Interview de Sébastien Loeb: «Je vais à nouveau courir au Rallye du Chablais cette année»

Sébastien Loeb

Le luxueux Wellnesshotel de la famille Ebner à Waldhof am See est l’un des plus beaux établissements de la station touristique autrichienne de Fuschl am See. C’est là que Sport-Auto.ch a pu longuement s’entretenir le 31 janvier 2017 avec Sébastien Loeb, le meilleur pilote de rallye de tous les temps et l’un des pilotes les plus polyvalents au monde.

Sébastien Loeb double vainqueur du Rallye du Chablais sur Citroën
Sébastien Loeb double vainqueur du Rallye du Chablais sur Citroën

L’un des pilotes les plus polyvalents au monde? Parfaitement! Le citoyen de Prangins, dans le canton de Vaud, n’a pas seulement remporté neuf titres mondiaux consécutifs en rallye de 2004 à 2012 – record absolu – , il est également devenu en 2016 le seul pilote à s’être imposé dans trois championnats du monde: celui des rallyes (78 victoires, record absolu, de 2002 à 2013), celui des voitures de tourisme (6 victoires, en 2014 et 2015) et celui de rallycross où il a remporté le 2 octobre 2016, à Riga, en Lettonie, sa première et, pour l’instant, seule victoire dans cette discipline. Ajoutez-y la victoire à la légendaire course de côte américaine de Pikes Peak avec une Peugeot 208 T16 en 2013, la 2e place au Dakar de cette année au volant d’une Peugeot 3008 DKR, un autre 2e rang au classement général des 24 Heures du Mans sur une Pescarolo Judd en 2006 et des chronos de tout respect lors d’essais libres en F1 en 2009 où il a failli être engagé aux côtés de Sébastien Buemi au Grand Prix d’Abou Dhabi et vous aurez une bonne vue d’ensemble de l’étendue de l’immense talent de Sébastien Loeb un volant entre les mains. Un volant qu’il n’hésite pas à prendre, uniquement plaisir et par passion, pour disputer également des épreuves nationales. Le pilote alsacien nous a ainsi laissé entendre en Autriche qu’il serait à nouveau au départ cette année du Rallye du Chablais, au volant d’une Peugeot 208 R5 de sa propre structure sportive SLR pour Sébastien Loeb Racing. Interview.

Sport-Auto.ch : Sébastien Loeb, tout comme les deux autres légendes du sport automobile mondial que sont Alain Prost et Michael Schumacher, vous êtes domicilié dans le canton de Vaud, tout d’abord à Bougy-Villars, où vous avez habité de 2004 à 2014, et, depuis 2015, à Prangins. A l’image de Prost et Schumacher, envisagez-vous d’y rester également après votre carrière sportive?

Sébastien LoebSébastien Loeb : On ne peut jamais savoir ce que la vie nous réserve mais, effectivement, je compte rester dans votre pays le plus longtemps possible. Mon épouse, ma fille et moi-même nous y sentons très bien et mon déménagement, il y a un peu plus de deux ans, de Bougy-Villars à Prangins, près de Nyon, peut être interprété comme une installation en Suisse à long terme. Ma fille, qui va avoir bientôt 10 ans, y est par ailleurs scolarisée et pratique avec assiduité la gymnastique à Genève.

Combien de temps comptez-vous encore courir ?

Je l’ignore. Ce qui est certain, c’est que je continuerai à courir aussi longtemps que j’en retirerai du plaisir. Ce qui est également certain, c’est que mon programme de 2017 comprend la participation aux trois rallyes-raids suivants, Dakar, Silk Way Rally (Ndlr : le Rallye de la Route de la Soie qui se disputera cette année du 7 au 22 juillet entre Moscou en Russie et Xi’an en Chine) et Maroc avec une Peugeot 3008 DKR. A cela, s’ajoute la participation à chacune des 12 manches du championnat du monde de Rallycross au volant d’une Peugeot 208 WRX. Entre les manches mondiales de Rallycross de Grande-Bretagne et de Norvège, je participerai à nouveau au Rallye du Chablais. Ce sera cette fois-ci au volant d’une Peugeot 208 R5 de ma propre structure, en compagnie de mon épouse.

2e place au Dakar 2017 pour Séb Loeb sur Peugeot 3008 DKR
2e place au Dakar 2017 pour Séb Loeb sur Peugeot 3008 DKR

C’est vrai qu’à 42 ans (Ndlr: Sébastien Loeb est né le 26 février 1974), vous avez encore quelques belles années devant vous. Vous avez en effet neuf ans de moins que votre coéquipier chez Peugeot Stéphane Peterhansel qui est âgé de 51 ans et qui s’est imposé devant vous au Dakar avec un peu plus de cinq minutes d’avance. A propos de Stéphane Peterhansel, qui habite lui aussi en Suisse, lui avez-vous rendu visite chez lui à Aminona, près de Crans-Montana ?

