6 Heures de Mexico – Podiums pour Fässler et Camathias, 4e place pour Jani

01-La Porsche victorieuse de Bernhard-Hartley-Webber à Mexico@Photo Laurent Missbauer

 

Porsche remporte une troisième victoire consécutive aux 6 Heures de Mexico – Marcel Fässler (Audi), 2e, et Neel Jani (Porsche), 4e.

Les courses se suivent et se ressemblent pour la Porsche 919 Hybrid des champions du monde en titre Timo Bernhard, Brendon Hartley et Mark Webber. Après s’être imposée aux 6 Heures du Nürburgring, 4e manche du championnat du monde d’endurance, la Porsche numéro 1 est en effet à nouveau montée sur la première manche du podium aux 6 Heures de Mexico. Elle a précédé cette fois-ci l’Audi R18 numéro 7 du Schwytzois Marcel Fässler et de l’Allemand André Lotterer, la Toyota numéro 6 et la Porsche 919 Hybrid numéro 2 du Biennois Neel Jani, associé au Vaudois d’adoption Romain Dumas et à l’Allemand Marc Lieb.

A 2h20 du terme de la course, les deux Porsche étaient en tête de la course et l’on commençait à penser que l’air mexicain semblait bien convenir à la Suisse. Après les deux victoires remportées par l’écurie Sauber, tout d’abord en 1989 avec la paire Jochen Mass-Schlesser, puis en 1990 avec le même Jochen Mass associé cette fois-ci à un certain Michael Schumacher, c’était cette fois-ci à un pilote suisse, en l’occurrence à Neel Jani, au volant de la Porsche 919 Hybrid numéro 2, que la victoire semblait promise.

02-Neel Jani interview@Photo Laurent Missbauer
Neel Jani – Porsche

Il n’en a finalement rien été. Ralentie par différents ennuis, la Porsche numéro 2 a dû se contenter du 4e rang qui permettait néanmoins à Neel Janiet à ses coéquipiers de consolider leur avance au classement intermédiaire du championnat du monde des pilotes. Le pilote biennois pourrait ainsi bien devenir en fin de saison le troisième pilote suisse à remporter le titre mondial d’endurance après celui de Marcel Fässler en 2012 et celui du Vaudois Sébastien Buemi en 2014, un Sébastien Buemi qui n’a pas connu le succès escompté au Mexique. Sa Toyota a en effet abandonné en début de course en raison d’un problème au système hybride.

Finalement l’air mexicain favorable aux couleurs helvétiques, évoqué un peu plus haut, a particulièrement souri à l’équipe suisse Rébellion.

03-Alexandre Imperatori et Mathéo Tuscher@Photo Laurent Missbauer
Alexandre Imperatori et Mathéo Tuscher – Rebellion Racing

Ses deux pilotes suisses, Mathéo Tuscher et Alexandre Imperatori, ont en effet terminé 5e au classement général et se sont imposés dans la catégorie des LMP1 privées. Associés à l’Autrichien Dominik Kraihammer, ils ont permis à l’écurie suisse Rebellion de fêter un nouveau succès. Celui-ci n’a certes pas été aussi étincelant que ceux remportés aux 6 Heures de Silverstone et aux 6 Heures de Spa qui avaient été tous les deux assortis d’une 3e place au classement général, mais la bonne tenue de l’écurie Rebellion constitue une excellente chose dans un championnat du monde qui ne doit pas seulement s’appuyer sur les trois usines Audi, Porsche et Toyota.

WEC Mexico_Camathias_Laurent Missbauer
Joël Camathias – KCMG Team

A noter encore, en catégorie GTE-Am, la 3ème place du Tessinois Joël Camathias sur la Porsche de KCMG (coéquipiers : Wolf Henzler et Christian Ried).

04-La Rebellion d'Imperatori-Kraihammer-Tuscher en action@Photo Laurent Missbauer

Laurent Missbauer, depuis Mexico City

Crédits des photos: Laurent Missbauer

A propos de l'auteur

Articles en relations