À la découverte des Remparts d’Angoulême

imgp9770Le week-end dernier, se tenait dans la cité d’Angoulême le traditionnel meeting du circuit des Remparts, rendez-vous devenu incontournable pour de nombreux passionnés de la voiture de collection.

Six éditions du Grand-Prix du circuit des Remparts eurent lieu entre 1939 et 1955 avec un palmarès élogieux puisque Juan Manuel Fangio s’imposait en 1950 sur une Maserati 4CTL/48, alors que le suisse Rudi Fischer remportait l’édition de 1951 sur une Ferrari 166 de l’Écurie Espadon.

En 1978, le meeting renaissait afin de faire revivre les grandes heures du sport-automobile dans les rues de la cité de la BD, et ce meeting mettant à l’honneur les voitures historiques n’a cessé de grandir au point d’être le contexte d’un des albums de Michel Vaillant (Tome n°50 : Le Défi des Remparts).

Disputée sur trois jours, le meeting débute le vendredi par un concours d’élégance avant le Rallye International de La Charente le samedi, balade au travers du département où se mêle plusieurs centaines de voitures anciennes, mais aussi de véhicules de prestiges ou encore de GT moderne. Enfin, le clou du spectacle à lieu le dimanche où le circuit des Remparts, identique à celui utilisé au milieu du 20ème siècle, revit le temps d’une journée, et permet de vivre des courses historiques avec des courses de véhicules avant guerre et des GT-Tourisme plus récentes en plusieurs plateaux.

Pour cette édition 2016, le lausannois Heinz Hofer avait fait le déplacement avec sa magnifique Maserati 26M de 1928, et le pilote suisse ne cachait pas satisfaction pour sa première participation au meeting :

imgp9758Heinz Hofer : « L’ambiance dans les rues d’Angoulême est formidable, je compare l’évènement avec Monaco sauf que c’est bien meilleur marché (rire). Et puis les gens sont formidables, il y a énormément de monde qui viennent pour ce meeting. Par contre, le circuit est difficile car très technique. »

Et, même si quelques gouttes de pluies firent leur apparition dans la journée, la magie du meeting permettait, une nouvelle fois, aux nombreux spectateurs de vivre un très beau week-end sous le signe de la voiture ancienne. Et, même si pour de nombreux pilotes le résultat importe peu, notons, tout de même, la victoire, en finale, de Lionel Robert sur une Ford Escort RS 1600.

Credit photo : Jean-Baptiste Lassaux/Sport-Auto.ch

A propos de l'auteur

Articles en relations