Doublé suisse au Rallye des Gazelles

01-Les gagnantes Regine Zbinden (a dr.) et Lydia Christen@Photo Rallye Aicha des GazellesLe Rallye des Gazelles, épreuve 100% féminine disputée au Maroc ce printemps, deviendrait-elle une spécialité helvétique? C’est ce que l’on pourrait penser en lisant la Revue automobile de ce jeudi 13 avril. L’hebdomadaire spécialisé a en effet salué sur deux pages l’excellent comportement des Suissesses, à commencer par celui de l’équipage vaudois Régine Zbinden-Lydia Christen qui s’est imposé au classement général devant le duo fribourgeois composé de Véronique Siffert et de Laurence Brasey.

02-Veronique Siffert (a g.) et Laurence Brasey sur la 2e marche du podium@Photo Rallye Aicha des GazellesAyant disputé toutes les deux le Rallye des Gazelles à quatre reprises, Régine Zbinden et Véronique Siffert étaient naviguées pour la première fois cette année par des copilotes qui en étaient à leur première participation. «Elles se sont toutes très bien débrouillées», relevaient en cœur Régine Zbinden et Véronique Siffert. Cette dernière n’est autre que la fille de l’ancien pilote de F1 Jo Siffert.

«Véronique Siffert a hérité de son père les gènes du sport automobile.» C’est en ces termes que le quotidien suisse alémanique Blick avait présenté la fille de Jo Siffert lorsque celle-ci avait participé en 2013 à sa première course automobile, en l’occurrence le Rallye des Gazelles. Dans cette dernière épreuve, contrairement au « Dakar », il n’est toutefois pas question de vitesse pure mais d’orientation à l’ancienne, avec une carte au 100’000e, une boussole et sans GPS.

03-L'orientation est primordiale@Photo Rallye Aicha des GazellesChaque jour, les concurrentes ont participé à une véritable course d’orientation pendant laquelle il s’agissait de trouver différentes balises.

«Nous avons dû choisir nous-mêmes notre itinéraire et décider d’escalader les dunes ou de les contourner», précise Véronique Siffert. «A la fin, les équipes les mieux classées ont été celles qui ont parcouru le moins de kilomètres.»

Ce dernier aspect est très important pour Dominique Serra, la créatrice du Rallye des Gazelles qu’elle organise dans le « respect des populations locales et de l’environnement ».

«Notre rallye-raid a été le premier au monde à obtenir une certification environnementale ISO 14001. Nous compensons par ailleurs nos émissions de CO2 auprès de la Fondation GoodPlanet de Yann Arthus Bertrand. Cette compensation permet par exemple de financer un projet de recyclage d’ordures ménagères et de fabrication de compost à usage agricole. En évitant la fermentation des déchets, ce projet évite l’émission de 12’000 tonnes de CO2 par an», détaille Dominique Serra.

04-Veronique Siffert, 4e en 2016 avec Emilie Kuhni@Photo Rallye Aicha des GazellesSi Régine Zbinden avait déjà remporté l’édition 2016 du Rallye des Gazelles, la 2e place obtenue cette année par Véronique Siffert constituait une véritable consécration. Elle n’était encore jamais montée sur le podium après avoir terminé 4e en 2016, 22e en 2015 et 75e lors de sa première participation en 2013. Véronique disposait pour la 3e année consécutive d’une Toyota FJ Cruiser. Comme Sébastien Buemi, champion du monde d’endurance en 2014 sur une Toyota Hybrid et fer de lance de l’équipe japonaise avec laquelle il participera cette année à ses 6e 24 Heures du Mans, Véronique Siffert peut dire que «sa Toyota était fantastique» en paraphrasant une publicité très en vogue il y a quelques années en France.

05-Veronique Siffert avec le champion du monde d'endurance Sebastien Buemi. Tous deux pilotent une Toyota@Photo Laurent MissbauerVéronique Siffert (ici avec Sébastien Buemi): «Ce rallye a été un vrai bonheur. Ma navigatrice Laurence a été parfaite et j’ai ressenti des émotions que je n’avais jamais connues jusqu’ici. Le fait que nous ayons été rapidement pointées à la 2e place du classement général a certes engendré beaucoup de pression mais, je le répète, c’était un pur bonheur de participer pour la quatrième fois à ce magnifique rallye.»

06-Emilie Kuhni (a g.) et Veronique Siffert, respectivement 4e et 2e du Rallye des Gazelles 2017@Photo Laurent MissbauerOn relèvera encore qu’Emilie Kühni, l’ancienne navigatrice de Véronique Siffert, a terminé cette fois-ci au 4e rang sur un total de 136 équipages au départ. Avec sa copilote Stéphanie Denonne-Jacob, elle a ainsi complété la bonne tenue d’ensemble des nombreuses Suissesses présentes au Rallye des Gazelles. Relevons enfin qu’un rallye d’une telle envergure ne pourrait pas être mené à bien sans l’appui de sponsors et Véronique Siffert a tenu à tous les remercier.

07-Veronique Siffert-Laurence Brasey en action@Photo Rallye Aicha des Gazelles«Par ailleurs, nous avons à nouveau eu le plaisir d’être habillées par Warson Motors lors de cette édition 2017. J’adresse un immense merci à Olivier Gachnang qui nous a renouvelé sa confiance et qui m’a suivie pour la quatrième fois dans cette merveilleuse aventure», a ajouté Véronique Siffert.

Pour la petite histoire, on précisera qu’Olivier Gachnang, l’un des trois fondateurs de Warson Motors, est le père de l’ancienne pilote Natacha Gachnang, vue notamment à deux reprises aux 24 Heures du Mans, et l’oncle de Sébastien Buemi. Les résultats complets des 13 équipages suisses engagés au Rallye des Gazelles peuvent être consultés sur le site internet suivant: www.rallyeaichadesgazelles.com

Credit photo : Rallye Aicha des Gazelles, Laurent Missbauer

A propos de l'auteur

Articles en relations