Doublé de Toyota aux 6 Heures de Fuji – Sébastien Buemi 2e et Neel Jani 3e

Quatrième épreuve de la supersaison 2018/2019 du championnat du monde d’endurance, la course des 6 Heures de Fuji a vu la Toyota Hybrid No 7 de Mike Conway-Kamui Kobayashi-Pechito Lopez s’imposer avec 11 secondes d’avance sur la voiture sœur No 8 du Vaudois Sébastien Buemi et de ses coéquipiers Fernando Alonso et Kazuki Nakajima. Le Biennois Neel Jani a terminé 3e au volant de l’écurie lausannoise Rebellion d’Alexandre Pesci.

Après un départ sur piste mouillée, rythmé par la voiture de sécurité, les engagés des 6 Heures de Fuji ont rapidement pu profiter de conditions de course plus clémentes. Si, lors des premiers tours, les deux Toyota TS050 Hybrid étaient en bagarre avec les prototypes de l’écurie suisse Rebellion et de SMP Racing, l’avantage des voitures nippones a commencé à devenir évident sur un asphalte devenu désormais sec. La TS050 Hybrid n°7 s’est imposée après les six heures de course et le trio Mike Conway, Kamui Kobayashi et le Vaudois d’adoption José Maria Lopez a remporté son premier succès de la saison. A noter qu’après avoir signé la pole-position lors des qualifications, la Toyota TS050 Hybrid n°7 avait été rétrogradée en raison d’une vitesse excessive dans la voie des stands.

Le podium des 6 Heures de Fuji est complété par la Toyota TS050 Hybrid des leaders du championnat Sébastien Buemi, Fernando Alonso et Kazuki Nakajima, et la Rebellion R13 d’André Lotterer, Neel Jani et Bruno Senna qui finit à quatre tours des deux Toyota.

La catégorie LM GTE Pro a offert un beau spectacle au public qui avait défié la météo pour suivre les 6 Heures de Fuji. De belles batailles ont animé la catégorie, avec Aston Martin, dominateur en qualification et au départ de la course, mais qui ne parvint pas à concrétiser sa belle performance par une victoire. Ce sont Kévin Estre et Michael Christensen, sur la Porsche 911 RSR n°92, qui passent les premiers sous le drapeau à damier. La BMW M8 n°82 s’empare de la deuxième marche du podium, en devançant d’une seconde seulement la Ford GT n°67 du Ford Chip Ganassi Team UK.

Enfin, la catégorie LM GTE Am a été remportée par la Porsche 911 RSR n°56 de l’équipe Project 1, aux mains de Jörg Bergmeister, Patrick Lindsey et Egidio Perfetti. Le Suisse Thomas Flohr, associé sur la Ferrari F488 GTE numéro 54 à l’ancien pilote italien de F1 Giancarlo Fisichella et à son compatriote italien Francesco Castellacci, a quant à lui terminé au 6e rang de sa catégorie (sur huit équipages classés) et à la 28e place du classement général sur un total de 30 concurrents à l’arrivée et de 34 au départ. Parmi les quatre abandons, on relèvera celui de la deuxième Rebellion helvétique pilotée par le Genevois Mathias Beche, le Français Thomas Laurent et l’Américain Gustavo Menezes. Le dernier nommé a en effet été victime d’une sortie de route éliminatoire au 23e tour d’une course qui en a compté 230.

La prochaine manche de la Super Saison FIA WEC 2018/2019 se déroulera en Chine, sur le circuit de Shanghai, le 18 novembre.

Classement général de la course

Résultats par catégorie

Crédits des photos : Michelin, FIA-WEC Joao Filipe/AdrenalMedia.com,  Hideki Muto et Laurent Missbauer

A propos de l'auteur

Articles en relations