WRC Monte-Carlo – Sébastien Ogier s’impose au finish

Au terme d’un rallye où les écarts se comptaient en secondes voire moins, le sextuple champion du Monde a ajouté une nouvelle ligne à son palmarès avec une sixième victoire au Rallye Monte-Carlo, la cinquième de rang, acquise avec un quatrième constructeur différents. Mais cette victoire dans le rallye de la principauté fut sans doute la plus dure pour le pilote haut-alpins puisque Thierry Neuville n’a rien lâché durant tout le week-end.

Contrairement aux jours précédents où les conditions de route étaient très disparate, les routes de l’arrière-pays niçois était principalement sèche avec jusque quelques tracés de neige et de glace à l’ombre, de telle sorte que, pour la première fois du rallye, il n’y avait pas de stratégie de pneumatique, l’ensemble des équipages emportant 5 pneus soft.

Et, avec 4,3 d’écart entre les deux premiers au départ de l’étape, le résultat final s’annonçait très indécis d’autant que Thierry Neuville reprenait une seconde dans le premier chrono du jour avant de ne reprendre qu’un dixième de seconde dans l’épreuve suivante. Mais, à l’arrivée de celle-ci, le leader avouait connaître un petit souci mécanique, l’empêchant de tirer la quintessence de sa C3 WRC.

Et, alors que Ott Tänak avait réalisé les deux meilleurs temps de la matinée, lui permettant ainsi de remonter sur le podium devant Sébastien Loeb et Jari-Matti Latvala, Thierry Neuville réalisait un très gros chrono dans le deuxième passage dans le Turini, reprenant d’un coup 2,8 secondes au leader, et seulement 4 dixièmes de secondes séparaient donc les deux hommes avant la Powerstage, d’autant que le leader avouait connaître des soucis d’accélérateur.

Ménageant ses pneumatiques toute la matinée en vu du dernier chrono, Kris Meeke remportait les 5 points bonus promis au vainqueur de la Powerstage. Mais la lutte pour la victoire retenait toute l’attention et au deuxième partie, le pilote belge prenait l’avantage au classement, avant que la Citroën reprenne l’avantagé et finalement Sébastien Ogier réalisait le deuxième temps avec près de 2 secondes d’avance sur Thierry Neuville, Ott Tänak et Teemu Suninen récupérant les autres points bonus, le pilote Ford sauvant ainsi son week-end. Le pilote français réussissait donc son retour chez Citroën en remportant sa première course avec la C3 et offrant du même coup au constructeur français sa 100ème victoire en WRC.

Sébastien Ogier : « Ce n’était pas gagné d’avance, cette dernière étape a notamment été particulièrement stressante et difficile avec notre petit souci, qui faisait que la voiture continuait à accélérer, même en phase de freinage. Mais bien conseillés par l’équipe, nous avons réussi à effectuer une réparation de fortune et nous nous sommes battus sans relâche, avec succès finalement. Nous avons vécu un week-end hyper intense, avec une victoire conquise au terme d’une bagarre de tous les instants. Elle nous rend forcément fiers, pour notre première course avec la C3 WRC, d’autant plus que, comme je l’ai souvent dit, ce rallye est celui qui me tient le plus à cœur, puis elle nous permet aussi de célébrer avec la manière le centenaire de Citroën. Autant dire que l’on ne pouvait rêver meilleurs débuts pour nos retrouvailles !  »

Deuxième après les 16 chronos, Thierry Neuville réussi, néanmoins, son meilleur résultat sur l’épreuve et marque de gros points en vu du championnat devant Ott Tänak qui complète le podium du rallye. Après un podium au Dakar, Sébastien Loeb a rapidement compris le fonctionnement de la Hyundai I20 WRC et termine l’épreuve au pied du podium, quelques secondes devant Jari-Matti Latvala. Sixième et vainqueur de la Powerstage, Kris Meeke a démontré un bon rythme tout le week-end et a prouvé qu’il savait se servir de la Yaris, mais ses crevaisons l’ont empêchées de pouvoir jouer sa chance. En revanche, les deux Ford survivante (Teemu Suninen et Pontus Tidemand) terminent hors du top 10, et seul le pilote finlandais marque un point grâce à la Powerstage.

Septième au classement final, Gus Greensmith s’impose dans la classe RC2, et remporte le WRC2 devant Yoann Bonato, Stéphane Sarrazin et Adrien Fourmaux, les quatre hommes complétant le top 10 du rallye. Enfin, notons la quinzième place finale d’Olivier Burri (pour un suivi plus détaillé) alors qu’Olivier Courtois, engagé sur la Clio de Renault suisse, termine quarantième et deuxième en RC3 (plus d’info sur le rallye des vainqueurs du Clio Alps Trophy 2018).

Classement final

1 S. Ogier J. Ingrassia Citroën C3 WRC 3:21:15.9
2 T. Neuville N. Gilsoul Hyundai i20 Coupe WRC +2.2
3 O. Tänak M. Järveoja Toyota Yaris WRC +2:15.2
4 S. Loeb D. Elena Hyundai i20 Coupe WRC +2:28.2
5 J.M Latvala M. Anttila Toyota Yaris WRC +2:29.9
6 K. Meeke S. Marshall Toyota Yaris WRC +5:36.2
7 G. Greensmith E. Edmondson Ford Fiesta R5 +13:04.6
8 Y. Bonato B. Boulloud Citroën C3 R5 +13:56.5
9 S. Sarrazin J.J Renucci Hyundai i20 R5 +14:06.8
10 A. Fourmaux R. Jamoul Ford Fiesta R5 +16:03.4

Powerstage

1 K. Meeke S. Marshall Toyota Yaris WRC
2 S. Ogier J. Ingrassia Citroën C3 WRC
3 T. Neuville N. Gilsoul Hyundai i20 Coupe WRC
4 O. Tänak M. Järveoja Toyota Yaris WRC
5 T. Suninen M. Salminen Ford Fiesta WRC

Classement du championnat pilote

1 S. Ogier 29
2 T. Neuville 21
3 O. Tanak 17
4 K. Meeke 13
5 S.Loeb 12
6 J.M Latvala 10
7 G. Greensmith 6
8 Y. Bonato 4
9 S. Sarrazin 2
10 A. Fourmaux 1
11 T. Suninen 1

Classement du championnat constructeur

1 Hyundai Shell Mobis World Rally Team 30
2 Citroën Total World Rally Team 25
3 Toyota Gazoo Racing World Rally Team 25
4 M-Sport Ford World Rally Team 14

Citations : Citroën Racing, credit photo : Citroën Racing, Hyundai Motorsport, Toyota Gazoo Racing, Ford M-Sport

A propos de l'auteur

Articles en relations