fbpx

24h du Mans 2018 : Buemi : “Ce qui compte, c’est de gagner, peu importe avec qui.”

A quelques heurs du départ de la 86ème édition des 24 heures du Mans, Sébastien Buemi répond à Sport-Auto

Sport-Auto.ch : Bonjour Sébastien, à quelque heures du départ, quelles sont tes impressions, comment tu te sens ?

Sébastien Buemi : “La voiture est en constante amélioration, voila deux semaines que les pièces sont rodées et que l’équipe travaille dessus. Maintenant, ce n’est pas la première fois que je viens confiant aux 24 Heures, et pourtant, je n’ai jamais gagné.”

Sport-Auto.ch : Est-ce qu’il y a une pression supplémentaire pour vous cette année ?

Sébastien Buemi : “C’est la première année où l’on fait la pole et je me dis que c’est de bon augure pour la suite. Et bien sûr, le fait qu’il n’y ait ni Audi ni Porsche au départ est une pression supplémentaire, car le règlement est fait pour nous ajouter des difficultés. Même si en qualifications, nous gardons un écart confortable, il est moindre sur une durée de 24 heures, et nous seront proches des temps de Rebellion, qui eux n’effectuent pas tous les changements auxquels nous procédons sur la Toyota. De ce fait, les temps seront similaires pendant la course.

Sport-Auto.ch : Est-ce qu’en interne, on ne va pas privilégier la voiture numéro 8 ?

Sébastien Buemi : “Pas du tout, il n’y a pas de préférence pour la voiture ou l’équipage, nous sommes tous sur le même pied d’égalité, c’est au dernier pit-stop que nous saurons, si la course le permet, laquelle des deux sera laissée devant.”

Sport-Auto.ch : On t’as sans doute posé la question 50’000 fois, mais d’avoir Alonso à tes côtés, est-ce que cela t’as apporté quelque chose, ou alors c’est plutôt agaçant que toute l’attention soit portée sur lui? 

Sébastien Buemi : “Avoir Fernando Alonso comme coéquipier n’est ni un avantage, ni un inconvénient pour moi. Ce qui compte, c’est de gagner la course, peu importe avec qui.”

Sport-Auto.ch : Et, cela a donc apporté un plus, de l’avoir dans l’équipe ? 

Sébastien Buemi  : “Oui, sa présence apporte beaucoup, médiatiquement parlant, pour le WEC, qui vit des instants plutôt difficiles.”

Propos recueillis par Sébastien Moulin et retranscrits par Audrey Perriard et Isabelle Crausaz.
Crédit photos : Sébastien Moulin / Sport-Auto.ch

 

A propos de l'auteur

Articles en relations