24h Nürburgring – La lutte s’annonce chaude dans le Massif de L’Eifel

Si les 24h du Nürburgring n’est pas l’épreuve d’endurance la plus ancienne, puisque celle-ci a vu le jour en 1970 et que l’édition 2018 ne sera « que » la 46ème. Les constructeurs officiellement représentés, ce circuit si particulier, mais aussi le plateau très hétéroclite (de la Renault Clio Cup à un quasi-prototype avec la SCG003c) ont fait de l’épreuve, ces dernières années, l’une des courses phares de la saison, comme en témoignent les 5 constructeurs présents dans la catégorie GT3.

Et outre les constructeurs présents officiellement, la course fait également le plein au niveau des pilotes de haut niveau, puisque pas moins de 7 pilotes du DTM seront au départ, mais également de nombreux pilotes du FIA WEC ainsi qu’un grand nombre des pointures des championnats GT.

AUDI

Si le constructeur aux 4 anneaux ne compte que 4 victoires dans le massif de l’Eifel, toutes ont été remportées lors de ces 6 dernières années, dont 2017, où le Team Land Motorsport remportait la victoire avec son Audi R8. Et si le nombre de voitures officielles sera le même que l’an passé, à savoir 4, l’organisation de ces dernières va être différente, puisque chaque team ne bénéficiera que d’une seule voiture usine.

Ainsi, si le Land Motorsport et le Team WRT se partageaient les 4 voitures l’an passé, ces deux équipes ne géreront qu’une seule voiture cette année, les deux autres R8 officielles étant exploitées par le Team Phoenix et le Team BWT. Parmi les équipages, le champion du DTM René Rast rejoint l’Audi #1 aux côtés des vainqueurs en titre, Christopher Mies et Kelvin Van der Linde ; le frère de ce dernier, Sheldon, étant le quatrième homme. Mais sur ces quatre pilotes, deux, à savoir René Rast et Kelvin Van der Linde, seront également au volant de l’Audi gérée par le Team WRT. Les deux autres pilotes seront Dries Vanthoor ainsi que le nouveau venu en DTM, Robin Frinjs.

Seul vainqueur suisse de l’histoire de l’épreuve, Nico Müller sera lui aussi aligné sur deux Audi officielles, à savoir celle gérée par le Team Phoenix et celle du Team BWT. Et le pilote bernois ne sera pas le seul, puisque Christopher Haase (vainqueur à deux reprises en 2012 et 2014) est également aligné sur les deux voitures. Franck Stippler et Frédéric Vervisch compléteront eux l’équipage de l’Audi du Team Phoenix, alors que Markus Winkelhock (vainqueur à 3 reprises dont 2017) et Mike Rockenfeller (vainqueur en 2006) seront alignés sur l’Audi officielle du Team BWT, offrant ainsi un équipage complet d’ancien vainqueur.

Mais si chacun de ces teams ne bénéficie que d’une seule voiture officielle, le Team BWT de Stefan Mücke engagera une deuxième Audi R8 pour son propriétaire, avec, à ses côtés, le Schwytzois Marcel Fässler, toujours à la recherche d’une victoire dans l’une des rares courses de 24h manquant à son palmarès. Enfin, notons les deux Audi R8 GT3 du Car Collection Motorsport où nous retrouveront Simon Trummer sur la #15, alors que le Tessinois Ronnie Saurenmann sera engagé sur la #14.

BMW

S’il faut remonter à 2010 pour trouver la dernière victoire au classement général d’une BMW sur l’épreuve, le constructeur bavarois reste, et de loin, le plus couronné sur l’épreuve, avec 19 succès.

Après deux éditions où les M6 GT3 étaient les seules à pouvoir lutter en performance avec les constructeurs vainqueurs (Mercedes en 2016, Audi en 2017), BMW pourra encore s’appuyer sur 3 voitures usines dont les deux du Team Rowe Racing. Sur ces deux voitures, on retrouve les habitués de la marque à l’hélice en GT, avec Nicky Catsburg – Richard Westbrook – John Edwards sur la #98 alors que le volant de la #99 sera partagé entre Alexander Sims – Jesse Krohn – Connor De Phillippi – Martin Tomczyk. A noter que même si il est toujours difficile de tirer des conclusions des courses précédant l’épreuve, l’équipage de cette dernière avait terminé très proche des vainqueurs au terme des 6h de la course de qualification.

Si le Walkenhorts Motorsport engagera trois voitures, deux auront des équipages Pro-Am, ne laissant que peu d’espoirs de terminer sur le podium. En revanche, la troisième voiture, qui portera le #102, verra le pilote du DTM et ancien vainqueur, Augusto Farfus avec Fabian Schiller, Christian Krognes et Markus Palttala à ses côtés.

Enfin, il ne faut pas oublier la M6 GT3 du Team Falken. A son volant, on retrouvera Alexandre Imperatori, pensionnaire de l’équipe depuis de nombreuses années, avec Stef Dusseldorp, Jens Klingmann et Peter Dumbreck à ses côtés.

MERCEDES

Comme Audi, le constructeur à l’étoile possède peu de victoires dans la classique d’endurance de l’Eifel (2 victoires), mais celles-ci ont été acquises sur les 6 dernières années (2013 – 2016).

Et parmi les sept Mercedes-AMG GT3 engagées, quatre ont une valeur de voitures usines, réparties entre deux équipes. Vainqueur à deux reprises de l’épreuve, le Team Black Falcon alignera deux de ses voitures avec, sur la #4, Adam Christodoulou, Manuel Metzger et Maro Engel, trois des vainqueurs de 2016, Dirk Müller complétant l’équipage. Sur l’autre voiture officielle de Black Falcon, Yelmer Buurman, Thomas Jäger, Jan Seyffarth et Luca Stolz se partageront le volant de la Mercedes-AMG GT3.

