WRC – Sébastien Ogier reprend les rênes du championnat au Mexique

Après deux premières journées mouvementées et pleines de rebondissements, le quintuple champion du monde en titre a remporté sa deuxième victoire de la saison au Mexique, reprenant ainsi la tête du championnat, lors d’un rallye marqué par de nombreux coups de théâtre, et notamment les belles performances du nonuple champion du monde Sébastien Loeb.

Après une première spéciale spectacle le jeudi soir, remportée par Thierry Neuville, Kris Meeke ouvrait véritablement les hostilités le vendredi matin en remportant l’ES 2 devant Dani Sordo et Sébastien Loeb. À l’inverse, Thierry Neuville subissait sa position d’ouvreur en piste et perdait déjà près de 20 secondes, avant de connaître une suite de journée catastrophique avec, notamment, des soucis de moteur et de direction, ce qui le faisait plonger au classement. Ainsi, le pilote belge terminait la première journée à plus de deux minutes du leader.

Profitant d’une bonne position sur la route, Dani Sordo concluait ce premier jour en tête devant le revenant Sébastien Loeb et Ott Tänak. Kris Meeke, Sébastien Ogier et Andreas Mikkelsen concluaient quant à eux cette journée à une demi-minute du leader espagnol. Mais si le pilote estonien de Toyota restait dans la lutte pour la victoire, ses deux coéquipiers finlandais étaient, en revanche, contraints de repartir en rallye 2. Après avoir connu des problèmes de surchauffe sur leur Yaris WRC, Esapekka Lappi, sur sortie de route, et Jari-Matti Latvala, sur problème d’embrayage, ne pouvaient rejoindre le parc fermé du vendredi soir. Le constat était similaire chez Ford, avec Sébastien Ogier en course et Teemu Suninen obligé de s’arrêter après l’ES 6 en raison d’une suspension endommagée. Quant à Elfyn Evans, il était contraint à l’abandon définitif, le service médical ayant conseillé à son coéquipier de ne pas continuer après avoir subi des tonneaux. 

Le samedi matin, c’est Sébastien Loeb qui frappait un grand coup d’entrée de jeu et prenait la tête de l’épreuve, alors que Sébastien Ogier, deuxième du chrono, débutait une remontée, tout comme Kris Meeke. En revanche, Ott Tänak perdait beaucoup de temps en raison d’un problème technique et abandonnait dans la liaison suivante. Ainsi, dans les deux spéciales suivantes, le pilote Ford et l’Irlandais du nord refaisaient une partie de leur retard et revenaient à 15 secondes du leader avant la boucle de l’après-midi. Etle tournant de l’épreuve allait arriver dans l’après-midi… 

Ainsi, Sébastien Loeb et Dani Sordo allaient être victime d’une crevaison dans l’ES 14, ce qui permettait à Sébastien Ogier de prendre la tête, qu’il allait ensuite consolider en faisant les temps scratch dans les chronos suivants. Et si Kris Meeke restait au contact dans la 14, il effectuait un tête à queue dans la 15 et laissait le pilote français en tête avec une trentaine de secondes d’avance le samedi soir. Dani Sordo lui,  pointait au troisième rang à environ 45 secondes. Quant à Sébastien Loeb, il changeait sa roue en spéciale, contrairement au pilote Hyundai et perdait plus de 2 minutes dans l’affaire.

La seule lutte qui restait le dimanche matin, hormis les points de la Powerstage, allait être la place de deuxième entre Kris Meeke et Dani Sordo. Mais le pilote Citroën partait à la faute dès le premier chrono dominical et perdait plus de 30 secondes sur la Hyundai, ainsi que la partie haute de son aileron, l’empêchant d’exploiter sa voiture au maximum lors des deux derniers chronos. Dès lors, le classement n’évoluait plus et il ne restait plus que les points bonus de la Powerstage à attribuer. Tout comme Sébastien Ogier en Suède, Ott Tänak et Thierry Neuville pointaient délibérément en retard afin de profiter d’une meilleure position sur la route. Et ce choix allait s’avérer payant pour l’Estonien, qui sauvait ainsi 5 points. En revanche, les autres points de la Powerstage sont en suspens. Si Sébastien Ogier réalisait le deuxième chrono, il recevait ensuite 10 secondes de pénalité pour avoir touché la chicane d’arrivée (ce que d’autre pilotes ont également fait), laissant la deuxième place à Jari Matti Latvala ainsi que les autres points bonus à Thierry Neuville, Andreas Mikkelsen et Sébastien Loeb. Néanmoins, l’équipe M-sport Ford a fait appel de la décision : en conséquence, le classement de la Powerstage reste en suspens, sans remettre en cause le classement du rallye.

