Rallye des Bornes : Scheidegger meilleur Suisse, victoire de classe pour Laurent Bérard

J. Scheidegger - Luc Santonocito - Rallye des Bornes 2015
J. Scheidegger – Luc Santonocito – Rallye des Bornes 2015

La Suisse a été très bien représentée au Rallye des Bornes, du côté de La Roche-sur-Foron (Haute-Savoie) ce week-end… en particulier par nos carrossiers : victoire de classe pour Laurent Bérard, 17ème au général, tandis que Jonathan Scheidegger signe le 12ème temps scratch.

Tout proche, attractif, le Rallye des Bornes voit de plus en plus d’équipages suisses passer la douane pour y courir.

Avec un 12ème temps scratch (6ème de la classe R3), Jonathan Scheidegger et le copilote expérimenté Luc Santonocito, sur la Citroën DS3 R3T, était le meilleur équipage suisse. Le pilote vaudois a très aimablement et spontanément répondu à nos questions entre 2 week-ends bien remplis.

12ème scratch, 6ème de classe, et meilleur Suisse sur ce Rallye des Bornes. Jonathan, dans quel état d’esprit as-tu abordé ce rallye ?

Jonathan Scheidegger : Le but était avant tout d’être à l’arrivée, de trouver les bons réglages châssis avec les nouveaux pneus pour prendre confiance dans cette nouvelle configuration. C’était aussi ma première participation aux Bornes, donc je suis arrivé sur un terrain que je ne connaissais pas.

Si tu veux une anecdote, lors de la toute première assistance, avant même la première spéciale, je me suis fait rentrer dedans sur le parc par un concurrent « qui arrivait à 1’000 ». Conséquence : géométrie, porte, bas-de-caisse… mais je ne me suis pas laissé démonter. J’ai connu aussi quelques soucis de transmission, et puis, au vu de mes temps, je n’ai pas cherché « plus », surtout face aux concurrents qui connaissent le terrain. J’ai surtout cherché à assurer, sans prendre de risques trop importants, surtout à seulement une semaine du « Ticino ».

Enfin, je trouve que c’est une bonne école que d’aller sur des nouveaux rallyes, cela permet des remises en question, d’apprendre.

Quelles différences entre les rallyes suisses et les rallyes français, par exemple au niveau de l’ambiance, sur ce Rallye des Bornes ?

J’ai vraiment senti là-bas, sur les parcs, une réelle PASSION. Dans les parcs d’assistance, c’est très décontracté : saucisson, reblochon, vin… la plupart sont entre amis, en famille. Il y a ici aussi de grandes différences de moyens bien-sûr, mais il y a une majorité d’amateurs qui roulent avec des « petits budgets » ! Là-bas, tu peux encore rouler avec une 205 par exemple. Je trouve d’ailleurs dommage qu’il n’existe pas, en Suisse, une catégorie similaire au « F2000 » en France, où il y a moyen de se faire plaisir avec une très bonne auto avec des moyens relativement réduits !

Alors, on te reverra aux Bornes ?

Oui, j’ai beaucoup apprécié la super ambiance, la très bonne organisation et l’accueil qu’ils nous ont fait, en tant qu’équipages étrangers. J’ai également beaucoup aimé les spéciales, qui sont variées; il y a beaucoup de « technique ». Je reviendrai !

Ce prochain week-end, c’est déjà le Rally del Ticino. Quelles sont tes ambitions ?

Se faire plaisir ! En effet, j’ai eu beaucoup de soucis avec la voiture depuis son acquisition l’an dernier, elle est encore en cours de fiabilisation. Mon souci sera donc de la faire évoluer, et de rouler comme je sais, tout simplement ! J’aurai aussi un nouveau copilote, Alexandre Robert, un jeune au talent prometteur. Il fait partie de mes ouvreurs ; ce sera son premier rallye.

Sport-Auto.ch ne manquera pas de vous faire partager la compétition italophone, rendez-vous du Championnat de Suisse.

Pour Laurent Bérard, cette fois-ci avec Sophie Barras aux notes, c’est la victoire de la classe A7 sur sa fidèle Honda Civic R. Le carrossier de Vollèges s’est également piqué au jeu de l’interview avec l’enthousiasme et la modestie qu’on lui connaît.

