Rallye du Var : les malheurs de Loeb… et de Toedtli

Victoire de David Salanon/Jérôme Degout sur Ford Fiesta WRC ce week-end (du 24 au 26 novembre) au Rallye du Var. Notre jeune espoir national Jérémie Toedtli, tout comme Sébastien Loeb, a dû jeter l’éponge.

Dernière manche du Championnat de France des Rallyes, le Rallye du Var 2017 sera particulièrement relevé avec, en guest star Sébastien Loeb, mais aussi d’autres grands noms de la discipline, tels François Delecour, Gilles Panizzi, David Salanon… ou encore Romain Dumas.

Deux pilotes suisses ont également fait le déplacement dans le Sud de la France. Il s’agit de Jérémie Toedtli, qui s’est vu offrir la possibilité d’ajouter un rendez-vous à son calendrier, ainsi que de Sylvain Fivaz.

Pour le premier nommé, c’est hélas une course à oublier. 15e à l’issue de la première étape de cette très relevée épreuve, Jérémie Toedtli restait très régulier dans la seconde étape, avec des chronos situés entre le 13e et le 16e temps quand, dans l’ultime chrono de ce samedi, il sort de la route. Fort heureusement, le pilote suisse et son copilote Antoine Paque s’extraient sans mal de la voiture, avant que celle-ci ne prennent feu, incendie maîtrisé rapidement par les pompiers.

Du côté de la tête de la course, c’est Mathieu Arzeno/Romain Roche, sur Skoda Fabia R5, qui menait après les trois premières épreuves vendredi soir, poursuivi par Sylvain Michel/Fabrice Gordon, même monture, à 4,2 secondes, lui-même menacé par Sébastien Loeb/Daniel Elena sur la Peugeot 306 Maxi à 4,5 secondes, avec le futur vainqueur (David Salanon/Jérôme Degout (Fiesta WRC) en embuscade à la 4e place.

La journée de samedi fut compliquée à bien des égards. Pour Arzeno d’abord, qui part à la faute dès le premier chrono de l’étape (ES 4) et se voit contraint à l’abandon. Toujours dans cette spéciale, on frôle le drame quand la voiture de Sylvain Michel, partie en embardée en sortie de virage, toucha des spectateurs mal placés (zone interdite au public). La spéciale a dès lors été neutralisée pour l’arrivée des secours. Selon nos informations, finalement, deux personnes seraient légèrement blessées.

Sébastien Loeb, qui avait pris les commandes du rallye dès le premier chrono du jour, perd gros dans l’ES 9 et termine la seconde étape au 2e rang provisoire, à la faveur de Salanon pour 16,7 secondes. Michel complète ce podium provisoire.

Le dimanche, Loeb revient au contact de Salanon. Mais dans l’avant-dernier chrono (ES 13), alors qu’il n’est plus qu’à 4,9 secondes de son rival, et après avoir tant ravi le public, le moteur de la 306 Maxi casse… La course se termine là pour le nonuple champion du monde, à propos duquel le vainqueur ne tarit pas d’éloges :

David Salanon :  « Il n’aurait pas fallu rouler plus vite dans Pignans car ça devenait limite limite. Je languissais d’arriver ! Je suis épaté par les chronos de Seb et Daniel. Ce sont des martiens, des extra-terrestres. Même avec un tracteur il ferait des scratches, Seb ! »

Quant au second équipage suisse, Sylvain Fivaz/Martial Turin, sur Clio R3, après un départ prudent et une constante progression, il termine à une honorable 15e place de la catégorie sur 25 classés.

Le podium scratch final est composé comme suit : 1. David Salanon/Jérôme Degout (Ford Fiesta WRC), 2. Sylvain Michel/Fabrice Gordon (Skoda Fabia R5), 3. Yohan Rossel/Benoît Fulcrand (Hyundai i20 R5).

Les classements du Rallye du Var

Crédit photo : ©Sébastien Turkery

A propos de l'auteur

Articles en relations