Sébastien Ogier : « Je suis vraiment très heureux de cette victoire, et c’est l’occasion pour Julien et moi de fêter dignement notre dixième anniversaire en Championnat du Monde. Tout a débuté en 2008 avec la victoire en Junior, et il s’est passé beaucoup de choses depuis, donc cette victoire qui est l’une des plus belles. Ce week-end nous a offert beaucoup. Julien fut parfait et l’équipe a fait un sans faute. Bien sur, la victoire est géniale, mais c’est nos performances qui furent les plus fortes. Nous nous sommes fortement améliorés par rapport à l’an passé et c’est très positif pour la suite de la saison. J’étais à la limite tout le week-end. Quand vous êtes dans les premiers sur la route, vous faites de votre mieux, mais vous vous situez loin de ceux qui partent après. C’est très frustrant, mais il ne faut pas abandonner. C’est ce que nous avons fait, et le deuxième jour, quand notre position de départ était meilleure, nous avons continué à attaquer et nous sommes passés en tête. Nous sommes très fiers de ce résultat et nous ne pouvions pas faire beaucoup mieux, nous avons tout donné jusqu’à la dernière spéciale. »

Auteur d’un rallye sans faute, seule sa crevaison du samedi l’ayant écarté de la victoire, Dani Sordo termine deuxième devant Kris Meeke et Andreas Mikkelsen, qui marque de gros points malgré des performances en demi-teinte. Cinquième, Sébastien Loeb a démontré qu’il n’avait pas perdu la main et pourrait encore jouer les troubles fêtes en Corse dans un mois. Thierry Neuville termine sixième devant le vainqueur du WRC2 Pontus Tidemand, alors que Jari-Matti Latvala, Gus Greensmith et Esapekka Lappi complètent le top 10.

CLASSEMENT FINAL
1. Ogier / Ingrassia (Ford Fiesta WRC) 3h53’58’’0
2. Sordo / Del Barrio (Hyundai i20 WRC) + 1’13’’6
3. Meeke / Nagle (Citroën C3 WRC) + 1’29’’2
4. Mikkelsen / Jaeger (Hyundai i20 WRC) + 1’48’’4
5. Loeb / Elena (Citroën C3 WRC) + 2’34’’6
6. Neuville / Gilsoul (Hyundai i20 WRC) + 9’13’’0
7. Tidemand / Andersson (Skoda Fabia R5) + 10’34’’7 (victoire WRC2)
8. Latvala / Anttila (Toyota Yaris WRC) + 15’47’’1

CHAMPIONNAT DU MONDE PILOTES*
1. Sébastien Ogier – 56 points
2. Thierry Neuville – 52 points
3. Andreas Mikkelsen – 345 points
4. Kris Meeke – 32 points
5. Jari-Matti Latvala – 31 points
6. Ott Tänak – 26 points
7. Esapekka Lappi – 23 points
8. Craig Breen – 20 points
9. Dani Sordo – 18 points
10. Sébastien Loeb – 11 points
(* classement du championnat après application de la pénalité de Sébastien Ogier et non définitif en fonction de l’appel)

CHAMPIONNAT DU MONDE CONSTRUCTEURS
1. Hyundai WRT – 84 points
2. M-Sport Ford WRT – 72 points
3. Citroën Total Abu Dhabi WRT – 71 points
4. Toyota Gazoo Racing – 67 points

Prochaine manche du 5 au 8 avril avec le Tour de Corse

Crédits photos : M-sport Ford, Hyundai Motorsport, Citroën Racing, Toyota Gazoo Racing, Skoda Motorsport ; citation : M-sport Ford

A propos de l'auteur

Articles en relations