Victoire de classe et 17ème temps scratch aux Bornes. Objectif atteint ? Raconte nous ta course !

11655161_399773833564121_2058974793_n
Laurent Bérard – Sophie Barras – Rallye des Bornes 2015

Laurent Bérard : oui, en effet ! mon objectif était quand même d’être dans les trois premiers de classe. Après, il y avait beaucoup de paramètres nouveaux, comme les nouveaux pneus imposés, d’une nouvelle dimension ; pour cela, je devais trouver les bons réglages au niveau des trains, ce qui n’est pas simple. Premier roulage avec Sophie aussi, avec qui ça a été une bonne occasion de rouler. Par rapport au plateau, je l’ai trouvé aussi plus fort que l’an dernier, je ne savais pas à quelle sauce j’allais me faire manger !

A la fin de la première étape, j’étais 29ème. J’ai perdu beaucoup de temps dans l’ES 1, au début du Salève, où la voiture s’est dérobée dans une épingle sans que je comprenne pourquoi. Il y avait plein de terre dans les roues, mais surtout, cela a ouvert le train, ce qui m’a contraint à ralentir ensuite.

J’ai ensuite ré-attaqué fort le samedi matin, puis j’ai lâché pour assurer. Mes pneus devenaient aussi usés. Enfin, j’ai eu pas mal de réglages à faire, et je pensais avoir plus de peine à m’adapter. Étonné, étonné que ça aille si bien ! Content et étonné d’avoir eu cette place… J’ai eu un peu de chance quand même, car Florent Udvarnosky, qui était l’un des favoris de la classe A7, était plus rapide que moi, mais il est sorti dans l’ES 9 (Pers-Jussy).

Et qu’est-ce qui te motive à revenir ici, au Rallye des Bornes ?

C’est ma 3ème participation en effet… question proximité, difficile de faire mieux (avec le Valais et le Chablais bien-sûr !) Et puis l’ambiance, là-bas, c’est génial !

Quels sont tes projets pour la suite de la saison ?

En rallye, j’ai pas de programme défini, je roulerai moins que l’an dernier. Je vais faire la course de côte Massongex-Vérossaz « pour les vacances » (les 11-12 juillet, ndlr). Probablement le Rallye du Valais, en national… mais ce n’est pas encore défini.

Saluons aussi la très bonne performance aussi d’Yvan Thierrin/Sophie Chenevard, qui sont rentrés à La Roche-sur-Foron au 25ème rang général et 4ème de classe sur la Citroën C2 R2.

Un rallye plus ardu pour Michel Nicollier/Steve Niederhauser, aux commandes de leur Renault Clio R3; après notamment une frayeur dans l’ES 5 et une pénalité de 40 » pour retard au CH6, le duo termine 57ème au général.

Le projet de « rallye 100% filles » de Jacqueline Favez a été couronné de succès ! Avec Nadia Gianuzzo à sa droite et une équipe d’assistance 100% féminine, Jacqueline termine au 75ème rang final, avec une DS3 R1 sans aucune raie ! Objectifs 100% atteints !

10557137_433988276762391_4348565915686317589_o
La Honda Integra de Bertrand Nicolier – Corinne Cazé      (photo: coll. B. Nicolier)

Moins de chance par contre pour le sympathique couple Bertrand Nicolier/Corinne Cazé; une rotule de suspension casse net sur le routier alors qu’ils étaient en route pour la 2ème spéciale, endommageant irrémédiablement la Honda Civic Integra.

Alain Blaser/Nicolas Mathon, sur une très performante Citroën DS3 R5, sont contraints à l’abandon sur ennuis mécaniques avant l’ES8, alors qu’ils pointaient au 6ème rang général.

Quant à l’auteure de ces lignes (Isabelle Crausaz), je naviguais le Haut-Savoyard Didier Sintes sur la Clio RS en F2000/14. Après une remise en confiance sur une auto en très bonne forme et 2 belles premières spéciales, notre élan a été stoppé net dès le début du 3ème chrono vendredi soir par une sortie de route sans gravité.

Gageons encore davantage de représentants suisses l’année prochaine, même période, au Rallye des Bornes !

 

Crédit photos : « Carole Rallye 73 »

A propos de l'auteur

Articles en relations