Quand le circuit de Zeltweg accueillait le championnat de Suisse

Quand le circuit de Zeltweg accueillait le championnat de Suisse

Les Suisses pratiquement à domicile le week-end dernier

En écrivant, dans la lettre de présentation de l’étape autrichienne des World Series by Renault, que les pilotes suisses évolueraient pratiquement à domicile à Spielberg, les responsables de Renault ne croyaient
pas si bien dire. Le circuit de Zeltweg, dénommé aujourd’hui Red Bull Ring, a en effet accueilli à plusieurs reprises une manche du championnat de Suisse de vitesse. Il y a plus de vingt-cinq ans, à l’initiative du SAR, un des plus importants clubs helvétiques de sport automobile, un train-couchettes permettait aux concurrents suisses de se rendre à Zeltweg en une seule nuit en partant de Feldkirch, en Autriche, juste de l’autre côté de la frontière avec le canton de Saint-Gall et la Principauté du Liechtenstein.

Une fois les voitures de course placées sur le train, les pilotes et leurs accompagnants faisaient la fête une bonne partie de la nuit dans le wagon-restaurant où la bière coulait à flots. C’est en tout cas une des premières images qui est revenue le week-end dernier à l’esprit d’André Hefti. Ancien responsable de la communication de Renault Suisse et principale cheville ouvrière de la Coupe Renault 5 en Suisse, André Hefti, directeur général du Salon international de l’automobile de Genève depuis 2012, a retrouvé avec beaucoup de plaisir ce circuit autrichien où Jo Siffert remporta sa dernière victoire en F1 en 1971. André Hefti a également raconté que, une fois arrivés à Knittelfeld, la gare la plus proche de Zeltweg, les pilotes suisses, escortés par la police, ralliaient le circuit par la route au volant de leurs voitures de course qu’il s’agisse de Renault 5, de Porsche 911 ou même de monoplaces de F3!

L’auteur de ces lignes, qui courut en 1986 à Zeltweg, théâtre alors de la 3e épreuve de notre championnat national après Dijon et Hockenheim, se rappelle que les autorités locales avaient souhaité la bienvenue aux pilotes suisses, sur le coup de 7 heures du matin, en leur offrant des bretzels et… de la bière! Jimmy Froidevaux,  ancien photographe de F1 et fidèle suiveur des courses helvétiques, a eu l’amabilité de nous mettre à disposition quelques-unes des précieuses photos qu’il avait prises à l’époque de ce train. La photo où l’on voit l’Opel Manta No 442 et la Porsche 911 No 461 date de 1986. Cette année-là, la classe jusqu’à 1600 cm3 du groupe N-GT avait été remportée par la Toyota MR2 de Philipp Müller qui est aujourd’hui le président national du PLR, le Parti libéral radical. Quant au meilleur temps des voitures dites fermées, il était revenu à la Porsche 935 Turbo du Valaisan Antoine Salamin qui, à l’époque, avait déjà participé à plusieurs reprises aux 24 Heures du Mans. La course des F3 avait pour sa part été remportée par Gregor Foitek que l’on devait voir quelques années plus tard aussi bien aux 24 Heures du Mans qu’en formule 1 (sept participations dont deux au volant d’une Brabham).

Vingt-sept ans plus tard, lors des World Series by Renault et de l’European Le Mans Series (ELMS) qui ont fait halte toutes les deux à Zeltweg – pardon, au Red Bull Ring – le week-end dernier, la délégation suisse avait belle allure. Elle était certes moins nombreuse qu’en 1986 mais l’on recensait tout de même trois écuries suisses, une en formule Renault avec Jenzer Motorsport, et deux en ELMS avec Morand Racing et Race Performance. Quant aux pilotes helvétiques, ils étaient seize, à commencer par Nico Müller qui s’est brillamment imposé en Formula Renault 3.5 en lever de rideau du GP de Monaco de F1 cette née.

Outre Nico Müller, on relevait encore, en Formula Renault 3.5, Christopher Zanella, coéquipier du futur pilote Sauber Sergey Sirotkin au sein de l’écurie ISR, Zoel Amberg ainsi que le double national helvético-philippin Marlon Stockinger qui court pour l’écurie Lotus de Formula 3.5 et qui a signé au Red Bull Ring son meilleur résultat de la saison en terminant 7e de la seconde course, juste devant Nico Müller. Si Levin Amweg et Kevin Joerg (Formula Renault 2.0), Kevin Gilardoni (Eurocup Megane Trophy V6), ainsi que Fabian Danz et Christian Jaquillard (Eurocup Clio) complétaient l’effectif des World Series by Renault, l’ELMS réunissait quant à lui les pilotes suisses suivants: Mathias Beche, Natacha Gachnang, Patric Niederhauser, Michel Frey, Jonathan Hirschi, Gary Hirsch et Joël Camathias.

En guise de conclusion, l’auteur de ces lignes tient à présenter ses plus vifs remerciements à Jimmy Froidevaux pour l’envoi de ses photos d’époque qui illustrent cet article. D’autres photos de cet excellent photographe, qui a couvert plus de 500 grands-prix de F1 et à qui Bernie Ecclestone a décerné en 2009 un laisser-passer permanent, figurent sur son site Internet ainsi que dans «Le livre du sport automobile 1986-1987» rédigé par mes soins au siècle dernier, un temps que, pour paraphraser Charles Aznavour, «les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître…»


Crédit des photos @Jimmy Froidevaux – www.froidevauxsportfotos.com 

 

A propos de l'auteur

Articles en relations