FIA F2 – Une bonne première partie de saison et de grandes ambitions pour Louis Delétraz

Auteur de deux podiums dans cette première moitié de saison, Louis Delétraz est monté en puissance pour sa deuxième année en Formule 2. Classé dans les dix premiers d’un championnat très serré, il aurait encore pu faire mieux sans quelques problèmes mécaniques. Retour sur ses premières courses de la saison et interview exclusif qu’il nous a accordé lors du Grand-Prix de France.

Pour sa deuxième saison en FIA Formule 2, le pilote Genevois du Team Charouz Racing a réussi une très bonne entame avec notamment 2 deuxièmes (Monaco, France) et 2 quatrièmes places. Ces bonnes courses faisant de lui un des pilotes les plus réguliers, il aurait encore pu mieux figurer au classement sans quelques ennuis mécaniques en Hongrie et Autriche. Dans un championnat très relevé avec notamment les talentueux Russel, Norris et Fuocco son coéquipier, Louis s’est fait une place et un nom. Pour la deuxième partie de saison et les 8 dernières courses (4 épreuves à deux courses restent à disputer), il espère bien monter encore plusieurs fois et pourquoi pas remporter l’une ou l’autres des courses afin de se rappeler au bon souvenir des recruteurs et de la Ferrari Driver Accademy dont il fait partie.

Louis Delétraz

 

 

Voici l’interview exclusive que Louis Delétraz a accordé à Sport-auto.ch en marge du Grand-Prix de France, peu avant son deuxième podium de la saison.

Louis, c’est votre deuxième saison en Formule 2. Le titre est-il envisageable à moyen terme ?
LD: L’objectif n’est jamais facile à fixer, et la catégorie très relevée. Toutefois, on a prouvé à Monaco sur un circuit historique et important que nous étions compétitifs. Il faut prendre les courses les unes après les autres, marquer le plus de points possibles et nous verrons bien où nous sommes en fin de saison.

Vous êtes suivi par le Franco-Genevois Romain Grosjean qui vous donne quelques conseils lors de vos entrainements communs. Quels sont les principaux avantages de côtoyer un pilote de Formule 1 ?
LD: C’est vrai que nous sommes assez proches avec Romain et que nous travaillons beaucoup ensemble. Il connaît aussi très bien la F2 pour y avoir couru et cela me permet de pouvoir beaucoup échanger avec lui lorsque j’ai certaines questions ou conseils à lui demander. On apprend beaucoup de l’expérience d’un pilote de Formule 1.

Vous faites partie de la Ferrari Driver Accademy. Est-ce que le fait d’être un pilote suisse n’est pas un désavantage ?
LD: Oui, j’ai effectivement eu la chance de rejoindre la Ferrari Driver Accademy avec un programme complet et une équipe qui me soutient. Non, je ne pense pas que le fait d’être un pilote suisse est un désavantage. Il est certain que nous n’avons pas de Grand-Prix à domicile et moins de pilotes que certains pays, mais nous avons également une écurie suisse en Formule 1 et une histoire. Je pense que mon profil peut également être intéressant mais pour cela il fait tout d’abord être très rapide et gagner des courses. Ensuite, cela peut aussi aller très vite.

En conclusion de notre interview, Louis Delétraz a également eu la gentillesse de participer à notre jeu oui/non qui consiste à répondre par un seul de ces mots à nos questions. Découvrez ses réponses à nos questions « courtoises » mais néanmoins directes et vérifiez par vous-même si Louis a eu besoin d’un joker sur une de nos questions « cash » ou non.

Un très grand merci à Louis Delétraz, son équipe et son entourage pour nous avoir accueilli dans sa loge lors du Grand-Prix de France et une très belle suite de saison à lui.

A propos de l'auteur

Articles en relations