Rallye Antibes – Côte d’Azur : Nicolas Lathion et Yannick Schriber engrangent de l’expérience

11ème rang en Peugeot 208 Rally Cup pour Nicolas Lathion / Yannick Schriber, qui poursuivent leur progression dans le trophée. Parmi les deux autres équipages suisses engagés, un seul ralliait également Antibes dimanche. 

Le Rallye d’Antibes – Côte d’Azur, comptant pour le Championnat de France des Rallyes asphalte et, notamment, la 208 Rally Cup, offrait ce week-end (19-20 mai) son superbe parcours de 660 km, dont plus de 200 km de chrono souvent sinueux, répartis en 12 spéciales, et reprenant des tracés du “Monte” ou du Rallye de Grasse (Col de Bleine – Aiglun, Ponts de Miolan – Toudon, Col du Turini, …). Les conditions météo étaient, comme souvent en cette saison, très changeantes, ce qui complique passablement les choix de pneus et de réglages.

Pour l’équipage valaisan du “Sébastien Loeb Racing”, qui découvrait le rallye, rien n’a été simple dès le départ, comme nous l’a expliqué le pilote, Nicolas Lathion.

Nicolas Lathion : Nous avions eu déjà des problèmes avec les freins lors de notre séance d’essais le jeudi, que l’on pensait avoir réglés. Mais après 5 km dans l’ES 2, ces soucis de blocage de roues réapparaissent, nous handicapant beaucoup, et nous avons fini les derniers kilomètres des ES 2 et 3 avec la pédale de frein au fond ! Toute l’équipe du Sébastien Loeb Racing (que je profite de remercier) s’est creusée les méninges pour régler ce souci à l’assistance. Mais vu le changement de météo avec la venue de la pluie, et de plus, contraints de partir avec des pneumatiques durs (31) et avec une confiance inexistante à cause des frayeurs de la matinée, difficile de savoir si le problème était réglé.  

Dans la première étape, constituant la première grosse moitié du rallye, l’équipage valaisan rentrait à Antibes au 13ème rang provisoire du trophée. Dans la seconde étape, l’objectif du duo était de reprendre confiance, malgré un léger souci encore avec les freins :

Nicolas Lathion : Avec une météo un peu plus clémente dans la première boucle, l’objectif principal était de reprendre confiance. Malgré encore un léger souci dans ces freins, ça ne s’est pas si mal passé. Et l’après-midi, vu le nombre de pneus limité et le retour des orages, il a fallu gérer jusqu’à l’arrivée avec ce qui nous restait.

Des freins capricieux ont handicapé la progression de l’équipage dans la première étape

L’équipage valaisan rentrera finalement à une honorable 11ème place de la 208 R2 Rally Cup et 37èmes au général, mais surtout avec la satisfaction de la mission accomplie. Nous leur avons également demandé leurs impressions, meilleurs et pires moments :

Nicolas Lathion : Nous avons découvert un cadre magnifique avec des spéciales très sinueuses et abrasives, dont plusieurs sont identiques au Monte-Carlo. Egalement, le travail réalisé par notre team pour essayer de nous faire progresser et de régler nos soucis pendant le week-end, qui finalement font partie de la course et que nous sommes contraints de gérer. 

Ce qui a été le moins facile ? De voir se rapprocher à vitesse grand « V » un arbre ou un précipice en face de vous parce que ça freine pas, je vous garantit que ça calme ! On est assez contrariés d’avoir eu ces problèmes dès le départ, parce qu’on a quand même progressé durant le week-end, mais ça a pris du temps pour reprendre confiance. Aussi, les changements hyper rapides de météo, où il fait 25°C gros soleil à l’assistance et dans la spéciale, il grêle ! Du coup, pas évident de gérer avec seulement huit pneus.

L’anecdote que tu voudrais partager avec les lecteurs de Sport-Auto.ch ? 

Nicolas Lathion : D’avoir été recruté comme stagiaire mécanicien lors de notre séance d’essais à cause d’un petit oubli de combi (sourire), qui m’a contraint à enfiler une combi de mécano ! Merci à toutes les personnes qui ont permis le rapatriement de ma combi de course.

Et quelle sera la suite de votre saison ?

Nicolas Lathion : Normalement, nous devions être au départ du Terre du Diois, mais vu l’annulation de celui-ci et le remplacement par le Rallye des Vosges les 9-10 juin, nous ne savons pas encore s’il nous sera possible d’y participer, à cause notamment de mes obligations militaires. Pour la suite, c’est encore incertain, mais nous allons faire le maximum afin de réunir le budget nécessaire aux prochaines épreuves.

Bien entendu, nous n’oublions pas les deux autres équipages engagés sur ce rallye français : une autre Peugeot 208, celle de Marc Isenegger / Nadia Giannuzzo, qui terminent 49ème au général, ainsi que la Renault Clio gr. N de Michel Nicolier / Steve Niederhauser, qui eux devaient jeter l’éponge avant l’ES 4. 

Crédits photos : ©Nicolas Millet / coll. N. Lathion

A propos de l'auteur

Articles en relations