RIV 2017 – Victoire de l’Italien Basso au Rallye International du Valais!

A la faveur de différents abandons, dont ceux de Kevin Abbring et d’Olivier Burri dans l’antépénultième épreuve spéciale, l’Italien Giandomenico Basso (Hyundai NG i20) s’est adjugé le Rallye International du Valais, ultime manche du championnat national et avant-dernière épreuve du Tour European Rally.

Giandomenico Basso tombe dans les bras de Luca Grilli, le patron du Tour European Rally.
Un cadre grandiose: les vainqueurs Basso/Granai (Hyundai NG i20) en pleine action.

A peine la ligne d’arrivée franchie, Giandomenico Basso est tombé dans les bras de son compatriote Luca Grilli, l’organisateur et promoteur du Tour European Rally, la compétition continentale dont fait désormais partie la grande classique valaisanne. « Sono molto contento! »: c’est par ces mots que Giandomenico Basso s’est adressé à Sport-Auto.ch. « Je suis très content car le rallye a été très difficile. Avec mon copilote Lorenzo Granai, nous avons imprimé dès le début de la course un rythme très rapide, trop rapide peut-être », confiait Giandomenico Basso en faisant allusion au tête-à-queue qui lui avait fait perdre une trentaine de secondes, vendredi, dans la deuxième épreuve spéciale. «Notre mérite est que nous avons continué à croire en nos chances même si ce tête-à-queue nous avait fait passer de la 2e à la 10e place du classement général.»

Grand animateur du rallye, Kevin Abbring a été contraint à l’abandon sur bris d’une biellette de direction dans l’ES11.

Et ils ont bien eu raison d’y croire. Au départ de la 3e épreuve spéciale, ils avaient beau compter plus de 30 secondes de retard sur les deux premiers leaders de la course, à savoir le Valaisan Sébastien Carron et le Néerlandais Kevin Abbring, ils ont quand même fini par terminer sur la première marche du podium, ce qui leur permettait du même coup de remporter le titre dans le Tour European Rally. Cette troisième couronne continentale, après les deux titres de champion d’Europe remportés en 2006 et 2009, avait une saveur particulière pour Giandomenico Basso. Elle lui permettra en effet de se voir offrir, tous frais payés, un rallye au volant d’une Hyundai en 2018, ce qui correspond à un prix de quelque 30’000 francs suisses.

«Les deux titres de 2006 et de 2009 ne m’avaient rien rapporté si ce n’est une invitation à la remise des prix annuelle de la FIA en présence de tous les champions de F1», précisait le pilote de l’écurie italienne BRC. Sa victoire au Rallye International du Valais a certes été facilitée par les abandons sur ennuis mécaniques des deux Ford Fiesta de Sébastien Carron, déjà éliminé le samedi en raison de problèmes électriques, et de Kevin Abbring, victime du bris d’une biellette de direction en milieu de journée samedi, mais cela n’enlève rien à sa vélocité.

Giandomenico Basso : «Sono molto contento!»

« Lorsqu’il a fallu assurer, notamment dans les épreuves mixtes terre-goudron de samedi, j’ai assuré et lorsqu’il a fallu attaquer, par exemple dans la powerstage disputée au premier passage de l’épreuve de Champex, j’ai attaqué », précisait Giandomenico Basso qui, justement dans cette powerstage, en l’occurrence l’épreuve spéciale numéro 10, avait laissé Kevin Abbring ainsi que les deux Skoda Fabia du vétéran jurassien Olivier Burri (54 ans) et du jeune Neuchâtelois Jérémie Toedtli (23 ans) à respectivement 2,6 et 8 secondes.

Michael Burri s’envole vers le podium suite à la sortie de route de son père et aux pénalités infligées à Jérémie Toedtli.

