Rallye de régularité – La seconde édition du Jo Siffert Challenge a été remportée par Brigitte et Armin Labhart

00 Philippe Siffert a remis une bouteille de champagne et une montre Jo Siffert aux vainqueurs, Brigitte et Armin Labhart.
00
Philippe Siffert a remis une bouteille de champagne et une montre Jo Siffert aux vainqueurs, Brigitte et Armin Labhart.

Déjà présents lors de la première édition, Armin et Brigitte Labhart ont remporté la seconde édition du Jo Siffert Challenge, rallye de régularité qui a eu lieu le week-end dernier à cheval sur les trois cantons de Fribourg, de Berne et de Vaud. Au volant de leur Porsche 356, Armin et Brigitte Labhart se sont imposés devant les Fribourgeois Yves et Catherine Schindler dont l’AC Cobra arborait les couleurs rouge et blanc du célèbre casque de Jo Siffert. Pour la petite histoire, on relèvera que Jo Siffert avait couru une seule fois au volant d’une AC Cobra. C’était en 1964, à la course de côte allemande de Schauinsland.

On mentionnera encore que le troisième rang du Jo Siffert Challenge est revenu aux Valaisans Jean-Pierre et Mireille Demierre sur une Volvo 123 GT. Habitué à participer à quelques-uns des plus importants rallyes de voitures anciennes à travers la planète – il a même disputé le rallye Londres-Le Cap – Jean-Pierre Demierre a eu beaucoup de plaisir à revoir Daniel Müller au Forellensee, près de Zweisimmen (BE), théâtre de l’arrivée de la première étape du Jo Siffert Challenge 2015.

Le départ du Jo Siffert Challenge à la rue Jo Siffert à Givisiez.
Le départ du Jo Siffert Challenge à la rue Jo Siffert à Givisiez.

Après une belle carrière en F3 du temps de Jacques Villeneuve et Michael Schumacher, le fils d’Herbert Müller a disputé lui aussi un grand nombre d’épreuves historiques au volant d’une Mercedes 300 SL. Philippe Siffert et Daniel Müller possèdent de nombreux points communs. Ils ont tâté tous les deux du sport automobile avec succès dans leur jeunesse, notamment en Formule Ford pour le premier et en F3 pour le second, et sont tous les deux les fils de deux anciens pilotes d’usine chez Porsche: Jo Siffert et Herbert Müller. Tous deux ont piloté les mythiques Porsche 917 et tous deux ont gagné la Targa Florio. Et cela plutôt trois fois qu’une, Herbert Müller ayant remporté la grande classique sicilienne aussi bien en 1966 qu’en 1973, au volant respectivement d’une 906 et d’une 911 Carrera RSR, alors que Jo Siffert s’y imposa en 1970 avec une 908 Spyder. Tous deux, enfin, sont morts en course, l’un à Brands Hatch en 1971 et l’autre au Nürburgring en 1981.

Philippe Siffert : « Le Jo Siffert Challenge me permet de promouvoir la marque Jo Siffert et en particulier ses montres. L’hommage à mon père se retrouve dans la marque qui porte son nom et qui véhicule ce que j’appelle l’esprit Siffert, un esprit indissociable de la course, du temps, de la mécanique et des belles voitures. »

Armin Labhart (Porsche 356 Super 90), vainqueur du Jo Siffert Challenge.
Armin Labhart (Porsche 356 Super 90), vainqueur du Jo Siffert Challenge.

Et de belles voitures, il y en eu une bonne trentaine sur la ligne de départ du 2e Jo Siffert Challenge dont le coup d’envoi a été donné devant le siège de Michelin Suisse, à Givisiez, dans la zone industrielle de Fribourg, à la Route Jo Siffert 36. Cet endroit emblématique pour tout passionné de l’inoubliable Seppi s’inscrivait dans la lignée de celui choisi pour le départ de la 1re édition, non loin de la Fontaine Jo Siffert, au centre-ville de Fribourg.

Philippe Siffert : « Un des fils rouges du Jo Siffert Challenge est de découvrir des endroits étroitement liés à mon père, comme la fontaine que Jean Tinguely lui avait dédiée ou comme la route que les autorités communales de Givisiez ont baptisée de son nom. Il s’agit également de rouler sur quelques-uns des tracés où il ne manqua pas de s’illustrer. »

Un pull Jo Siffert et une AC Cobra aux couleurs du casque de Jo Siffert, en l’occurrence l’AC Cobra d’Yves Schindler, 2e du classement général.
Un pull Jo Siffert et une AC Cobra aux couleurs du casque de Jo Siffert, en l’occurrence l’AC Cobra d’Yves Schindler, 2e du classement général.

Le parcours de la 1re édition de ce rallye de régularité avait ainsi non seulement emprunté le tracé de la course de côte des Rangiers – où Jo Siffert s’imposa à quatre reprises consécutives de 1965 à 1968 – mais également celui du circuit de Lignières où Seppi présenta en 1964 sa toute nouvelle Brabham de F1, comme on peut le voir sur le site des archives de la RTS.

Cette année, le rallye avait emprunté le parcours de la course de côte de St-Antoine-Obermonten – où Jo Siffert s’imposa en 1970 après y avoir terminé 2e en 1968 – et s’est rendu à Villars-sur-Ollon. Cette dernière localité a vu le champion fribourgeois participer à quatre reprises à la course de côte d’Ollon-Villars (1960, 1962, 1963 et 1969). Villars a également été le théâtre, dans les années 60-70, de sympathiques rencontres hivernales organisées par le journaliste et photographe français Bernard Cahier qui y conviait tout le gratin du sport automobile mondial, de Juan Manuel Fangio à Jackie Stewart en passant par Jack Brabham, Jacky Ickx, Jo Siffert et Herbert Müller pour n’en citer que quelques-uns.

Jean-Pierre Demierre, 3e du Jo Siffert Challenge, et Daniel Müller, le fils d’Herbert Müller.
Jean-Pierre Demierre, 3e du Jo Siffert Challenge, et Daniel Müller, le fils d’Herbert Müller.

Entre Obermonten et Villars, la 2e édition du Jo Siffert Challenge a fait halte au Forellensee de Zweisimmen, dans l’Oberland bernois, où Daniel Müller, le fils d’Herbert Müller, exploite un excellent restaurant. Les parois de ce dernier comportent plusieurs photos noir-blanc où l’on voit Herbert Müller au volant des mythiques Porsche 917. Cette halte a ainsi rappelé que le sport automobile suisse avait connu entre 1966 et 1973 l’une de ses principales périodes de gloire avec les exploits signés tant par Herbert Müller que par Jo Siffert.

Crédit des photos: Laurent Missbauer et Jo Siffert Swiss Watches

Daniel Müller (à g.) et Philippe Siffert.
Daniel Müller (à g.) et Philippe Siffert.
Jo Siffert (à g.) et Herbert Müller.
Jo Siffert (à g.) et Herbert Müller.
A l’arrivée de la première étape au Forellensee de Zweisimmen.
A l’arrivée de la première étape au Forellensee de Zweisimmen.

A propos de l'auteur

Articles en relations