fbpx

WRC – Rally Italia Sardegna : suspense jusqu’au bout !

Dans une ambiance électrique, Thierry Neuville – Nicolas Gilsoul (Hyundai) et Sébastien Ogier – Julien Ingrassia (M-Sport) se sont battus pour la victoire jusqu’à l’ultime mètre de chrono ! L’équipage belge l’emporte sur le fil et signe son second succès d’affilée en WRC.

Au départ de la Power Stage (6,96 km), Sébastien Ogier (Ford Fiesta) comptait huit dixièmes d’avance sur Thierry Neuville (Hyundai i20). Le Belge réalisait alors une prestation incroyable pour renverser la situation et signer sa troisième victoire de la saison pour sept dixièmes d’avance. Par la même occasion, Neuville accroît son avance en tête du championnat et compte désormais 27 points d’avance sur le Français.

Cette arrivée est la troisième plus serrée de l’histoire du Championnat du Monde FIA des Rallyes, né en 1973. Thierry Neuville égalait d’ailleurs sa performance en Argentine l’an passé lorsqu’il avait – déjà à l’époque – arraché la victoire des mains d’Elfyn Evans.

En ce dimanche ensoleillé, le Belge avait pris le départ de la dernière étape avec 3 secondes et 9 dixièmes de retard sur son concurrent. Il réduisait l’écart en remportant les trois premières spéciales disputées sur la côte nord-ouest de la Sardaigne pour un duel final où les deux hommes donnaient absolument tout. Tous deux commettaient de petites erreurs, mais Thierry Neuville émergeait finalement à la première place.

Thierry Neuville : J’ai tout donné ! C’était une formidable bagarre et la différence est infime à l’arrivée. Nous devions prendre une décision au départ de la Power Stage. Nous avons choisi de jouer la gagne. Nous y avons cru et nous avons attaqué fort. 

Quant au second, il se montrait loin d’être démoralisé :

Sébastien Ogier : Nous avons perdu une bataille, mais pas la guerre. Ce n’est pas le moment de paniquer. J’ai fait tout ce que j’ai pu, mais j’ai perdu des dixièmes ici et là. 

Les résultats restaient toutefois provisoires après l’incident étrange à l’arrivée de l’avant-dernière spéciale. Parti à la hâte, l’équipage Ogier – Ingrassia oubliait son carnet de pointage, qui lui était ensuite rendu par Tänak –  Järveoja (Toyota Yaris). Le Français devrait savoir dans les prochaines heures s’il écope ou non d’une pénalité.  

Isolé au troisième rang, Esapekka Lappi (Toyota Yaris) gérait sur cette courte étape (42,04 km chronométrés) pour compléter le podium, son premier de la saison. Après son douloureux accident lors du rallye précédent au Portugal, Hayden Paddon (Hyundai i20) rebondissait en terminant quatrième. Le Néo-Zélandais ne comptait que 2”1 d’avance sur Mads Østberg (Citroen C3) au petit matin, mais il parvenait à reléguer le Norvégien à 15”7.

Auteur selon lui d’un week-end émaillé de petits problèmes, Craig Breen (Citroën C3) prenait la sixième place devant Jari-Matti Latvala (Toyota Yaris), reparti ce matin après son abandon samedi soir. Huitième, son équipier Ott Tänak devançait le vainqueur de la catégorie WRC 2, Jan Kopecký (Skoda Fabia R5), ainsi que Teemu Suninen (Ford Fiesta).

Le Championnat du Monde FIA des Rallyes s’offre désormais une petite pause de quelques semaines avant de retrouver les routes ultra-rapides de Jyväskylä et du Neste Rally Finland (du 26 au 29 juillet), huitième rendez-vous de cette saison 2018.  

RESULTATS RALLYE D’ITALIE

Source : Communiqué WRC
Crédits photos : Hyundai Motorsport, M-Sport, Toyota Gazoo Racing, Skoda Motorsport

A propos de l'auteur

Articles en relations