Classés à ce moment-là en première et en deuxième position, Kevin Abbring et Olivier Burri devaient cependant abandonner tous les deux dans la 11e des 13 épreuves spéciales au programme, le premier en raison du bris d’une biellette de direction déjà évoqué, et le second en raison d’une sortie de route. L’honneur de la famille Burri était sauvé par le fils, Michaël Burri (Ford Fiesta), 3e du classement général, en sandwich entre le Belge Bernd Casier (Ford Fiesta, 2e) et Jérémie Toedtli (4e), ralenti par deux minutes de pénalité à la suite de deux incompréhensions aux contrôles horaires 6 et 7. Il a longtemps été question que ces deux minutes de pénalité lui soient retirées, mais cela n’a finalement pas été le cas.

Derrière le quatuor de tête composé de Giandomenico Basso, Bernd Casier, Michaël Burri et Jérémie Toedtli, les 5e, 6e et 7e rangs sont revenus à Nicolas Althaus (Skoda Fabia), Mike Coppens (Citroën DS3) et Romain Dumas (Porsche 911 GT3 RS 4.0). Le dernier nommé, champion du monde d’endurance en titre et vainqueur des 24 Heures du Mans 2016, s’est déclaré très satisfait de sa course.

La musique du six cylindres de la Porsche 911 GT3 RS de Romain Dumas a ravi de nombreux spectateurs.

Premier du groupe RGT, premier également des deux roues motrices, Romain Dumas a fait honneur à son titre de vainqueur 2017 de la Coupe du monde FIA RGT en remportant sa catégorie avec plus de quatre minutes d’avance sur l’Abarth 124 Rally RGT de l’Italien Fabrizio Redolfi, 17e au scratch. « Honnêtement, je ne pouvais pas rêver d’un meilleur résultat avec ma Porsche RGT à deux roues motrices », nous a-t-il expliqué. «C’était la cinquième course de la Coupe du monde RGT que j’ai disputée à son volant cette saison et je n’ai jamais été contraint à l’abandon. Les spéciales du Rallye du Valais m’ont beaucoup plu, à un tel point qu’il n’est pas impossible que j’y participe à nouveau à l’avenir. J’opterai cependant pour une quatre roues motrices », concluait Romain Dumas qui effectuera ses débuts, le week-end prochain au Rallye Terre de Vaucluse, au volant justement d’une Citroën Xsara WRC à quatre roues motrices.

Ismaël Vuistiner s’impose au Renault Clio R3T Trophy et sera donc au départ du prochain Rallye Monte-Carlo.

Juste derrière Fabrizio Andolfi, le Valaisan Ismaël Vuistiner s’est classé au 18e rang et s’est imposé au sein du Renault Clio R3T Trophy. Cette victoire lui a permis de remporter le titre, synonyme de participation en janvier au Rallye Monte-Carlo au volant de la Clio R3T officielle de Renault Suisse.

C’est Jonathan Michellod (Peugeot 208) qui s’est imposé chez les Juniors.

Cinquième et dernière épreuve du Championnat Suisse Rallye Junior, le Rallye
International du Valais a été remporté par Jonathan Michellod (Peugeot 208). Cette seconde victoire de la saison lui permet de coiffer le titre honorifique de vice-champion suisse Rallye Junior 2017 derrière Nicolas Lathion qui, déjà assuré du titre national avant la dernière épreuve du championnat, avait renoncé à s’aligner sur les routes valaisannes.

Audrey Dauphin (à dr.) et sa copilote Santana Cheseaux ont remporté la Coupe des Dames.
Victoire pour le couple Bérard en VHC qui remporte du même coup la Coupe suisse 2017 des Véhicules Historiques de Compétition.

On relèvera enfin pour conclure que la Coupe des Dames a été remportée par les jeunes Audrey Dauphin – Santana Cheseaux qui ont connu une course sans histoire avec leur Renault Twingo RS, alors que la victoire en VHC, qui semblait longtemps promise à Julien Camandona – Maxime D’Ignoti (BMW M3), est revenue en définitive aux époux Eddy et Florence Bérard (Ford Escort).

Crédits des photos: Audrey Moulin, Baptiste Aebi, Sébastien Montagny, Laurent Missbauer, Sébastien Moulin

A propos de l'auteur

Articles en relations