24H du Mans – Marcel Fässler, une 3e victoire au bout du suspense !


Marcel Fässler nous l’avait confié peu avant le départ : « Il y aura du spectacle, tout peux arriver au Mans ! ». Le moins que l’on puise dire est que le pilote de l’Audi n° 2 a vu juste : la magie du Mans a encore frappé, et au bout du compte, c’est lui qui tire les marrons du feu ! Pourtant, en milieu de matinée, cette 3e victoire au Mans semblait bien compromise.

Souvenez-vous, au petit matin, lors de notre dernier pointage, nous vous annoncions que Marcel Fässler prenait la tête de la course suite à l’abandon de la Toyota n°7 sur un début d’incendie. Mais quelques heures plus tard, c’était au tour de l’Audi n°2 de connaître un sérieux problème mécanique avec le bris d’un turbo. La réparation coûte 18 minutes, et lorsque les mécos Audi relancent la voiture en piste, elle compte cinq tours de retard sur le nouveau leader, l’Audi n° 1.

A ce moment de la course, plus personne ne croit la victoire possible pour l’Audi n°2 de Marcel Fässler, Benoît Tréluyer et André Lotterer. Pourtant, les événements vont s’enchaîner : c’est tout d’abord l’Audi n° 1 qui rencontre à son tour le même problème de turbo que sa voiture sœur et permet ainsi à Porsche de prendre la tête de la course pour son grand retour au Mans… On se dit alors qu’une victoire Porsche est peut-être envisageable avant de constater que le chronomètre parle en faveur de l’Audi n°2, qui fait une remontée époustouflante. 

Le Mans est impitoyable, et après 22 heures de courses, la Porsche 919 Hybrid en tête des 24H du Mans se met à tourner au ralenti comme si l’histoire d’un retour gagnant aurait été trop fantastique pour les livres d’histoire. Porsche en restera à ses 16 victoires au Mans, un record. On pouvait cependant lire sur les visages déconfis des mécanos que l’aventure moderne de Porsche au Mans ne faisait que commencer.

C’est à 12h36 exactement que l’Audi n°2 reprenait la tête de la course… pour ne plus la lâcher jusqu’au drapeau à damiers.


Le Suisse Marcel Fässler et ses équipiers Benoît Tréluyer et André Lotterer s’offrent ainsi un troisième succès dans la Sarthe. Sur le podium final, c’est même un doublé Audi puisque la n°1 de Marc Gené, Loïc Duval et Tom Kristensen décroche la deuxième place, tandis que la Toyota accidentée en début de course, pilotée par le Vaudois Sébastien Buemi associé au Franco-Suisse Nicolas Lapierre et Anthony Davidson complète le podium. Une 3e place pas vraiment satisfaisant car, excepté la sortie de piste en début de course, la n°8 de n’a pas rencontré le moindre problème durant 24 heures, se montrant très performante. De quoi nourrir de légitimes regrets.

La victoire en LMP1-L du Rebellion Racing peut paraître logique. Mais c’est un réel exploit de terminer Le Mans avec une voiture, la R-One, qui n’en est qu’à sa deuxième course. C’est la n°12 de Mathias Beche, Nicolas Prost et Nick Heidfeld qui termine au pied du podium, à seulement 19 tours du vainqueur. C’est le meilleur résultat de Rebellion au Mans. A noter que la voiture n° 13 a abandonné sur casse moteur.

La lutte en LMP2 n’a pas été moins intense. Si, en début de course, on a vu le Suisse Imperatori prendre le commandement de la course, puis la Race Perormance de Michel Frey, au terme des 24 heures, c’est finalement l’écurie NewBlood by Morand Racing qui réaliste la meilleure performance helvétique en finisant 6e des LMP2 et 10e du classement général. Race Performance et Michel Frey terminent deux rangs derrière le team fribourgeois. A noter que Nicolas Leutwiler, qui participait à ses premiers 24H du Mans à 53 ans, termine 18e au classement général, 10e des LMP2.

Pour finir, sachez que le Franco-Suisse Patrick Pilet, retardé par des problèmes de pression d’essence, termine 34e, 7e des GTE PRO.

Les photos des Suisses aux 24H du Mans 2014 seront bientôt disponibles.

LES CLASSEMENTS

Crédit des photos @Sébastien Moulin

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

A propos de l'auteur

Articles en relations