24h Mans 2016 – Neel Jani : « Rebellion fait en endurance ce que Sauber n’a jamais fait pour les Suisses en F1 »

AUTO - TEST DAY 24 HEURES DU MANS 2016

Avec seulement six LMP1 d’usine en course, il est certain que le moindre souci peut permettre à une équipe privée de s’illustrer. Rebellion Racing n’a pas laissé passer sa chance en ce début de saison. Profitant brillamment des ennuis des équipes d’usine, l’écurie décroche coup sur coup deux podiums, aux 6h de Silverstone puis aux 6h de Spa-Francorchamp.

 

Cerise sur le gâteau, les pilotes de la Rebellion R-One #13, les Suisses Alexandre Imperatori et Matheo Tuscher, ainsi que l’Autrichien Dominik Kraihamer, débarquent aux Mans en occupant la deuxième place du championnat du monde des pilotes.

 

Neel Jani
Neel Jani

Cette magnifique entrée en matière de la structure helvétique cette saison ravit tous les observateurs avertis. Parmi eux, Neel Jani, ex-pensionnaire de l’écurie lausannoise aujourd’hui pilote d’usine et favori des prochaines 24h du Mans.

 

Neel Jani : “Le sport automobile a besoin de teams comme Rebellion aux côtés des teams d’usines, mais ils doivent aussi avoir la possibilité de monter sur le podium. C’est le cas en ce début de saison, et d’un côté c’est très bien.

Alex Pesci (le propriétaire du team, ndlr) a créé avec Rebellion un team qui offre une réelle possibilité aux jeunes pilotes de faire carrière. Chez eux, tu apprends beaucoup et si tu fais un bon job, tu as réellement une chance de passer ensuite dans un team d’usine.

 

Un bon exemple de cet engagement en faveur des jeunes est Mathéo Tuscher. Le jeune vaudois va en effet découvrir la magie du Mans, alors qu’il n’a pas encore fêté ses 20 ans. Lors de la journée test, il s’est qualifié pour les 24 Heures en effectuant les 10 tours minimum obligatoires imposés aux pilotes novices sur cette épreuve.”

 

Neel Jani, pilote Porsche d’usine, poursuit son analyse sans langue de bois…

 

Neel Jani : “Personnellement, je suis clairement chez Porsche grâce à Rebellion. Chez Rebellion et en WEC en général, il ne faut pas vraiment apporter d’argent. Ce qu’ils font pour les jeunes, c’est vraiment super. Ils donnent toujours une chance aux pilotes suisses, mais pas uniquement…

En réalité, Rebellion fait en endurance ce que Sauber n’a jamais fait pour les Suisses en Formule 1. Attention, je ne dis pas que Sauber devrait faire rouler un Suisse, mais plutôt l’aider concrètement dans sa préparation. Tout le monde sait qu’il devient de plus en plus difficile d’accéder à la Formule 1 sans argent.”

 

Marcel Fässler
Marcel Fässler

Rebellion vainqueur des 24H du Mans ? Pas totalement exclu, si l’on en croit l’avis avisé de Marcel Fässler, triple vainqueur de l’épreuve et actuel pilote Audi.

 

Marcel Fässler :  “tu penses : “non ! une victoire de Rebellion est impossible! ” mais sur une course de 24 heures, on a déjà vu beaucoup de choses. Leur nouveau moteur a beaucoup plus de chevaux et il est fiable. Aux essais préliminaires, ils étaient seulement à 5 secondes des meilleurs chronos. On peut perdre facilement beaucoup de temps dans les garages, et si pendant ce temps ils restent en piste… »

 

Sans être véritablement favorite, il semble certain que l’écurie suisse a un gros coup à jouer cette année au Mans… à condition de bénéficier d’un petit coup du destin.

 

A lire Aussi :  Rebellion Racing, un fleuron du sport auto suisse au fil des ans

 

Crédit photos : ©RebellionRacing, ©Sébastien Moulin

 

A propos de l'auteur

Articles en relations