fbpx

A la découverte du World Rallycross Championship (WRX)

Parmi la demi-douzaine de championnats du monde proposés par la Fédération Internationale de l’Automobile, le World Rallycross Championship (World RX) est probablement le plus méconnu. Parent pauvre du sport automobile mondial ? pas si sûr ! Pour en avoir le cœur net, Sport-Auto.ch s’est rendu à Riga (Lettonie), pour la 9ème étape du Championnat du Monde WRX 2018. Nous avons pu y suivre le Bernois Nico Müller, pilote Audi.

 

Le circuit de Riga

Les courses de rallycross se disputent sur un petit circuit au revêtement mixte. La piste du Biķernieki Sports Complex de Riga est
composée de 60% d’asphalte et 40% de terre, le challenge étant de trouver les bons réglages pour être à l’aise sur les deux surfaces.

 

Le format de course

La compétition débute par quatre manches qualificatives, par groupe de 5 voitures, avec un départ en ligne. Les plus rapides, déterminés par un barème de points dont je vous fais grâce, s’affrontent ensuite dans deux demi-finales. Les trois meilleurs de

chaque demi-finale se qualifient pour la grande finale. Autant dire qu’il n’y a pas de run d’observation ! Lors de chaque course, mais au moment de leur choix, les pilotes doivent utiliser leur « tour Joker » qui consiste à emprunter un parcours alternatif qui leur fait perdre plusieurs secondes.  

 

La voiture : Audi S1 ​​EKS RX quattro

Sous le capot de l’Audi S1 ​​EKS RX quattro, un moteur turbo de deux litres fournit la puissance requise. Le bloc quatre cylindres développe 580 ch et développe plus de 700 Nm de couple, ce qui fait de ce moteur une brute similaire aux anciens monstres du Groupe B des années 80. La puissance est transmise aux 4 roues motrices par l’intermédiaire d’une transmission séquentielle à six rapports courts.

 

En raison des courtes distances de course, le réservoir d’essence n’a qu’une capacité de 20 litres. Cela n’a donc pas de conséquence en termes de poids. L’Audi S1 ​​EKS RX quattro accuse un poids raisonnable de de 1’300 kg, pilote compris. De quoi catapulter son pilote de 0 à 100 km/h en 2,5 secondes. Même les bolides de Formule 1 ne font pas mieux en la matière. En revanche, l’Audi S1 ​​EKS RX quattro atteint une vitesse de pointe relativement basse de 210 km/h, ce qui est cependant suffisant pour affronter les courtes sections d’accélération des pistes du World RX.

 

Des pilotes de classe mondiale


Nombre de pilotes au palmarès impressionnant garnissent les rangs du WRX. Petter Solberg, Mattias Ekström et un certain Sébastien Loeb… pour ne citer que les plus connus. Ce dernier, qui a signé sa première victoire dans la discipline ici même l’an passé, n’est pas encore parvenu à bouleverser la suprématie des pilotes nordiques. En effet, les 5 premières places du classement général provisoire sont occupées par des pilotes scandinaves.

 

Aux pilotes régulièrs il faut ajouter ceux qui ne font que quelques piges. C’est le cas du Bernois Nico Müller qui dispute à Riga le troisième meeting de sa carrière. A Riga l’an passé, pour sa deuxième course dans la discipline, le pilote Audi de DTM avait créé la sensation en s’offrant le luxe de décrocher une place en finale.

 

Une ambiance de fou

Grâce à sa configuration spécifique et son parcours « ramassé », les spectateurs peuvent suivre l’intégralité du tracé d’un coup d’œil. Ils sont contents, ça se voit et ça s’entend : les clameurs du public couvrent le bruit pourtant impressionnant des bolides lors du départ et lors de chaque manœuvre un peu chaude, et croyez-moi, il n’en manque pas en RallyCross.

Vivement demain pour les finales ! mais vous l’avez compris, je suis déjà conquis! 

A suivre : Nico Müller nous parle de sa passion pour le RallyCross dans une interview exclusive !

Crédit photos :  @ Sébastien Moulin / Sport-Auto.ch

A propos de l'auteur

Articles en relations