Emotion – Jean-Claude Béring retrouve la Porsche de ses succès d’antan !

Sport-Auto.ch_2016-1-50

La semaine dernière, TSM, la compagnie d’assurances bien connue dans le sport automobile pour sa fameuse Casco course, a donné rendez-vous à ses clients, amis et partenaires sur le circuit de Bresse. Une journée de roulage dirigée de main de maître par Charly Croset et toute l’équipe d’ACD Motorsport. Parmi les convives, une invitée de marque : la Porsche 911 3.0 litres RS de 1974 avec laquelle Jean-Claude Béring a remporté à deux reprises le Championnat d’Europe de la Montagne. Son histoire n’est pas banale…

 

Sport-Auto.ch_2016-1-60Cette Porsche Carrera RS 3.0 a été construite en 1974 afin d’honorer une commande du fameux chef d’orchestre Herbert von Karajan. Didier Denat, l’actuel propriétaire, nous confirme la rareté de ce modèle.

Didier Denat : « C’est une 3.0 litres RS de 1974; Porsche en a produit 55 exemplaires. Cette voiture porte le n° 90-94, donc 911 460 90-94. Elle a été achetée d’abord par Herbert von Karajan, le chef d’orchestre, qui était un passionné de Porsche, notamment. Nous supposons que c’est lui qui l’a commandée dans ces couleurs ».

Nous reviendrons plus tard sur ces fameuses couleurs bleu et orange… toujours est-il qu’Herbert von Karajan roulera environ 5’000 kilomètres en 6-7 mois avant de la mettre en vente par l’intermédiaire du garage Mathis à St-Moritz.

Sport-Auto.ch_2016-1-62« A vendre, Porsche Carrera RS, 5’000 km, 60’000 francs ». Lorsque Jean-Claude Béring voit cette petite annonce, il décroche immédiatement son téléphone. En effet, le pilote de la Chaux-de-Fonds est à la recherche d’une auto plus performante que la 2.7 RS avec laquelle il courait jusque ici.

Jean-Claude Béring : « J’ai téléphoné, elle était toujours à vendre… j’ai demandé quel était son dernier prix, mais ce n’était pas négociable. Il en voulait 60’000 francs, en argent liquide. On m’a donné rendez-vous dans un hôtel zurichois et c’est son chauffeur qui me l’a livrée. Il a compté les billets… et je suis parti. C’est la voiture la plus chère que je me sois payé, mais aujourd’hui je peux affirmer que c’est aussi celle qui m’a coûté le moins à l’entretien… »

Jean-Claude Béring et Didier Denat
Jean-Claude Béring et Didier Denat

Nous ne sommes alors qu’au mois de février 1975. Le championnat suisse n’est donc pas près de débuter. Impatient, Jean-Claude Béring s’inscrit alors à la course de côte de Draguignan, comptant pour le championnat d’Europe.

Jean-Claude Béring : « Je me suis dit que comme c’était pas trop loin, j’allais aller là-bas pour voir comment marchais cette auto. J’y suis allé, et j’ai gagné ! Je me suis senti obligé de faire le déplacement sur la deuxième course du championnat d’Europe, et je l’ai aussi gagnée ! puis la troisième… Et finalement je les ai toutes remportées.»

En 1976, Jean-Claude Béring décide de défendre son titre européen. Tout se passe bien jusqu’au Mont-d’Or, où il démoli la voiture dans une impressionante sortie de route. La belle 911 3.0 litres RS est entièrement détruite, si bien que pour décrocher son second titre, il est contraint de louer une voiture pour disputer les Rangiers. Quant à l’épave, elle est vendue à un Valaisan, qui l’a réparée.

Jean-Claude Béring : « Il a racheté une coque à l’usine, puis il l’a entièrement refaite. Il a roulé une bonne année… puis, avec mon coéquipier tessinois, on l’a rachetée pour faire une saison de rallye. On a terminé 3ème du Championnat de Suisse, derrière Haldi et Savary. »

Sport-Auto.ch_2016-1-63Courses de côte, rallyes, mais aussi Le Mans, que Jean-Claude Béring dispute en 1975 avec deux équipiers allemands…

Jean-Claude Béring : « Pour Le Mans, on n’a pris que le moteur, qu’on a mis dans une autre carrosserie. Mon moteur n’a servi que pour faire les essais. »

Gentiment les années défilent et la voiture arrive au terme de son homologation. Jean-Claude Béring cherche alors à la vendre, mais sans succès. Finalement, il la cédera pour 35’000 francs à un Allemand, rencontré à l’époque sur les routes du championnat d’Europe.

Sport-Auto.ch_2016-1-54Ensuite, les prix ont commencé à flamber et la belle a fait un peu son tour du monde.

C’est bien plus tard, lors d’un récent Tour Auto, qu’Edouard Fragnière, le directeur de TSM Assurances, aperçois la fameuse Porsche, affublée d’un autocollant « double championne d’Europe ». Il aborde le propriétaire, mais il s’avère que ce dernier ne connaît pas encore Jean-Claude Béring. Edouard Fragnière propose alors de faire le lien entre les deux hommes, si bien que quelques semaines plus tard, Didier Denat, Jean-Claude Béring et Edouard Fragnière se retrouvent autour de la même table, en pays neuchâtelois.

Comme souvent entre passionnés, la discussion s’éternise… pas moins de sept heures… Jean-Claude Béring raconte ses anecdotes, Didier Denat prend des notes, soucieux de connaître au mieux l’historique de son véhicule. Mais quelque chose chagrine Jean-Claude Béring, et il en fait part à Didier Denat…. « ton auto est magnifique, mais c’est dommage qu’elle ait pas la couleur qu’elle doit ! cette couleur rouge n’est pas celle d’origine ! »

Sport-Auto.ch_2016-1-58Didier Denat n’en revient pas ! Probablement qu’Herbert von Karajan, en artiste qu’il était, aura exigé auprès d’AMAG, chez qui il achetait toutes ses Porsche, qu’elle soit livrée dans cette couleur bleu, avec les pare-chocs orange. En tout cas, Jean-Claude Béring n’en démord pas !

Jean-Claude Bering : « Cette voiture n’a jamais été rouge ! Torchée comme je l’ai torchée au Mont-d’Or, si il y avait eu du rouge, je l’aurais forcement vu ! »

 

Sport-Auto.ch_2016-1-57Le nouveau propriétaire fini par être convaincu. Il demande au pilote de La Chaux-de-Fonds de valider les couleurs et décide de la passer une nouvelle fois au four… C’est chose faite quelques jours seulement avant de prendre la route de Bresse.

Jean-Claude Béring : « Elle est sortie de la carrosserie hier ! Ce matin, on a ouvert le camion, ça puait encore le dilutif, la peinture et tout… Pour moi, c’est grandiose ! surtout de la voir dans sa couleur juste. »

Cerise sur le gâteau, ce jeudi 23 juin 2016, Jean-Claude Béring a pu reprendre le volant de cette 911 3.0 litres RS qui lui a permis de décrocher deux titres européens. Au moment d’enfiler son vieux casque rouge à croix blanche, il lâche, plein d’émotions : « Ca me fait un peu drôle, parce que j’ai jamais reconduit de voiture comme ça, depuis l’époque ! L’auto va sûrement mieux marcher que moi… »

Sport-Auto.ch_2016-1-46

Crédit Photos ©Sébastien Moulin

A propos de l'auteur

Articles en relations