Non, je ne lui ai pas encore rendu visite mais j’ai promis que je monterai prochainement lui payer un bon repas pour le remercier de son comportement exemplaire au Dakar. Tant Stéphane Peterhansel que son copilote Jean-Paul Cottret ont été super fair-play durant toute la course. Cela a été une super bagarre et nous avons eu beaucoup de plaisir. Ce d’autant plus que l’ambiance était excellente au sein de toute l’équipe de Peugeot Sport, non seulement avec Stéphane Peterhansel, mais également avec Cyril Despres, qui a terminé 3e et qui a ainsi assuré le triplé des Peugeot 3008 DKR, et Carlos Sainz qui a malheureusement dû abandonner.

Avez-vous un exemple du fair-play de Stéphane Peterhansel en course ?

Oui et je prendrais l’exemple du système Sentinel dont disposent tous les participants du Dakar. Ce système nous permet d’avertir les concurrents, qui nous précèdent et que nous rattrapons tant bien que mal dans de gigantesques nuages de poussière, que nous souhaitons les dépasser. Ce système Sentinel émet un signal sonore qui est transmis au véhicule moto/quad/auto/camion que nous souhaitons doubler et qui peut se trouver jusqu’à 150 mètres devant nous. A chaque fois que je l’ai actionné, Stéphane Peterhansel m’a toujours facilité la manœuvre, ce qui était très fair-play de sa part.

Cela a dû vous changer des courses du championnat du monde de voitures de tourisme, n’est-ce pas ?

C’est vrai, mais la philosophie de ces deux compétitions est complètement différente. Les courses de voitures de tourisme sont un sprint ou le chacun pour soi prime sur une course d’équipe comme peut l’être une épreuve de longue haleine telle que le Dakar.

Sébastien Loeb teste le système Grip Control de PSA
Sébastien Loeb teste le système Grip Control de PSA

Vous vous êtes déplacé ici en Autriche pour vanter les mérites du système Grip Control de PSA. Que pensez-vous de ce système ?

J’en pense le plus grand bien et, s’il était autorisé en rallye-raid, j’aimerais bien l’avoir sur notre Peugeot 3008 DKR qui est elle aussi une deux roues motrices. Le Grip Control nous permettrait certainement de nous tirer plus rapidement d’affaire lorsque nous sommes bloqués au sommet d’une dune. Lors des essais que j’ai effectués avec vous sur le circuit sur glace d’Hintersee au volant d’une Peugeot 2008 de série, j’ai par ailleurs réalisé de meilleurs chronos avec le Grip Control placé sur le mode glace que sur le mode OFF. Cela s’explique par le fait que le système Grip Control améliore la motricité en limitant le patinage des roues.

2016-Sport-Auto.ch-1-36Votre passion pour les belles voitures est notoire. Que trouve-t-on dans votre garage personnel ?

J’ai une Peugeot 308 GTI et une Peugeot Traveller mais, comme j’aime également les voitures de sport, je possède également une Ferrari 488 et une Porsche 911 R que je viens de recevoir il y a un mois. Je l’ai choisie blanche avec des bandes rouges comme celle qui avait été exposée en première mondiale au salon de Genève. (Ndlr: il s’agit en fait des mêmes couleurs que la Porsche 911 R avec laquelle Jo Siffert avait réalisé plusieurs records du monde de vitesse à Monza en 1967).

Didier Auriol, qui a été le premier Français champion du monde des rallyes et qui a habité lui aussi plusieurs années en Suisse, à Cologny, a collectionné plusieurs de ses bolides de course. Est-ce également votre cas ?

J’en ai nettement moins que lui. En fait, je n’en ai gardé que trois, à savoir une Citroën C4 WRC de rallye, une McLaren MP14-12C GT3 avec laquelle j’avais commencé ma reconversion en circuit et la Peugeot 208 T16 de Pikes Peak qu’il ne me déplairait pas de ressortir à l’occasion lors d’une course de côte.

Une course de côte en Suisse ?

Pourquoi pas ? J’ai entendu que vous aviez de belles épreuves de ce type en Suisse !

Crédits des photos : PSA, Laurent Missbauer et Sébastien Moulin

A propos de l'auteur

Articles en relations