Deuxième équipe officielle, le HTP Motorsport engagera, également, deux Mercedes–AMG GT3 usines. Et sur la #47, on retrouvera deux pilotes du DTM, à savoir Daniel Juncadella et le Genevois Edoardo Mortara, alors que Dominik Baumann et Renger Van der Zande compléteront l’équipage. Comme c’est le cas régulièrement, le pilote néerlandais sera également engagé sur la deuxième voiture (#48) avec Maximilan Götz, Indy Dontje et Christian Hohenadel à ses côtés.

De plus, ces deux équipes engageront une troisième voiture. Et si celle du Black Falcon aura un équipage Pro-Am, celle du Team HTP (engagée au nom d’AutoArena Motorsport) alignera un équipage de haut niveau, dont l’ancien champion suisse de karting Raffaele Marciello, toujours redoutable au volant de la GT3 (coéquipiers : Patrick Assenheimer – Jeroen Bleekemolen – Clemens Schmid). Enfin, la dernière voiture, engagée par le Landgraf Motorsport alignera également un équipage pouvant briller (Sebastian Asch – Kenneth Heyer – Edward Sandström – Tristan Vautier).

PORSCHE

Si lors de ces dernières saisons, hormis en 2016 avec une présence usine, le nombre de 911 GT3R pouvant l’emporter était faible (la majorité étant des équipages Pro-Am), cette édition 2018 comptera 6 911 GT3R avec des équipages de pointes.

Vainqueur à cinq reprises de l’épreuve, le Manthey Racing est propriété de l’usine Porsche depuis quelques années. Et si l’engagement se fait au nom de l’équipe basée sur les bords du circuit, les équipages ne laissent aucun doute sur le soutien de l’usine. Ainsi, sur la #911, on retrouvera un mix des équipages des Porsche usines 91 et 93 aux futurs 24h du Mans, à savoir Kevin Estre – Romain Dumas – Laurens Vanthoor – Earl Bamber, alors que l’équipage de la #912 suivra le même concept, mais avec les pilotes des voitures 92 et 94 au Mans, à savoir Richard Lietz – Patrick Pilet – Frédéric Makowiecki – Nick Tandy.

Si le Frikadelli Racing Team est un habitué de l’épreuve, les forces engagées cette année est, à l’inverse, nouveau. Ainsi, ce sont deux voitures avec des équipages Pro qui seront alignées, puisque Lance David Arnold, Alexander Müller, Wolf Henzler et Matt Campbell se partageront le volant de la #30 alors que la #31 sera confiée à Norbert Siedler, Marco Seefried, Felipe Fernández Laser et Mathieu Jaminet.

Deux autres équipes aligneront également des 911 GT3R pouvant jouer les troubles-fêtes. Ainsi, l’équipe de Timo Bernhard (KÜS Team75 Bernhard) alignera un équipage de pilotes lié à Porsche, puisque le pilote Rebellion en FIA WEC (toujours sous contrat Porsche) André Lotterer sera au volant de la #17 avec Matteo Cairoli, Michael Christensen et Jörg Bergmeister pour coéquipiers. Quant au team Falken, outre la BMW M6, il engagera également sa Porsche GT3 R avec Klaus Bachler – Sven Müller – Martin Ragginger – Dirk Werner à son volant.

Enfin, outre ces six voitures, d’autre Porsche de la catégorie GT3 sont engagées avec des équipages Pro-Am, dont la #12 du Manthey Racing où l’on retrouvera le Thurgovien Philipp Frommenwiler.

ASTON-MARTIN – FERRARI – LAMBORGHINI – SCUDERIA GLICKENHAUS

Si les quatre constructeurs précédemment nommés représentent les grandes forces en présence, quelques concurrents pourraient, également, jouer les troubles-fêtes.

Ainsi, Aston-Martin sera également engagée officiellement. Mais avec une seule voiture, qui plus est de conception assez ancienne, la Vantage GT3 (qui est aujourd’hui l’une des plus anciennes de sa catégorie), la marque pourrait limiter ses chances de victoire pour un équipage qui sera le même que la 95 officielle au Mans (Nicki Thiim – Marco Sorensen – Darren Turner) avec l’ajout de Maxime Martin, qui sera lui sur l’autre voiture dans la Sarthe.

Très performante, la SCG003c de la Scuderia Glickenhaus pourrait également jouer les troubles-fêtes, comme l’an passé où l’équipe avait décroché la pôle position. En revanche, contrairement aux saisons passées, une seule voiture sera alignée, ce qui réduit les stratégies possibles. A son volant, on retrouvera Jeff Westphal (poleman 2017) associé à Thomas Mutsch, Franck Mailleux et Andreas Simonsen, tous déjà présents au sein de l’équipe l’an passé.

Enfin, il faut noter la présence de la Ferrari 488 GT3 du Wochenspiegel Team Monschau, qui avait réalisé le meilleur chrono des qualifications (avant la superpole), mais l’équipage Pro-Am (Georg Weiss – Oliver Kainz – Jochen Krumbach – Christian Menzel) ne devrait pas lui permettre de jouer pour la victoire, alors que le Konrad Motorsport alignera une Lamborghini Huracan pour Michele Di Martino, Christopher Brueck et Matias Henkola.

La liste des engagés

A propos de l'auteur

Articles en relations