porsche qui m’a invité à Zell am See et j’ai eu l’occasion d’y conduire la Porsche 550 Spyder personnelle de son père», explique Neel Jani.

«Wolfgang Porsche est une personne que j’admire beaucoup», poursuit Neel Jani. «C’est un vrai passionné et il était souvent présent avec nous, dans les boxes, lors des courses d’endurance. A Zell am See, il m’a généreusement laissé le volant de sa Porsche 550 Spyder personnelle. Il faut savoir qu’il s’agit d’une voiture estimée à 3,5 millions d’euros et que, par conséquent, on ne la prête pas à n’importe qui. Wolfgang Porsche a pris place à mes côtés et c’était la première fois que nous avons eu l’occasion de rouler ensemble. Comme toujours, il a été très aimable et m’a juste rendu attentif au fait que la première vitesse était très proche de la marche arrière sur sa 550 Spyder.»

«Tout s’est très passé et j’ai pu boucler deux tours du circuit sur glace de Zell am See sans le moindre problème, si ce n’est que la température était de moins 15 degrés et qu’il ne fallait enlever sous aucun prétexte nos bonnets respectifs. C’était plutôt sportif», rigole Neel Jani. «Je relèverai à ce sujet que le sport automobile fait indiscutablement partie de l’ADN de Porsche et que ce sont justement des personnes telles que Wolfgang Porsche qui veillent à ce que chacun des modèles possède un caractère sportif qui les distingue de la concurrence. Et cela également dans des modèles tels que les nouveaux Macan et Panamera que vous avez pu essayer aujourd’hui entre Villars et Bourg-St-Pierre.»

Après Zell am See, Neel Jani est resté toute la semaine en Autriche. Il a tout d’abord rendu visite à son préparateur physique Helmut Fink à Seefeld, où il a effectué beaucoup de ski de fond, avant de mettre le cap jeudi soir sur Kitzbühel qui est à la Coupe du monde de ski ce que le Grand Prix de Monte-Carlo est à la Formule 1.

Le nombre de vedettes et de personnalités du monde du sport qui sont présentes à Kizbühel est en effet toujours impressionnant. Sous contrat avec la marque autrichienne Red Bull, un des principaux sponsors des courses de Kitzbühel, Neel Jani y fait partie des habitués: «Il s’agissait de ma septième participation, la sixième consécutive. J’y suis allé pour la première fois en 2006 et, depuis 2014, je n’ai raté aucune édition», précise Neel Jani qui participe chaque année à la Charity Race de Kitzbühel, une course de bienfaisance où Bernie Ecclestone (88 ans) agite le drapeau à damier sur la ligne d’arrivée.

Cette course de bienfaisance réunit d’anciennes gloires du ski, comme les Suisses Didier Cuche et Daniel Mahrer, des personnalités du monde automobile telle qu’Olivier Blume, le CEO de Porsche, et également plusieurs pilotes de renom dont Pierre Gasly, la nouvelle recrue de Red Bull aux côtés de Max Verstappen en F1, Daniiel Kyvat et Alexander Albon, qui vont courir chez Toro Rosso cette année, et, bien entendu, Neel Jani. Le pilote biennois faisait équipe cette fois-ci avec l’ancienne championne du monde de ski allemande Martina Ertl (45 ans) et Andreas Seidl, le responsable du programme LMP1 chez Porsche qui vient d’être nommé à la tête de l’écurie McLaren en F1. Quant à Max Verstappen, il était à nouveau présent à Kitzbühel. Il s’est cependant abstenu de skier cette fois-ci.

«Je connais bien tous les skieurs de l’équipe de Suisse, à commencer par Beat Feuz, Patrick Küng et Gilles Roulin qui sont venus faire du karting avec moi sur le circuit de Lyss», note Neel Jani. «J’admire beaucoup Beat Feuz car il est insensible à la pression. Mis à part les coureurs suisses, le skieur de Coupe du monde que je connais le mieux est Aksel Lund Svindal. C’est un grand passionné de voitures et il possède plusieurs Porsche. Il est même venu nous trouver dans nos stands lors des 24 Heures du Mans. Il est vrai que la passion de la vitesse et le sens des trajectoires sont deux des nombreux points communs que partagent aussi bien les skieurs que les pilotes.»

En matière de trajectoires et de vitesse sur la neige, Neel Jani ne nous a pas paru en reste sur le circuit hivernal de Bourg-St-Pierre à l’entrée du tunnel du Grand-St-Bernard. Bien au contraire! Il fallait en effet le voir virevolter avec maestria au volant de la nouvelle Porsche Panamera GTS. Cette dernière, malgré sa taille imposante, peut se mener de façon très sportive. Confirmant, si besoin est, les propos tenus un peu plus par haut par Neel Jani: «Le sport fait partie de l’ADN de Porsche et le caractère sportif de la marque se retrouve non seulement dans les 911 et les 718, mais également dans les Cayenne, les Macan et les Panamera.»

Crédit des photos: Laurent Missbauer, Porsche, Audi et DR

A propos de l'auteur

Articles en relations